Contenu principal

Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - Décembre 2018

Données de base

Le mois de décembre a connu des températures douces et un temps très venteux. Au nord des Alpes, la somme des précipitations a souvent atteint l’équivalent de 150 à 200 % de la norme 1981-2010, tandis que la pluviométrie est restée de loin inférieure à la moyenne dans le sud du pays.

Production végétale

Fin novembre, le niveau des stocks de pommes de terre de table était de 10 % plus bas que fin novembre 2017, alors que la quantité de pommes de terre destinées à la transformation présentait une augmentation de 2 % (tableau 2.1). En novembre, la production maraîchère affichait un recul de 24 % en glissement annuel (tableau 2.5). En revanche, les stocks de pommes et de poires étaient beaucoup mieux garnis que les années précédentes à la fin novembre (tableau 2.7). Pour les pommes, Gala représente toujours la variété dominante avec une part actuelle de 33 %, suivie de la Golden Delicious et de la Braeburn.

Économie laitière

Estimées à 265 100 tonnes, les livraisons de lait indigène de novembre 2018 auraient ainsi reculé de 1,4 % en glissement annuel (tableau 3.1). En cumulé sur douze mois, la quantité s'est toutefois révélée de 1,3 % et 0,6 % supérieure à celle des deux années précédentes. En octobre, la production de beurre a augmenté de 17 % en glissement annuel. La production de fromage et de conserves de lait s’est maintenue à un niveau élevée (tableau 3.2). Fin octobre, les stocks de beurre atteignaient 2561 tonnes, soit nettement plus que les 921 tonnes comptées un an plus tôt (tableau 3.5). Jusqu’à fin octobre, la mise en valeur du beurre en Suisse a augmenté de 3,4 % par rapport à 2017.

Économie animale

Fin novembre, l’effectif des vaches laitières présentait une diminution de 1,6 % en glissement annuel (tableau 4.1). En novembre, tout comme en octobre déjà, les abattages de taureaux, de bœufs et de génisses ont connu une nette progression (tableau 4.5). Par contre, les abattages de vaches affichaient un léger repli (-1,2 %). Les abattages de veaux ont augmenté de 9,9 %. Dans le cas des porcs, une baisse de la production (de -8,6 %) a été constatée pour la quatrième fois d’affilée par rapport à 2017. Les abattages de moutons se sont inscrits une fois de plus en nette progression (+10,1) en glissement annuel. En novembre 2018, la production indigène de viande de bœuf et de veau s'est ainsi révélée plus élevée qu'en 2017, tant en glissement annuel qu’en cumulé. La hausse cumulée atteint respectivement 7,2 % pour la viande de bœuf et 1,2 % pour la viande de veau (tableau 4.8). Un net recul est survenu dans la production de viande de porc, qui a diminué de 10 % en novembre et de 3 % en cumulé. Par contre, la production de viande de mouton a bondi de 10,8 % en novembre et de 12,0 % en cumulé.

Commerce extérieur   

En novembre 2018, les exportations de fromage ont progressé de 3,6 % en volume et de 4,5 % en valeur (tableau 5.6). C’est la première fois depuis 2015 que le prix moyen à l’exportation a franchi de nouveau la barre des 10 francs le kilo. Les exportations de Raclette Suisse® et le Gruyère AOP ont bénéficié des hausses les plus fortes (tableau 5.8), tandis que celles « d’autres fromages », de fondues prêtes à l’emploi et de Mozzarella ont reculé.

Prix

En décembre 2018, les prix du bétail de boucherie se sont montrés stables ou en légère baisse pour les taureaux, les bœufs et les génisses, tandis que ceux des animaux de transformation RV et VK se sont inscrits en légère hausse (tableau 6.3). Les prix des veaux de boucherie ont un peu baissé en décembre (tableau 6.4). En accord avec la tendance saisonnière, les prix des veaux à l’engrais ont poursuivi leur baisse en décembre et se situaient au-dessous du niveau de l'année précédente (tableau 6.5). Les prix des porcs de boucherie ont encore augmenté en décembre, dépassant nettement le niveau des deux années précédentes (tableau 6.6). Compte tenu du prix de 3.80 CHF par kg PM départ ferme d’un porc de boucherie, une certaine marge de progression subsiste toutefois. Les prix des agneaux et des moutons de boucherie ont stagné en décembre, à bas niveau par rapport aux années précédentes (tableau 6.8). Le prix à la production du lait a baissé en novembre, sauf celui du lait destiné aux fromageries artisanales. Le prix du lait industriel est passé au-dessous du niveau de 2017 (tableau 6.11). En novembre 2018, l’indice des prix à la production a crû de 0,2 % par rapport à l’année précédente. Les baisses de prix du bétail de boucherie (à l’exception des porcs de boucherie) et les hausses de prix dans la production végétale se sont pour ainsi dire compensées (tableaux 6.12 et 6.13). L’indice des prix d'achat des moyens de production agricole a progressé de 3,4 % en novembre (tableaux 6.16 et 6.17). Le renchérissement s’est révélé le plus fort dans le cas de l’énergie et des lubrifiants, mais il concernait aussi dans une moindre mesure la plupart des autres postes.

 

Le Rapport sur la situation de l'agriculture suisse est un extrait de la publication « Agristat - cahier statistique mensuel »