Contenu principal

Semaine 34-2022

En 2022, les précipitations étaient très faibles jusqu’à l’heure actuelle. Par rapport à la dernière année de sécheresse, 2018, seules les précipitations des mois d’avril et de juin étaient nettement plus élevées. Le bilan hydrologique calcule la quantité d’eau disponible. Ce chiffre correspond aux précipitations après déduction de l’évapotranspiration potentielle. En 2022, le temps très chaud a provoqué une forte évapotranspiration. Par conséquent, le bilan hydrologique cumulé depuis le début de l’an est glissé en dessous de zéro sur le plateau suisse à la mi-juillet. La quantité d’eau potentiellement évaporée est plus grande que la somme des précipitations. Ceci a de graves conséquence pour l’agriculture à bien des endroits. Des cultures souffrent du manque d’eau, elles grandissent moins ou passent à l’échaudage. Souvent, trop peu de fourrage peut être récolté et les stocks prévus pour l’hiver doivent déjà être utilisés.