Contenu principal

Semaine 35/2021

Les informations disponibles concernant la récolte de blé signalent des rendements qui sont meilleurs que l’on craignait à cause des intempéries. On peut présumer qu’il n’y aura pas de mauvaise récolte comme en 2003 (trop sec) ou 2016 (trop humide). Selon une première estimation, la surface de blé a augmenté de 4,4 % par rapport à l’année précédente. Par conséquent, la récolte totale pourrait même atteindre le niveau de l’année précédente à peu près. Une partie du blé est cultivé depuis le début comme blé fourrager. A cela s’ajoute le blé cultivé pour l’alimentation, mais germé. Il s’agit de grains qui commencent à germer déjà avant la récolte, surtout à cause de conditions humides. Le blé germé ne peut être utilisé que pour l’affouragement. Son prix est nettement plus bas que celui du blé panifiable. Une quantité importante de blé germé a été récoltée en 2007, une année très pluvieuse. Dans l’année en cours, avec des précipitations nombreuses, la quantité de blé germé est également plus élevée. Un bon nombre d’agriculteurs doivent donc s’attendre à des pertes financières à cause de blé germé.