Contenu principal

Statistique de la semaine

Statistique de la semaine
Semaine 37-2022

16.09.22 | La Suisse est parmi les plus grands exportateurs de café. La torréfaction du café est une tradition en Suisse qui continue à évoluer grâce à des nombreuses innovations. Principalement, le café brut est importé, transformé et puis exporté sous forme de café torréfié. La valeur d’exportation a connu une augmentation continue depuis l’année 2006 et s’élevait à plus de 3 milliards de francs suisses en 2021. Le prix à l’exportation (valeur d’exportation / poids d’exportation) a bondi entre 2006 et 2009 (+ 127 %). La cause principale de ce développement est un producteur de capsules de café qui agit l’échelle globale mais qui produit toutes ses capsules en Suisse romande. Il est bien possible que des nouvelles innovations dans la transformation du café vont stimuler à leur tour les exportations.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 36-2022

09.09.22 | Face aux prix élevés des engrais, les importations sont en train de diminuer à l’heure actuelle. Par rapport à l’année précédente, la quantité d’engrais importée a reculé de 23,8 % de janvier jusqu’à juillet. Comme le prix a augmenté en moyenne de 76,2 % dans cette période, la valeur des importations a grimpé de 34,3 %. Confrontées aux prix des moyens de production en hausse, les exploitations agricoles diminuent leurs achats respectifs. Ainsi, les importations de machines agricoles sont aussi en train de diminuer. Dans de nombreux cas, les exploitations agricoles devront rattraper ces achats plus tard, à des conditions plus favorables si possible.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 35-2022

02.09.22 | À partir de l’année 2017, le prix à la production du lait de centrale a augmenté presque continuellement. À l’heure actuelle, il a dépassé le niveau de l’an 2014. Par contre, la production diminue depuis le deuxième semestre 2021. Le temps pluvieux en 2021 a beaucoup gêné la production fourragère et a provoqué une qualité médiocre des fourrages utilisés pendant l’hiver 2021/2022. Cette année, la sécheresse complique la production fourragère. De plus, suite à la guerre en Ukraine, les prix des aliments concentrés ont augmenté de manière importante. Pour ces raisons, la quantité de lait produite recule malgré des prix à la hausse. Ceci a fait augmenter les importations de beurre par exemple. Dans le graphique, la somme des livraisons des douze mois précédents voir la moyenne des prix des douze mois précédents sont affichées afin d’éliminer les fluctuations saisonnières.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 34-2022

26.08.22 | En 2022, les précipitations étaient très faibles jusqu’à l’heure actuelle. Par rapport à la dernière année de sécheresse, 2018, seules les précipitations des mois d’avril et de juin étaient nettement plus élevées. Le bilan hydrologique calcule la quantité d’eau disponible. Ce chiffre correspond aux précipitations après déduction de l’évapotranspiration potentielle. En 2022, le temps très chaud a provoqué une forte évapotranspiration. Par conséquent, le bilan hydrologique cumulé depuis le début de l’an est glissé en dessous de zéro sur le plateau suisse à la mi-juillet. La quantité d’eau potentiellement évaporée est plus grande que la somme des précipitations. Ceci a de graves conséquence pour l’agriculture à bien des endroits. Des cultures souffrent du manque d’eau, elles grandissent moins ou passent à l’échaudage. Souvent, trop peu de fourrage peut être récolté et les stocks prévus pour l’hiver doivent déjà être utilisés.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 32-2022

19.08.22 | Chacun peut choisir la statistique qui lui convient le mieux! Au cours des dix dernières années, le nombre d’animaux de rente a augmenté de 13 à 16 millions d’animaux en Suisse. Surtout la volaille est responsable pour cette croissance. Les effectifs de poules pondeuses et de poulets de chair ont nettement progressé. Si on essaie d’exprimer les effectifs dans une unité plus comparable, c’est l’unité de gros bétail (UGB) qui s’offre à cette fin. Cette unité correspond à une vache adulte. Transformés en unités de gros bétail, les bovins revendiquent la plus grande part, de loin avant les porcs. Sous cette optique, l’apport de la volaille est modeste. Le total des unités de gros bétail est tombé en dessous de 1,3 millions au cours des dix dernières années. C’est surtout la diminution de l’effectif bovin et porcin qui est responsable pour ce léger recul. Vous trouvez de plus amples informations con-cernant les animaux de rente dans l’édition actualisée du chapitre « Production animale » de la publication « Sta-tistique et évaluations » sous www.agristat.ch | Statistiques et évaluations.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 31-2022

12.08.22 | L’évolution du nombre de formations achevées dans le champs professionnel de l’agriculture est stable, malgré le recul du nombre d’exploitations agricoles. Dans les dernières 20 années, seul le nombre de maîtrise a diminué (2021: 112 formations achevées). Le nombre de certificats de capacité (2021 : 1131 formations achevées) et de brevets fédéraux (2021: 323 formations achevées) se développent de manière plutôt stable. Des informations plus détaillées sont disponibles dans l’édition actuelle du chapitre 12 de la publication « Statistiques et évaluations ».

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 30-2022

29.07.22 | La grande majorité des importations d’engrais arrive en Suisse par transport en navire sur le Rhin (environ 50%) ou par transport routier (40%). La voie ferroviaire apporte environ 20 kilotonnes d‘engrais, ce qui correspond à 8,3% du total. Le transport aérien ne joue qu’un rôle négligeable. Les données représentent le poids net à l’importations selon l’Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières (OFDF). Il est désormais envisa-geable que, pendant des longues périodes de sécheresse avec des bas niveaux des eaux, le transport routier doit être renforcé pour compenser la réduction en trafic fluvial.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 29-2022

22.07.22 | Les frais des exploitations agricoles augmentent depuis la fin 2021 à cause du renchérissement qui touche les prix des agents de la production. Par conséquent, les prix des produits agricoles ont aussi tendance à augmenter. Le prix des porcs de boucherie constitue la grande exception : Le prix de base est tombé à 3.30 francs par kilogramme de poids mort. Pour la dernière fois, le prix a été aussi bas en 2011. Il y a deux ans, le prix se situait encore à 4.85 francs. À long terme, la production est en train de diminuer depuis 2012. Mais une modeste augmentation de la production d’environ 5 % pendant les années du coronavirus 2020/2021 a entraîné une saturation du marché. Pour les éleveurs de porcs, la situation est très difficile face à des recettes en baisse et des coûts en hausse. Dans le graphique, la tendance sur 12 mois est affichée pour l’évolution de la quantité produite et du prix à la production.

Lire la suite