Contenu principal

Une certaine retenue est de mise

Commentaire du marché du 7 juin 2019 dans le journal Agri

À un prix de 4 fr. 50 pour les porcs, éleveurs et engraisseurs s’en sortent, alors qu’un prix de 4 fr. 00 le kg PM permettrait de couvrir les charges spécifiques, hors salaire calculé. La dernière fois que les porcs coûtaient 4 fr. 50 remonte à 2014. À l’heure actuelle, le prix d’un goret tourne autour de 180 francs, si bien que les engraisseurs devront obtenir un prix semblable dans quinze semaines, c’est-à-dire cet automne. Fort heureusement, l’offre en gorets n’augmente pas malgré une demande soutenue. L’approvisionnement indigène ne doit pas dépasser 92 %, il s'agit là de la condition sine qua non pour que les détenteurs de porcs puissent produire de façon rentable pendant une période prolongée. Les semaines avec moins de jours d'abattage, comme à Noël ou à Pâques, la baisse de la production indigène contribue à éviter des accumulations. Cela ne fonctionne cependant que si la production indigène n’excède pas 92 %.

Outre l’approvisionnement du marché, ce sont les libérations d’importation qui requièrent de se montrer prévoyant et de tenir compte du marché. Il y a assez de places d’engraissement à l’heure actuelle, les places excédentaires ne devraient pas pousser les éleveurs à accroître la production. En effet, la production progresse encore, alors que la consommation poursuit toujours son recul. Les ventes d'aloyaux peinent à décoller comme souhaité ces jours-ci. Des bonnes ventes de viande de grillade dans les semaines à venir feront du bien au marché tout entier.

Noldi Windlin

Président de la commission permanente « Marché », Suisseporcs

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 34/2021

27.08.21 | En Suisse, les cerfs, daims, camélides du nouveau monde et les bisons forment la catégorie des « autres animaux consommant des fourrages grossiers ». L’effectif de ces herbivores a augmenté ces années passées. Par contre, il n’atteint pas l’importance des herbivores traditionnels, donc des bovins, des équidés, des moutons ou des chèvres. En 2020, l’effectif a plutôt stagné. Mesurée en unité de gros bétail, la part des autres herbivores à l’effectif suisse des animaux de rente s’élève à 0,2 % seulement. Comme ils passent leurs journées surtout au pâturage, on s’en aperçoit quand même facilement. Les camélidés du nouveau monde peuvent servir à la protection des troupeaux. Eventuellement, ceci entraînera une augmentation de l’effectif ces prochaines années.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 33/2021

20.08.21 | Par rapport à la valeur, la plupart des importations de biens agricoles (chapitres douaniers 1-24) proviennent de l’UE. Nos pays voisins, l’Allemagne, la France et l’Italie sont les pays d’origine les plus importants. La position tarifaire la plus importante en vue des importations allemandes est la position « aliments pour chiens ou chats, conditionnés pour la vente au détail » avec une valeur de 33,4 millions CHF à l’importation. Quant à la France et à l’Italie, c’est la position « vins rouges naturels en récipients d'une contenance <= 2 litres » avec une valeur de 122,5 et 97,0 millions de CHF à l’importation. Vous trouverez beaucoup d’autres informations concernant le commerce extérieur agricole dans l’édition actuelle du chapitre « commerce extérieur » de la publication « Statistiques et évaluations concernant l’agriculture et l’alimentation ».

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 32/2021

13.08.21 | Malgré un léger recul de la production dans les années 2018 et 2019, la viande de porc reste toujours la viande indigène la plus importante avec une production brute de 223 986 tonnes en 2020. La production de viande de bœuf (118 190 tonnes en 2020) défend bien sa place en dépit de la diminution de l’effectif bovin. La production de viande de bœuf profite de la diminution de la production de viande de veau (25 496 tonnes en 2020). La production de viande de volaille augmente depuis plusieurs années et s’approche avec 105 513 tonnes en 2020 du niveau de la production de viande de bœuf. La production de viande de mouton (4315 tonnes) a diminué de 8 % en 2020. Tous les autres types de viande (gibier, lapins, chèvres, chevaux) sont nettement moins importants.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juillet 2021

10.08.21 | Juillet 2021 se classe parmi les cinq mois les plus pluvieux depuis le début des mesures. En fait, les sols étaient déjà largement saturés d’eau à la fin du mois de juin. Les grandes quantités de précipitations sont tombées principalement pendant la première moitié du mois, à partir du 5 juillet. Elles ont provoqué des inondations, des glissements de terrain et des laves torrentielles. Les crues ont aussi mené à la suspension temporaire de la navigation sur le Rhin. Plusieurs orages accompagnés de grêle ont causé des dégâts importants les 7 et 8 juillet ainsi que les 12 et 13 juillet. Par endroits, les cultures agricoles telles que les légumes et les vignes ont subi des pertes totales. Une phase de temps un peu plus ensoleillé a suivi du 17 au 23 juillet, avant qu’une situation dépressionnaire ne s’installe à nouveau. La grêle s’est encore abattue sur le pays le 24 et le 28 juillet, avec des grêlons atteignant une taille qui n’est attendue que tous les 20 à 50 ans. Au total, huit jours de grêle ont été enregistrés dans toute la Suisse en juillet. En juin déjà, les dommages causés par la grêle étaient déjà bien supérieurs à la moyenne, avec 6927 sinistres déclarés (tableau 1.5). En juillet, la température moyenne était de 0,3 degré inférieure à la norme 1981-2010, tandis que la température sur le versant sud des Alpes était dans la norme.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 29/2021

23.07.21 | Depuis 2012, la production de viande de veau a diminué de près d’un quart. Comme l’effectif de vaches baisse continuellement, il y a toujours moins de veaux à disposition. En plus, les veaux sont utilisés plus fréquemment pour l’engraissement au pâturage ou pour l’engraissement de gros bétail. En 2020, les engraisseurs de veaux ont beaucoup souffert pendant le confinement à cause de la fermeture des restaurants, vu que les restaurants sont des acheteurs importants de viande de veau.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 28/2021

16.07.21 | L’année 2011 était très favorable pour l’agriculture suisse : une année très sèche avec une répartition uniforme des précipitations a permis des rendements exceptionnels dans de nombreuses cultures, aussi bien par rapport à la quantité que par rapport à la qualité. L’année 2016 représente le contraire : des précipitations abondantes versaient surtout pendant la période de végétation. Ceci a amené des mauvaises récoltes dans la production végétale. L’année 2012 a connu autant de précipitations comme 2016, par contre, la distribution des précipitations était nettement plus favorable pour l’agriculture. En ce qui concerne les précipitations, l’année 2021 était plutôt discrète jusqu’à la fin de la deuxième décade du mois de juin. Cependant, avec les fortes pluies de ces derniers jours, le niveau de l’année 2016 a été atteint. Les perspectives sont aussi désagréables. En plus, les dégâts de grêle et élémentaires sont déjà plus grands qu’en 2016.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juin 2021

12.07.21 | Les journées caniculaires enregistrées notamment vers le milieu de juin 2021 ont en fait le quatrième mois de juin le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Le tonnerre a grondé surtout dans le premier et le dernier tiers du mois. De violents orages accompagnés de fortes pluies, de grêle et de vents tempétueux ont balayé la Suisse à partir du 18 juin. À certains endroits, de grandes quantités de pluie se sont abattues en un court laps de temps, entraînant des inondations dans plusieurs régions du versant nord des Alpes. La grêle avait déjà causé de nombreux dégâts en mai (tableau 1.5). Agristat ne dispose pas encore de données exactes pour le mois de juin. Cependant, le nombre de jours de grêle s’est montré très élevé. Une averse de grêle d’une ampleur exceptionnelle est survenue en particulier le 28 juin, avec des grêlons atteignant jusqu’à 7 cm de diamètre. De nombreux dommages sont donc à supposer. Après un mois de mai froid et humide, les paysans ont récolté beaucoup de foin en juin. La fenaison a donc commencé assez tard cette année, plus exactement avec six jours de retard par rapport à la date moyenne de la période de référence 1981-2010.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 26/2021

05.07.21 | Les chiffres d’affaires avec des denrées alimentaires sont devenus un pilier important du commerce de détail depuis longtemps déjà. Pendant la crise du coronavirus, leur importance a encore fortement augmenté. Au mois de mai 2021, les chiffres d’affaires avec des denrées alimentaires étaient toujours élevés (118,2 points), mais ils ont baissé par rapport au mois précédent (121,9 points) et à l’année 2020 (123,9 points). Il paraît que le tourisme d’achat reprend son souffle. S’il retrouve son niveau d’origine, ceci peut mettre sous pression surtout les prix à la production de denrées alimentaires avec une part indigène élevée où la production s’est adaptée à la demande temporairement accrue. Ces conditions sont remplies par exemple dans la production de lait, de porcs de bouche-rie et de légumes.

Lire la suite