Contenu principal

Une certaine retenue est de mise

Commentaire du marché du 7 juin 2019 dans le journal Agri

À un prix de 4 fr. 50 pour les porcs, éleveurs et engraisseurs s’en sortent, alors qu’un prix de 4 fr. 00 le kg PM permettrait de couvrir les charges spécifiques, hors salaire calculé. La dernière fois que les porcs coûtaient 4 fr. 50 remonte à 2014. À l’heure actuelle, le prix d’un goret tourne autour de 180 francs, si bien que les engraisseurs devront obtenir un prix semblable dans quinze semaines, c’est-à-dire cet automne. Fort heureusement, l’offre en gorets n’augmente pas malgré une demande soutenue. L’approvisionnement indigène ne doit pas dépasser 92 %, il s'agit là de la condition sine qua non pour que les détenteurs de porcs puissent produire de façon rentable pendant une période prolongée. Les semaines avec moins de jours d'abattage, comme à Noël ou à Pâques, la baisse de la production indigène contribue à éviter des accumulations. Cela ne fonctionne cependant que si la production indigène n’excède pas 92 %.

Outre l’approvisionnement du marché, ce sont les libérations d’importation qui requièrent de se montrer prévoyant et de tenir compte du marché. Il y a assez de places d’engraissement à l’heure actuelle, les places excédentaires ne devraient pas pousser les éleveurs à accroître la production. En effet, la production progresse encore, alors que la consommation poursuit toujours son recul. Les ventes d'aloyaux peinent à décoller comme souhaité ces jours-ci. Des bonnes ventes de viande de grillade dans les semaines à venir feront du bien au marché tout entier.

Noldi Windlin

Président de la commission permanente « Marché », Suisseporcs

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - février 2022

11.03.22 | Février 2022 a connu non seulement des températures douces et de longues périodes d’ensoleillement, mais aussi un temps très venteux au début et à la fin du mois. Alors que les précipitations étaient abondantes dans les Alpes centrales et orientales, le temps est resté sec dans l’ouest du Plateau, le nord-est de la Suisse et surtout le sud du pays. La floraison des noisetiers et du tussilage a eu lieu environ deux semaines plus tôt que la moyenne des années 1990 à 2020. L’hiver 2021/2022 a été doux, très ensoleillé par endroits et particulièrement sec dans le sud de la Suisse.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 10/2022

11.03.22 | Déjà au mois de janvier, les prix pour les agents de la production agricole comme les engrais, l’énergie, les semences, les aliments pour animaux etc. ont dépassé les prix de l’année précédente de 7,4 %. A ce moment, on pouvait encore s’attendre à une normalisation des prix après la fin de la crise du coronavirus. Suite à la guerre en Ukraine, les prix restent élevés ou augmentent encore, surtout ceux de l’énergie et des engrais. Il faut s’attendre à un renchérissement généralisé. Du point de vue actuel, la situation ne va pas se calmer. Pour l’agriculture suisse, il sera décisif de pouvoir couvrir les frais supplémentaires par une augmentation des prix à la production.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 09/2022

04.03.22 | Sur le marché mondial, le prix du blé atteint actuellement (4 mars 2022) le niveau maximal de l’an 2008. Le prix se situe environ à 400 CHF par tonne et a donc doublé depuis la fin de l’an 2020. Le graphique ne montre pas l’évolution la plus récente comme elle n’affiche que les prix mensuels jusqu’au mois de février 2022. La guerre en Ukraine a donc un effet net sur l’approvisionnement mondial en aliments qui a déjà été entravé par la crise du coronavirus. Les prix élevés vont surtout toucher les pays déjà défavorisés, par ex. en Afrique. La population de ces pays ne pourra guère payer ces prix élevés. La guerre en Ukraine entraîne déjà des souffrances indicibles sur place. De plus, elle risque d’amener une crise alimentaire dans de nombreux pays.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 08/2022

25.02.22 | En Suisse, une exploitation agricole nourrit en moyenne une centaine de personnes (en Suisse comme à l’étranger parce que des denrées alimentaires, p.ex. du fromage, sont aussi exportées). Dans le graphique, on peut constater une augmentation nette durant les années 1990 à 2014. Dans cette période, le nombre de personnes nourries par exploitation agricole augmente de 46 à 97. Il s’ensuit une phase de stagnation. Une cause probable est l’extensification de l’agriculture.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 07/2022

18.02.22 | Le pourcentage de bovins en stabulation libre a nettement augmenté entre 2013 et 2020. En 2013, la part des bovins en stabulation libre s’élevait à 65 %. En 2020, elle avait atteint 73 %. La part est surtout élevée chez les vaches mères et dans l’engraissement de gros bétail bovin. Dans ces secteurs, la part était déjà en 2013 très élevée et ne s’est plus beaucoup développée. La part des vaches laitières en stabulation libre est plus basse, par contre on peut constater une évolution nette de 46 % à 58 %. Les différences entre les régions sont claires. En région de montagne, la part des bovins en stabulation libre est plus petite qu’en région de plaine. La statistique se base sur une enquête par sondage et dispose d’une certaine marge d’erreur. Pour cette raison, les indications dans le texte sont arrondies aux nombres entiers.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 06/2022

11.02.22 | Selon l’indice, les prix d’achat des agents de production agricole (engrais, énergie, aliments pour animaux, machines, bâtiments etc.) ont augmenté de 6,2 % dans l’intervalle d’une année. Le renchérissement est très élevé en ce qui concerne les prix des engrais et de l’énergie. Les prix élevés de l’énergie, les conditions de transport difficile, les retards dans les chaînes d’approvisionnement et des prix de matières premières élevés de manière généralisée provoquent un net renchérissement pour la production agricole.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - janvier 2022

10.02.22 | Le mois de janvier a connu des températures douces, surtout à son début, et un temps très ensoleillé, même à basse altitude dans le Nord de la Suisse. Sur une grande partie du territoire, les précipitations ont représenté moins de 50 % de la norme 1991-2020, et même moins de 20 % dans une grande partie du Sud du pays.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 05/2022

04.02.22 | En Suisse, la production de lait a atteint un maximum de 3511 millions de kilogrammes en 2014. Depuis, la production de lait a diminué. Enfin, elle a pu se stabiliser durant les deux dernières années. En 2021, la production a atteint 3382 millions de kilogrammes. Selon le bilan alimentaire, la consommation de lait a atteint le maximum déjà en 2013, avec une quantité de 2634 millions d’équivalents-laits (pour le bilan alimentaire, tous les produits laitiers y compris le beurre sont transformés en lait entier). La quantité consommée correspond environ à trois quarts de la production comme une partie de la production est exportée et le petit lait issu de la production de fromage est utilisé pour l’affouragement. Jusqu’à l’année 2019, la consommation de lait et de produits laitiers a diminué malgré l’augmentation de la popu-lation. En 2020, la consommation a progressé à 2645 millions d’équivalents-lait, surtout parce que le tourisme d’achat a été fortement réduit. Le tourisme d’achat n’est pas pris en compte dans le bilan alimentaire. En 2021, on peut présumer que la consommation de lait va se développer sur un niveau comparable à celui de 2020. La question est de savoir à quel niveau la production et la consommation vont se développer après la crise du coronavirus.

Lire la suite