Contenu principal

Une législation efficace pour une agriculture plus durable

Communiqué de presse de l’Alliance contre les initiatives phytos extrêmes du 7 avril 2021

Diminuer les quantités et les risques liés aux produits phytosanitaires, et réduire les pertes d’éléments fertilisants : l’initiative parlementaire adoptée par les Chambres fédérales à la session de printemps constitue une réponse solide aux initiatives phytos extrêmes, sur lesquelles le peuple votera le 13 juin prochain. Plus efficace et plus cohérente que les deux projets populaires, elle peut aussi être mise en œuvre plus rapidement. 

Au départ, le sujet de l’initiative parlementaire qui vient d’être adoptée au Parlement se limitait à la réduction des risques liés à l’utilisation des produits phytosanitaires (PPh). Ce sujet s’est élargi au fil des débats. Dans sa version finale, l’initiative prévoit aussi la réduction des pertes d’éléments fertilisants, de même que des prescriptions relatives aux biocides. La nouvelle législation entrera en vigueur au plus tard en 2023. Les risques que présente le recours aux PPh pour l’être humain, les animaux et l’environnement devront être réduits de 50 % d’ici à 2027. Cette réduction passera aussi par une diminution directe des quantités de produits utilisés. En lançant le Plan d’action national Produits phytosanitaires en 2017, les autorités avaient déjà retiré l’homologation de nombreuses substances actives.

L’évaluation des risques reposera sur un indicateur qui prend en compte différents facteurs, comme le volume des ventes, la toxicité et l’exposition. Selon l’évolution de la situation, le Conseil fédéral pourra encore serrer la vis au moment de fixer les objectifs de réduction à partir de 2027. Un système d’information centralisé pour toutes les utilisations et une obligation de déclarer les ventes garantiront une transparence totale dans le recours aux PPh. Par ailleurs, l’initiative parlementaire renforce de manière considérable la réglementation concernant les résidus de ces produits dans les eaux souterraines. Dans les aires d’alimentation des captages d’eau potable, la concentration des substances actives et de tous les produits de dégradation ne doit pas dépasser 0,1 μg/l. Même pour des métabolites non pertinents sur le plan toxicologique, les exigences quantitatives se sont vues multipliées par 100. Si ces valeurs sont dépassées, le produit en cause perd son homologation.

Les pertes d’azote et de phosphore dues à l’agriculture doivent aussi être réduites d’ici à 2030. Le Conseil fédéral fixera les objectifs de réduction à l’issue de la procédure de consultation. De plus, l’initiative parlementaire entend remplacer les engrais minéraux importés par des engrais de ferme et de la biomasse indigènes. Il faudra informer la Confédération des livraisons d’aliments concentrés et d’engrais. Ces annonces permettront de créer une transparence dans leur utilisation.

À titre de comparaison, l’initiative populaire sur l’eau potable ne réglemente en aucune manière l’usage des PPh pour les exploitations qui renonceront aux paiements directs. C’est ce que feront celles qui n’auront pas d’autre choix et qui utilisent déjà le plus ces produits. En outre, ni l’initiative sur l’eau potable ni celle pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ne permettront de réguler les apports de nutriments dans l’environnement.

Le secteur agricole soutient l’initiative parlementaire, même si sa mise en œuvre le placera face à des défis de taille. Il veut faire partie de la solution et participer en continuant de réduire les répercussions qu’occasionne son activité sur l’environnement.

Renseignements

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Bien vu ! Le contre-projet et l’initiative sont inutiles

20.10.21 | La commission chargée du premier examen recommande au Conseil national de rejeter tant l’initiative sur l’élevage intensif que le contre-projet. L’Union suisse des paysans salue cette décision. Non seulement ces deux projets sont inutiles, mais auraient aussi des conséquences négatives majeures.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n°41 (11 – 17.10.2021)

19.10.21 | Comme l’initiative contre l’élevage intensif pourrait venir en votation en septembre 2022 déjà, l’USP prépare déjà le sujet et la thématique est traitée dans quasiment toutes les séances. Comme avec les initiatives sur les pesti- cides, ce texte aurait comme conséquence de pénaliser fortement la production indigène et d’augmenter les im- portations. Or, celles-ci risquent de provenir également de pays aux standards de production bien inférieurs aux règles suisses. En effet, la volonté des initiants de soumettre les importations aux mêmes règles que la production indigène contredirait les engagements internationaux de la Confédération.

Lire la suite
Communiqués de presse
Champ professionnel de l’agriculture : effectifs des apprentis toujours en hausse

13.10.21 | Après un effondrement du nombre d’apprentis dans le champ professionnel de l’agriculture lors de l’année scolaire 2019/20, les chiffres se redressent et l’évolution positive se poursuit. Par rapport à l’an passé, les effectifs augmentent de près de 6 %, soit 208 apprentis.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP N°40 (4 – 8.10.2021)

12.10.21 | L’Office fédéral de la statistique a présenté les chiffres 2021 sur la situation économique de l’agriculture. La valeur de la production est estimée à 11,2 milliards de francs, soit 2,1% de moins qu’en 2020. La production végétale subit de plein fouet les conséquences des nombreux épisodes de grêle, des intempéries et de la pression des maladies et des ravageurs. Cette situation remet au premier plan, d’une part l’importance de la protection phytosanitaire, et d’autre part la nécessité de mesures d’adaptation aux changements climatiques. Que ce soit avec des assurances récoltes ou la possibilité de faire des provisions fiscales, des solutions doivent être trouvées afin d’atténuer les problèmes de trésorerie auxquels les exploitations agricoles suisses sont confrontées et de garantir ainsi la résilience de notre agriculture

Lire la suite
Communiqués de presse
Prendre ses responsabilités. S’équiper pour la vie.

12.10.21 | « Prendre ses responsabilités. S’équiper pour la vie »: telle est la devise de la campagne qu’a lancée aujourd’hui le secteur pour améliorer la couverture sociale dans l’agriculture et en particulier celle des paysannes. Les éléments clés de cette campagne sont une simple check-list pour déceler le potentiel d'amélioration et une offre gratuite de conseil accessible à tout le monde pour examiner les différentes options adaptées à la situation en vue d’une meilleure couverture sociale.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 09-21 : Évolution de l’effectif du cheptel suisse

11.10.21 | L’effectif du cheptel connaît une hausse estimée de 7500 UGB en 2021. Les augmentations les plus importantes concernent les effectifs des porcs et des volailles. Alors que l’effectif porcin présente une fluctuation temporaire dans le cadre du cycle du porc, l’effectif avicole connaît une croissance depuis plusieurs années.

Lire la suite
Praktikum 80 – 100 % Dauer 6 Monate

11.10.21 | Interessieren Sie sich für eine nachhaltige Nutztierhaltung in der Schweiz? Dann sind Sie bei uns richtig! Der Geschäftsbereich Viehwirtschaft in Brugg bietet ab sofort oder nach Verein-barung ein

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - septembre 2021

11.10.21 | La fraîcheur du mois d’août a fait place à un ensoleillement supérieur à la moyenne durant un mois de septembre particulièrement doux. Des températures élevées ont été enregistrées, en particulier pendant la première partie du mois. Tout comme au mois d’août, les précipitations sont restées inférieures à la moyenne. Par endroits, la quantité de pluie n’a même pas atteint un tiers des valeurs normalement observées en septembre. 6927 cas de sinistres engendrés par la grêle ont été signalés au mois de juin et 3577 au mois de juillet (tableaux 1.4 et 1.5). Le nombre de sinistres déclarés pour l’année en cours (août compris) s’est élevé à 11'212. L’assurance Suisse Grêle estime les dommages assurés à 110 millions de francs et parle de la pire année de grêle depuis sa fondation. L’agriculture a aussi été fortement affectée par des dommages causés par des forces naturelles cette année, car la grêle s’est souvent accompagnée de fortes pluies et d’inondations.

Lire la suite