Contenu principal

Notre travail en 2018

Développement de la politique agricole

En novembre, à l’occasion de leur assemblée annuelle, les délégués de l’Union suisse des paysans (USP) ont adop-té une résolution sur la politique agricole à partir de 2022 (PA 22+). Ils réclament entre autres plus de stabilité dans les conditions cadres, la mise en œuvre du nouvel article constitutionnel 104a sur la sécurité alimentaire et moins d’administration. À la fin de l’année, le Conseil fédéral a mis son message sur la PA 22+ en consultation. Celui-ci va à l’encontre de nombreux objectifs de la résolution. L’USP a mené des discussions avec les différents groupes d’intérêt du secteur agricole. Sur cette base, elle a élaboré une prise de position provisoire, qu’elle a envoyée à toutes ses organisations membres pour leur permettre d’y insérer leurs revendications et leurs idées.

 

Accords de libre-échange

L’entretien publié en page X contient de plus amples informations sur le libre-échange. Parmi nos actions de 2018, il convient de souligner notre engagement dans la coalition sur l’huile de palme (cf. image), qui s’est battue contre les importations d’huile de palme non durable dans le cadre des accords de libre-échange avec la Malaisie et l’Indonésie. L’huile de palme concurrence l’huile de colza indigène, produite avec responsabilité. 

Conférence de presse de début d’année et Rapport de situation

L’année 2018 a commencé avec notre traditionnelle conférence de presse de début d’année (cf. image). Cette conférence s’est tenue à Derendingen (SO), sur une exploitation laitière, et portait sur la présentation du rapport de situation « Commerce équitable : en Suisse et dans le monde ». Urs Gugisberg et Nicole Hälg, chefs de l’exploitation, livrent leur lait à la laiterie Lanz, qui leur paie environ 8 centimes de plus que le prix moyen. C’est ce qui leur a permis d’engager divers investissements dans le lait et le bien-être animal les années précédentes. Nous demandons que l’avenir soit plus tourné vers le commerce équitable que vers le libre-échange. La confé-rence de presse a accueilli de nombreux visiteurs, et a même fait l’objet d’un reportage au téléjournal.

Magazine « Zoom » sur la protection des végétaux

Nous avons remplacé le Rapport de situation par le magazine « Zoom ». Cette publication est semestrielle et plus courte. Le premier numéro s’intitulait « Pourquoi nos plantes ont besoin d’être protégées ». Nous l’avons présen-té lors d’une conférence de presse sur la protection des végétaux à Schalunen (BE), sur l’exploitation de grandes cultures de Markus Lüscher, avant de l’envoyer à un grand nombre de personnes. 

Sécheresse extrême

La sécheresse qui a sévi dans de nombreuses régions en Suisse a placé l’agriculture face à d’importants défis, nuisant particulièrement à la culture fourragère. L’USP a lancé un train de mesures pour diminuer les répercus-sions négatives de la sécheresse. Les mesures politiques visaient notamment à assouplir l’application des disposi-tions relatives aux paiements directs, les mesures commerciales à stabiliser le prix des vaches de boucherie. À notre grande surprise, la branche laitière a refusé les cinq centimes de solidarité que nous réclamions pour cou-vrir les coûts supplémentaires d’affouragement. Comme il se pourrait que ces situations météorologiques de-viennent de plus en plus fréquentes, l’USP a déposé une intervention parlementaire pour une assurance contre les pertes de gain.

SwissSkills

Les métiers du secteur agricole se sont à nouveau rendus à Berne pour participer aux SwissSkills, le championnat suisse des métiers. Ils ont joui d’une grande attention et de reportages très élogieux à la radio et à la télévision de toutes les régions linguistiques. Entre le 12 et le 16 septembre, quelque 120 000 visiteurs, dont plus de 60 000 écoliers, ont visité cette édition des SwissSkills. Des concours ont été organisés dans les métiers d’agriculteur (cf. photo : au centre Johannes Meyer, nouveau champion suisse), de maraîcher, de vigneron, de caviste et des métiers liés au cheval. Les autres professions ont présenté leurs activités sur des stands. Ce genre d’événement constitue la meilleure publicité pour les métiers et permet d’en montrer le nombre, la diversité et les exigences élevées auxquelles doivent satisfaire les jeunes professionnels.

Création de valeur

La situation sur les marchés continue de faire la pluie et le beau temps dans la conjoncture de l’agriculture. En 2018, l’USP s’est engagée pour un régime de marché optimal, atteignant des résultats non négligeables en ce qui concerne la production de betteraves sucrières. Le Conseil fédéral a décidé d’introduire une protection douanière minimale pour le sucre et de relever la contribution aux cultures particulières pour les betteraves sucrières. Ac-compagnée des organisations spécialisées, l’USP a aussi défendu des conditions raisonnables de prise en charge et des importations conformes au marché dans différents secteurs. Les recettes de l’agriculture en 2018 étaient d’environ 250 millions de francs supérieures à celles de 2017, compte tenu de la situation très inégale sur les différents marchés. 

Pétition pour sauver les insectes

Accompagnée des Amis de la Nature Suisse, de Dark-Sky Switzerland et d’apisuisse, l’USP a lancé la pétition « Élu-cider la disparition des insectes », qu’elle a pu remettre fin 2018, munie de 165 512 signatures, au Conseil fédéral et au Parlement (cf. image). Le grand nombre des signataires montre qu’une grande partie de la population est inquiète au point de demander au Conseil fédéral d’élucider de manière scientifique la disparition des insectes.

Concours de bandes fleuries

Pour encourager la biodiversité, l’USP, la HAFL, le FibL et Agroscope ont organisé un concours de bandes fleuries. Ce concours comptait quatre catégories. Les exploitations suisses ont eu l’occasion de présenter leurs plus belles bandes fleuries. Ces bandes servent de source de nourriture et d’habitat aux auxiliaires et aux pollinisateurs.  

Projet-pilote réfugiés

En 2015, l’USP, épaulée par le Secrétariat d'État aux migrations (SEM), avait lancé un projet-pilote de trois ans. L’objectif était de découvrir dans quelles conditions les réfugiés reconnus et les personnes admises à titre provi-soire pouvaient augmenter leurs chances de trouver et de garder un travail dans l'agriculture. Lors d’une confé-rence de presse, l’USP et le SEM ont présenté le rapport final, les conclusions et la suite de la procédure, mettant ainsi fin au projet de manière officielle. L’engagement de réfugiés comme main-d’œuvre dans les fermes se pour-suit au sein de projets cantonaux et des préapprentissages d’intégration. 

Refonte complète de la communication de base

En été 2018, l’USP a pris congé de son fameux slogan « Proches de vous. Les paysans suisses. » et de sa croix agricole, instaurés il y a 20 ans. Une nouvelle ère a commencé avec la marque « Paysans suisses », flanquée du slogan « D’ici, avec passion ». Les affiches ont aussi fait peau neuve : des paysannes et paysans expliquent en personne, sous le titre « Votre paysan. Votre paysanne. », les prestations qu’ils fournissent à la population suisse, pourquoi ils le font et quelles valeurs ils défendent. 

Faits concernant l'agriculture

De nombreuses semi-vérités et des informations infondées circulent sur l’agriculture. Par conséquent, des re-proches unilatéraux suffisent à faire douter la population. Aussi avons-nous élaboré le projet « Faits concernant l’agriculture » pour informer des principaux problèmes auxquels fait face l’agriculture à l’heure actuelle. La mise en place et le développement constant d’agrowiki.ch, où figurent des informations de base accessibles à tous sur la protection des végétaux, l’alimentation et la garde des animaux, la biodiversité, et bien d’autres choses en-core, constituent le cœur du projet. Vous y trouverez de courtes vidéos sur la nourriture des animaux et la protec-tion des végétaux. Des panneaux, des imprimés et d’autres informations sur les réseaux sociaux complètent le projet. 

Révision de la valeur de rendement agricole et du fermage

Au terme d’un appel d’offres public lancé par l’Office fédéral de l’agriculture, Agriexpert s’est vu attribuer le mandat d’accompagner et de superviser la révision du Guide pour l’estimation de la valeur de rendement agricole en qualité d’organe de référence. La nouvelle version du guide est entrée en vigueur le 1er avril 2018. Comptant parmi les pierres angulaires du droit des successions en milieu rural, le principe de la valeur de rendement constitue la base pour la transmission de toute exploitation.La croissance des exploitations et le Dépouillement centralisé des données comptables ont conduit à une hausse moyenne de 14 % de ces valeurs. La hausse des nouvelles valeurs de rendement ont aussi entraîné une révision de l’ordonnance sur les fermages. Lors de leur audition, l’USP et sa division Agriexpert sont parvenues à faire passer une clause de rigueur pour limiter à 20 % la hausse annuelle du fermage des entreprises agricoles. Agriexpert a donné des cours aux conseillers ainsi qu’aux agriculteurs de toute la Suisse.
 

Agrivalor

Début avril, dans le cadre de l’entrée en vigueur du nouveau guide d’estimation, Agriexpert a introduit Agrivalor®, un programme permettant de calculer la valeur de rendement sur le marché. Ce programme s’utilise sans devoir être installé et fonctionne sur tous les terminaux, même les téléphones portables. L’accès s’effectue en ligne via le cloud. Depuis son entrée en fonction, il a déjà servi à plusieurs milliers d’estimations. Plusieurs administrations cantonales des impôts utilisent Agrivalor® pour les nouvelles estimations. Ce logiciel est aussi accessible aux agriculteurs et aux autres personnes intéressées qui désirent le tester une fois.

Agrisano : croissance dans tous les secteurs

En 2018, les entreprises Agrisano (Fondation Agrisano, Caisse-maladie Agrisano SA, Assurances Agrisano SA, Agrisano Prevos et Agrisano Pencas) ont gagné en importance, présentant une croissance dans tous les secteurs d’assurance. Le collectif de l’assurance de base a connu une hausse particulièrement marquée : 11 000 personnes ont décidé de passer à l’assurance paysanne, soit une hausse d’environ 8,5 %.

Soutien à l’agriculture

En tant qu’assureur de l’agriculture, l’assurance Agrisano soutient chaque année de nombreuses manifestations et de nombreux événements agricoles. En 2018, elle en a soutenu environ 550 dans toute la Suisse. Son investissement est allé d’expositions de bétail à celles d’animaux d’élevage et de petits animaux, en passant par des assemblées de délégués, des concours d’habileté à la conduite de tracteur et de traite, des championnats des métiers et des remises de diplômes. Les paysannes et les femmes rurales, les jeunes agriculteurs, les éleveurs ainsi que d’innombrables autres organisations et associations agricoles ont reçu le soutien d’Agrisano. L’engagement social de l’assurance Agrisano reste un élément central de son activité.