Contenu principal

Luttons ensemble contre le gaspillage alimentaire

Près du tiers de tous les aliments produits en Suisse est perdu ou gaspillé entre le champ et l’assiette. Par année, cette quantité équivaut à 2,6 millions de tonnes environ. Les ménages et la restauration sont responsables de presque la moitié de ces déchets. En Suisse, les familles paysannes produisent des aliments pour la population avec ardeur : elles labourent les sols et aménagent des cultures, dont elles prennent soin du semis à la récolte, et s’occupent sept jours sur sept de leurs animaux de rente. Ce faisant, elles s’efforcent de limiter les pertes du mieux qu’elles peuvent. En effet, toute marchandise invendable ou invendue est synonyme de revenus moindres. Il n’empêche que la production d’aliments nécessite en soi de nombreuses ressources. De cette production, un tiers finit à la poubelle ou dans une installation de biogaz : une charge dont l’environnement et le climat se passeraient bien.

L’agriculture est responsable à 9 %

L’agriculture, pour sa part, n’est responsable que de 9 % de l’ensemble du gaspillage alimentaire, et ce pour les deux raisons principales suivantes : 1) marchandise invendable en raison de différences plus ou moins importantes par rapport aux normes (strictes !) du commerce, p. ex. carotte présentant une courbure trop marquée, concombre trop long, pomme tachetée ou pomme de terre galeuse ; 2) offre trop importante pour la demande actuelle. Cette seconde raison concerne surtout les aliments frais et rapidement périssables, comme la salade, dont la croissance et la consommation dépendent en plus beaucoup de la météo. Un cinquième des aliments invendus finissent dans la mangeoire des animaux et, partant, redeviennent des aliments de manière détournée. Le reste sert à produire de l’électricité et de la chaleur dans les installations de biogaz, et les excédents de compost se retrouvent sur les champs sous forme d’engrais. Les agriculteurs peuvent aussi enfouir les autres résidus de récolte, ceux-ci participant à la production d’humus et favorisant la fertilité des sols.

Autres canaux d’écoulement

Les agriculteurs qui ne peuvent pas écouler leur production en passant par les canaux commerciaux officiels ont deux autres solutions : soit ils s’adressent directement aux consommateurs à l’aide d’un appel dans les médias régionaux ou sur les réseaux sociaux (p. ex. Facebook) et organisent une vente spéciale à la ferme, soit ils contactent les acteurs présents dans d’autres canaux d’écoulement et passés maîtres dans l’art d’éviter le gaspillage alimentaire (cf. liste des acheteurs potentiels).

Que font les familles paysannes et l’Union suisse des paysans contre le gaspillage alimentaire ?

Semis

  • Bien planifier les semis et les plantations (espacement) en fonction des besoins escomptés au moment de la vente.

Entretien

  • Mettre en œuvre des mesures pour protéger les cultures sensibles aux maladies et aux ravageurs suivant la météo, de sorte à assurer la qualité de la récolte et à répondre aux critères stricts des acheteurs. 

Récolte

  • Employer des techniques respectueuses, récolter en temps utile et laisser le moins possible de produits dans les champs.

Transformation, stockage et vente

  • Écouler les produits non commercialisables en pratiquant la vente directe dans un magasin de ferme, sur le marché hebdomadaire ou à travers un autre canal d’écoulement (cf. liste des acheteurs potentiels) 
  • Transformer les produits invendables, invendus, mais pouvant encore être consommés sous forme de confiture, de sirop, de liqueur, de chutney, de fruits séchés, de sauce, de soupe, etc.

Élimination

  • Nourrir les animaux de rente avec les produits invendables ou ne pouvant pas être transformés.
  • Procéder au compostage ou à la méthanisation des aliments excédentaires, utiliser les déchets organiques pour produire de l’énergie.

Divers

  • Discuter avec les commerçants et les transformateurs pour augmenter la palette des produits commercialisables.
  • Sensibiliser la population en vue d’un regain d’appréciation des aliments à leur juste valeur de manière générale.

Acheteurs potentiels de marchandise non commercialisable :

Gmüsegarte
Nous achetons les produits que nos agriculteurs partenaires ne peuvent pas vendre et les proposons dans notre local au cœur de la ville de Berne.
Région de Berne
Mail :hallo@hellogmueesgarte.ch
T :031 503 47 74
Site Internet

monverger.ch
Plateforme pour le partage de fruits.
toute la Suisse
S’inscrire en ligne
Tables du Rhône    
Distribuer gratuitement les produits alimentaires excédentaires aux plus démunis.
Valais
Mail : coordinateur@hellotablesdurhone.ch 
T : 079 212 74 18
Site Internet
Table Suisse
« Table Suisse collecte des aliments excédentaires d’une qualité irréprochable et les redistribue gratuitement à des institutions sociales telles que des foyers pour sans-abris, des soupes populaires, des centres d’accueil d’urgence ou d’autres œuvres d’entraide. »
toute la Suisse
S’enregistrer en passant par la plateforme Food Bridge

Table couvre-toi 
Distribution d’aliments d’une qualité irréprochable à des personnes touchées par la pauvreté.
toute la Suisse
Mail : info@hellotischlein.ch 
Site Internet

Foodonate
Application permettant aux producteurs de proposer leur marchandise. Les autres utilisateurs peuvent alors s’annoncer et aller chercher leur commande.
toute la suisse
Site Internet 

Food Bridge
Plateforme spécialement dédiée à la recherche de solutions et aux grandes quantités. 
Lieu de rencontre entre producteurs et acheteurs.
toute la Suisse
Site Internet
 

  

Notre engagement dans le cadre de la campagne « Save Food. Fight Waste »

Dans le cadre de la campagne nationale « Save Food. Fight Waste », la population doit d’une part réapprendre à accorder aux aliments leur juste valeur, laquelle est élevée, et d’autre part accepter que l’apparence des produits de la nature est sujette à des variations. Dans cette optique, nous mettons à la disposition des exploitations pratiquant la vente directe des autocollants et du matériel d’information pour la vente de produits non commercialisables. Les personnes intéressées peuvent s’annoncer auprès de sandra.helfenstein@hellosbv-usp.ch.

Informations complémentaires :

Interlocuteur pour le dossier

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch