Contenu principal

Le Sommet agricole sur le Mercosur se tiendra sans l’USP

Communiqué de presse de l'Union suisse des paysans du 24 janvier 2018

Le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a envoyé, cette semaine, une invitation à un « Sommet agricole sur le Mercosur ». A cette occasion, le ministre de l'économie entend aussi aborder la Vue d'ensemble du développement de la politique agricole qu'il a présentée début novembre. L’USP prend ses distances avec cette rencontre et n’y participera pas. Cela tient au fait que la Vue d’ensemble n’offre aucune base à une agriculture porteuse d’avenir pour l’USP et que le Conseiller fédéral a refusé l’entrevue proposée par la faîtière paysanne.

Lors de leur assemblée annuelle le 23 novembre 2017, c’est à l’unanimité que les délégués de l'Union suisse des paysans ont rejeté la Vue d'ensemble sur le développement de la politique agricole, présentée peu de temps auparavant par le Conseil fédéral. Le gouvernement y prône un démantèlement de la protection douanière dans tous les scénarios exposés. Plusieurs des hypothèses retenues se révèlent totalement irréalistes. A titre d’exemple lorsqu’il est question de l’évolution des coûts de la consommation intermédiaire dans la plupart des cas mentionnés ou des salaires des travailleurs agricoles. Le document ne contient pas non plus le moindre plan pour atténuer et financer les pertes massives que subiront les familles paysannes. Le Conseiller fédéral a évoqué une augmentation de la TVA en conférence de presse, quand bien même la Vue d’ensemble avance une baisse des prix à la consommation comme l’un des avantages de la réduction de la protection douanière.

Aujourd’hui déjà, la Suisse importe plus que 40 % de sa nourriture. Rares sont les pays dans le monde qui présentent une dépendance de l’étranger aussi importante que la Suisse pour approvisionner leur population. La protection douanière actuelle ne nuit à personne. Même les prix à la consommation ne bougeraient guère, car la part que représentent les matières premières agricoles dans chaque franc dépensé par le consommateur se révèle modeste. L’évolution des structures agricoles est intense et ira encore en s’accentuant, même sans pression supplémentaire. En effet, la relève reste largement insuffisante pour reprendre les exploitations. Et pour cause : les revenus sont très bas et restent bien inférieurs à ceux des branches comparables.

Avec la Vue d’ensemble, le gouvernement a donc effectué une analyse qui n’apporte aucune perspective à l’agriculture et dans laquelle il occulte des facteurs décisifs. Il bafoue par ailleurs la très nette décision populaire du 24 septembre 2017, où plus de 78 % de la population ont plébiscité l’inscription de la sécurité alimentaire dans la Constitution et le maintien de la production indigène.

L’Union suisse des paysans ne refuse pas le dialogue avec le ministre de l’économie et ne s’oppose pas par principe à la conclusion de nouveaux accords bilatéraux. Depuis le 19 décembre dernier, l’USP a adressé deux courriers au Conseiller fédéral pour lui demander une entrevue. En réponse, le secrétaire général a sèchement rejeté la proposition de l’USP. La confiance de l’USP est entamée, car elle considère que les conditions ne sont pas réunies pour mener une discussion franche et honnête. C’est pourquoi le Sommet agricole sur le Mercosur convoqué par le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann se déroulera sans l’USP.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Francis Egger

Vice-directeur Union Suisse des Paysans
Département économie, formation et
relations internationales

Mobile 079 280 69 66
Email francis.egger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Points d’interrogation autour de l’accord de libre-échange avec l’Indonésie

01.11.18 | La Suisse serait sur le point de signer l’accord de libre-échange avec l’Indonésie. C’est ce qu’a annoncé hier le Conseil fédéral. Aucune information n’a toutefois filtré quant au contenu. Ce qui est important pour l’Union suisse des paysans, c’est que le Conseil fédéral ait respecté les lignes rouges à ne franchir dans le cas des produits sensibles et qu’il ait imposé la durabilité comme critère contraignant.

Lire la suite
Communiqués de presse
Oui au libre-échange avec le Mercosur, mais pas à tout prix

29.10.18 | La Suisse est en train de négocier un accord de libre-échange avec les États du Mercosur. Présentée lors de la conférence de presse qui s’est tenue aujourd'hui, la coalition sur le Mercosur dit oui à cet accord, mais pas à tout prix. Elle exige que des critères contraignants de durabilité y figurent pour ne pas compromettre les produits agricoles sensibles ni la protection des consommateurs.

Lire la suite
Communiqués de presse
Huile de palme : il n’y a aucune concession à faire !

25.09.18 | L’accord de libre-échange avec la Malaisie et l'Indonésie et, partant, la très controversée huile de palme figuraient aujourd’hui à l’ordre du jour du Conseil des États. Ce n’est qu’avec la voix prépondérante de la présidente que la Chambre haute a décidé de suivre sa commission de politique extérieure, torpillant ainsi la demande largement soutenue par l’agriculture, les consommateurs et les cantons d'exclure l'huile de palme des négociations. L’Union suisse des paysans attend maintenant du Parlement et du Conseil fédéral qu’ils prennent au sérieux les réserves exprimées et qu’ils ne fassent aucune concession.

Lire la suite
Communiqués de presse
Des singes sur la Place fédérale: une pétition demande au Conseil des États d’exclure l’huile de palme

20.09.18 | Depuis le vote négatif de la Commission du Conseil des États, chaque jour 1’000 électrices ou électeurs déçus ont signé la pétition réclamant l’exclusion de l’huile de palme des accords de libre-échange avec la Malaisie et l’Indonésie. Les auteurs de la pétition la remettaient aujourd’hui personnellement au Conseil des États.

Lire la suite
Communiqués de presse
Fini l’huile de palme dans l’alimentation des animaux !

12.09.18 | L’Union suisse des paysans a interdit aux producteurs adhérents au programme AQ-Viande suisse d’utiliser de l’huile de palme dans l’alimentation des animaux de rente. Au tour maintenant de l’industrie alimentaire et du Parlement d’assumer leur responsabilité.

Lire la suite
Communiqués de presse
Mauvais compromis de la commission du Conseil des États : la coalition sur l’huile de palme réagit avec une pétition

05.09.18 | Cette semaine, la commission de politique extérieure du Conseil des États s’est prononcée à une courte majorité contre l’exclusion de l’huile de palme des accords de libre-échange avec la Malaisie et l’Indonésie. Elle oppose à la motion Grin une motion insignifiante. La coalition sur l’huile de palme réagit avec véhémence à ce compromis boiteux et adresse aujourd’hui une pétition au Conseil des États.

Lire la suite
Communiqués de presse
Adhésion de l’Autriche à l’UE : un exemple d’ouverture des frontières à suivre ?

28.08.18 | Dans sa Vue d’ensemble du développement à moyen terme de la politique agricole, le Conseil fédéral veut montrer en quoi l'ouverture des frontières a des retombées positives sur l'agriculture nationale en se fondant sur la situation de l’Autriche après son entrée dans UE. L’Union suisse des paysans a profité de l’occasion pour effectuer une analyse complète des conséquences qu’a eues l’adhésion de l’Autriche à l'UE sur son agriculture. Elle est arrivée à la conclusion que l'agriculture autrichienne ne donne aucun argument pour l’ouverture des frontières.

Lire la suite
Communiqués de presse
Mercosur : l’enjeu va au-delà des steaks argentins

18.06.18 | L’accord de libre-échange visé avec les États du Mercosur est sur toutes les lèvres. Après s’être penchée sur les flux commerciaux actuels ainsi que les avantages et les inconvénients d’un accord, l’Union suisse des paysans a rendu ses conclusions dans un rapport. La faîtière agricole estime qu’un résultat acceptable est tout à fait à la portée des parties, à condition de le vouloir.

Lire la suite