Contenu principal

Libre-échange avec la Chine : à quand le boom ?

Communiqué de presse de l'Union suisse des paysans du 1 mai 2018

L’accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine est entré en vigueur il y a quatre ans. Une analyse de l’Union suisse des paysans consacrée aux retombées de cet accord sur l’ensemble de l’économie, le commerce agricole et les exportations de fromage aboutit à des conclusions décevantes. Afin de dépassionner le débat sur la conclusion d'autres accords de libre-échange, le Comité de l'Union suisse des paysans a décidé d’exposer ces résultats dans un rapport.

En 2013, le Conseil fédéral a accompli ce qu’aucun de ses homologues d’Europe continentale n’avait réussi avant lui : il signait un accord de libre-échange avec la puissance économique mondiale qu’est la Chine. Quatre ans après l’entrée en vigueur de l'accord au 1er juillet 2014, la question se pose de savoir si celui-ci a bel et bien déclenché un essor des exportations. L’Union suisse des paysans (USP) a passé au crible le développement des exportations totales et agricoles, puis elle a résumé ses conclusions dans un rapport succinct.

Tous secteurs confondus, les exportations vers l’empire du Milieu ont progressé de 47 % entre 2012 et 2017 (échanges d’or y compris, en dépit des distorsions qu'ils provoquent dans la balance commerciale). C'est l'industrie pharmaceutique qui a connu la plus forte croissance. Si ce secteur a réussi à doubler ses parts, l’industrie des machines et l’horlogerie ont même perdu au change. Les taux de croissance les plus élevés remontent d’ailleurs à avant 2014. La conjoncture en Chine et le taux de change auraient donc eu un impact plus déterminant sur l’évolution des échanges sino-helvétiques que l'accord de libre-échange proprement dit. Force est de constater que, pour l’économie suisse à l’exception de la branche pharmaceutique, l’accord ne semble pas encore tenir les promesses souvent entendues à l’époque de sa conclusion.

La situation se révèle similaire dans le cas des produits agricoles. Entre 2012 et 2017, la part du secteur dans les exportations totales vers la Chine a doublé pour s’établir à 1,2 %. Cela tient pour l’essentiel à l’envolée des ventes de nourriture pour les nourrissons. Avec le café et le chocolat, celles-ci représentent plus de 70 % des exportations de produits alimentaires. Cette évolution positive n'est toutefois pas à mettre au compte de l'accord de libre-échange, car elle résulte avant tout du scandale de la nourriture pour bébés contaminée à la mélamine. En effet, la croissance régulière des ventes s’était déjà amorcée en 2008, suite à l’éclatement du scandale du lait trafiqué à la mélamine.
L’évolution pour le fromage paraît, elle aussi, positive à première vue. Si la croissance annuelle des exportations s’élevait à 8,5 % avant l’accord, le volume a ensuite augmenté de 60 %. Cette évolution ne résulte toutefois pas d’une demande grandissante de la part de riches Chinois affectionnant le Gruyère, l'Emmental ou l'Appenzeller. Il s’agit en réalité de fromage râpé ou en poudre bon marché et interchangeable. À un prix moyen de 4 fr. 26 le kilo, ces exportations n’apportent aucune plus-value aux producteurs de lait et pourraient même nuire à la bonne image du fromage suisse. Le libre-échange avec la Chine n’a donc pas prétérité l’agriculture suisse, mais les retombées promises sont restées un vœu pieu jusqu’à ce jour.

L’USP veut à présent creuser la question et découvrir afin de comprendre pourquoi les ventes de fromage de qualité ne s’envolent pas. Selon des premiers indices, il se pourrait que certains fromages soient trop salés pour les Chinois. Il est toutefois probable que les entraves non tarifaires au commerce de la Chine, telles que l'accréditation des fabricants et des exportateurs, les formalités douanières et les prescriptions en matière de sécurité alimentaire, représentent des obstacles encore plus importants.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Beat Röösli

Beat Röösli

Union Suisse des Paysans
Responsable Relations internationales

Téléphone 079 768 05 45
EMail beat.roeoesli@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Points d’interrogation autour de l’accord de libre-échange avec l’Indonésie

01.11.18 | La Suisse serait sur le point de signer l’accord de libre-échange avec l’Indonésie. C’est ce qu’a annoncé hier le Conseil fédéral. Aucune information n’a toutefois filtré quant au contenu. Ce qui est important pour l’Union suisse des paysans, c’est que le Conseil fédéral ait respecté les lignes rouges à ne franchir dans le cas des produits sensibles et qu’il ait imposé la durabilité comme critère contraignant.

Lire la suite
Communiqués de presse
Oui au libre-échange avec le Mercosur, mais pas à tout prix

29.10.18 | La Suisse est en train de négocier un accord de libre-échange avec les États du Mercosur. Présentée lors de la conférence de presse qui s’est tenue aujourd'hui, la coalition sur le Mercosur dit oui à cet accord, mais pas à tout prix. Elle exige que des critères contraignants de durabilité y figurent pour ne pas compromettre les produits agricoles sensibles ni la protection des consommateurs.

Lire la suite
Communiqués de presse
Huile de palme : il n’y a aucune concession à faire !

25.09.18 | L’accord de libre-échange avec la Malaisie et l'Indonésie et, partant, la très controversée huile de palme figuraient aujourd’hui à l’ordre du jour du Conseil des États. Ce n’est qu’avec la voix prépondérante de la présidente que la Chambre haute a décidé de suivre sa commission de politique extérieure, torpillant ainsi la demande largement soutenue par l’agriculture, les consommateurs et les cantons d'exclure l'huile de palme des négociations. L’Union suisse des paysans attend maintenant du Parlement et du Conseil fédéral qu’ils prennent au sérieux les réserves exprimées et qu’ils ne fassent aucune concession.

Lire la suite
Communiqués de presse
Des singes sur la Place fédérale: une pétition demande au Conseil des États d’exclure l’huile de palme

20.09.18 | Depuis le vote négatif de la Commission du Conseil des États, chaque jour 1’000 électrices ou électeurs déçus ont signé la pétition réclamant l’exclusion de l’huile de palme des accords de libre-échange avec la Malaisie et l’Indonésie. Les auteurs de la pétition la remettaient aujourd’hui personnellement au Conseil des États.

Lire la suite
Communiqués de presse
Fini l’huile de palme dans l’alimentation des animaux !

12.09.18 | L’Union suisse des paysans a interdit aux producteurs adhérents au programme AQ-Viande suisse d’utiliser de l’huile de palme dans l’alimentation des animaux de rente. Au tour maintenant de l’industrie alimentaire et du Parlement d’assumer leur responsabilité.

Lire la suite
Communiqués de presse
Mauvais compromis de la commission du Conseil des États : la coalition sur l’huile de palme réagit avec une pétition

05.09.18 | Cette semaine, la commission de politique extérieure du Conseil des États s’est prononcée à une courte majorité contre l’exclusion de l’huile de palme des accords de libre-échange avec la Malaisie et l’Indonésie. Elle oppose à la motion Grin une motion insignifiante. La coalition sur l’huile de palme réagit avec véhémence à ce compromis boiteux et adresse aujourd’hui une pétition au Conseil des États.

Lire la suite
Communiqués de presse
Adhésion de l’Autriche à l’UE : un exemple d’ouverture des frontières à suivre ?

28.08.18 | Dans sa Vue d’ensemble du développement à moyen terme de la politique agricole, le Conseil fédéral veut montrer en quoi l'ouverture des frontières a des retombées positives sur l'agriculture nationale en se fondant sur la situation de l’Autriche après son entrée dans UE. L’Union suisse des paysans a profité de l’occasion pour effectuer une analyse complète des conséquences qu’a eues l’adhésion de l’Autriche à l'UE sur son agriculture. Elle est arrivée à la conclusion que l'agriculture autrichienne ne donne aucun argument pour l’ouverture des frontières.

Lire la suite
Communiqués de presse
Mercosur : l’enjeu va au-delà des steaks argentins

18.06.18 | L’accord de libre-échange visé avec les États du Mercosur est sur toutes les lèvres. Après s’être penchée sur les flux commerciaux actuels ainsi que les avantages et les inconvénients d’un accord, l’Union suisse des paysans a rendu ses conclusions dans un rapport. La faîtière agricole estime qu’un résultat acceptable est tout à fait à la portée des parties, à condition de le vouloir.

Lire la suite