Contenu principal

L’OMC est-elle morte ?

Point de vue du 15 janvier 2018

La 11e Conférence ministérielle de l’OMC a eu lieu à Buenos Aires en décembre dernier. Elle n’a débouché sur rien. Tous les ministres de l’OMC veulent certes un système fiable pour le commerce mondial, mais chacun d’entre eux en a une autre conception. C’est ainsi que le joli bouquet d’ébauches de résolutions s’est complétement fané au fil de la conférence. Dans le dossier agricole, les membres de l’OMC n’ont pu s’entendre ni sur un accord, ni sur un programme de travail. Avant la conférence, l’éventualité d’un accord sur une nouvelle discipline relative au soutien interne ayant des effets de distorsion des échanges avait provoqué une vive agitation en Suisse. Les mesures de soutien interne englobent, en particulier, le supplément pour le lait transformé en fromage, les contributions à des cultures particulières et les contributions à la sécurité de l’approvisionnement. Des réductions de ce soutien ne s’imposent toutefois pas pour l’instant, car en dépit de l’optimisme affiché par l’OMC, il n’y a même pas eu d’accord dans ce domaine. La présidente de la conférence, Susana Malcorra, a souligné que les membres de l’OMC restaient liés au système commercial multilatéral basé sur des règles. Des doutes sont permis quant à savoir si les grands pays partagent aussi cet avis. Au lieu d’avancer en trébuchant à l’OMC, les États-Unis, l’UE, le Mercosur et d’autres pays font plutôt cavalier seul en se lançant dans des négociations bilatérales.

L’OMC est-elle morte en raison de cet échec ? Bien sûr que non, même si les négociations n’ont pas avancé d’un pouce cette fois-ci. Cela ne fait que deux ans qu’un accord conclu à Nairobi venait enterrer, contre toute attente, la loi chocolatière. L’OMC fonctionne au ralenti pendant un an ou deux. Puis, d’un seul coup, la situation peut se retourner. En outre, si les grands blocs commerciaux se rabattent à présent sur des accords bilatéraux, cela entraîne des conséquences que nous ne saurions sous-estimer. En cas d’ouverture des frontières entre ces blocs, la petite Suisse sera forcée d’agir. Au lieu de se cabrer, l’agriculture ferait mieux d’aller de l’avant pour que l’industrie d’exportation suisse ne se retrouve pas à la traîne, estime le Conseil fédéral. Pour les familles paysannes, cela crée de l’incertitude. Ce sont elles qui paient le prix de la libéralisation, pendant que les multinationales et le commerce en empochent les « gains de prospérité ».

Un nouveau rapport de divers économistes réunis autour de Thomas Piketty a confirmé, fin 2017, l’augmentation des inégalités au niveau mondial : surtout les riches deviennent de plus en plus riches. À cela s’ajoutent d’autres effets négatifs du libre-échange mondialisé – en particulier dans le domaine de l’agriculture – comme la surexploitation des ressources naturelles, les violations des droits de l’homme, la pollution environnementale, les fabriques d’animaux. C’est pourquoi les critiques se multiplient de toutes parts. Aujourd’hui, où le jeu de la concurrence n’a plus d’autre nerf que l’argent, les moins chers sont les meilleurs, peu importent les sacrifices consentis pour le pillage des ressources. Le contexte naturel, juridique, social et économique varie tellement d’un pays à un autre qu’une libéralisation unilatérale des marchés conduit à une concurrence inéquitable et destructrice. Cette logique favorise une agriculture qui n’est pas durable mais, au contraire, vulnérable en cas de crise, et elle menace ainsi à long terme la sécurité alimentaire dans le monde. Le blocage à l’OMC montre que cette prise de conscience a eu lieu. L’organisation doit se repenser si elle veut continuer de façonner les règles du commerce mondial. Le commerce a besoin d’un minimum de normes d’équité et de durabilité. L’OMC aurait donc tout intérêt à établir à temps une norme universelle de base, avant que chaque pays ne se dote de sa propre solution. Elle favoriserait et faciliterait ainsi le commerce de produits équitables et durables.

La Suisse a clairement affirmé sa volonté de s’orienter dans cette voie lors de la votation populaire sur la sécurité alimentaire. L’article constitutionnel prévoit que les relations commerciales transfrontalières doivent contribuer au développement durable de l'agriculture et du secteur agroalimentaire. L’initiative pour des aliments équitables va encore plus loin en exigeant que les aliments importés soient issus d’une production durable. Notre pays peut et doit faire figure de précurseur dans ce débat et proposer de nouvelles pistes à l’OMC. Plus il s’y prendra tôt, plus il aura des chances de réussir !

Auteur

Beat Röösli

Beat Röösli

Responsable de la Division Relations internationales

Belpstrasse 26, 3007 Bern
beat.roeoesli@sbv-usp.ch
Département Economie, formation et relations internationales
Division Relations internationales

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Points d’interrogation autour de l’accord de libre-échange avec l’Indonésie

01.11.18 | La Suisse serait sur le point de signer l’accord de libre-échange avec l’Indonésie. C’est ce qu’a annoncé hier le Conseil fédéral. Aucune information n’a toutefois filtré quant au contenu. Ce qui est important pour l’Union suisse des paysans, c’est que le Conseil fédéral ait respecté les lignes rouges à ne franchir dans le cas des produits sensibles et qu’il ait imposé la durabilité comme critère contraignant.

Lire la suite
Communiqués de presse
Oui au libre-échange avec le Mercosur, mais pas à tout prix

29.10.18 | La Suisse est en train de négocier un accord de libre-échange avec les États du Mercosur. Présentée lors de la conférence de presse qui s’est tenue aujourd'hui, la coalition sur le Mercosur dit oui à cet accord, mais pas à tout prix. Elle exige que des critères contraignants de durabilité y figurent pour ne pas compromettre les produits agricoles sensibles ni la protection des consommateurs.

Lire la suite
Communiqués de presse
Huile de palme : il n’y a aucune concession à faire !

25.09.18 | L’accord de libre-échange avec la Malaisie et l'Indonésie et, partant, la très controversée huile de palme figuraient aujourd’hui à l’ordre du jour du Conseil des États. Ce n’est qu’avec la voix prépondérante de la présidente que la Chambre haute a décidé de suivre sa commission de politique extérieure, torpillant ainsi la demande largement soutenue par l’agriculture, les consommateurs et les cantons d'exclure l'huile de palme des négociations. L’Union suisse des paysans attend maintenant du Parlement et du Conseil fédéral qu’ils prennent au sérieux les réserves exprimées et qu’ils ne fassent aucune concession.

Lire la suite
Communiqués de presse
Des singes sur la Place fédérale: une pétition demande au Conseil des États d’exclure l’huile de palme

20.09.18 | Depuis le vote négatif de la Commission du Conseil des États, chaque jour 1’000 électrices ou électeurs déçus ont signé la pétition réclamant l’exclusion de l’huile de palme des accords de libre-échange avec la Malaisie et l’Indonésie. Les auteurs de la pétition la remettaient aujourd’hui personnellement au Conseil des États.

Lire la suite
Communiqués de presse
Fini l’huile de palme dans l’alimentation des animaux !

12.09.18 | L’Union suisse des paysans a interdit aux producteurs adhérents au programme AQ-Viande suisse d’utiliser de l’huile de palme dans l’alimentation des animaux de rente. Au tour maintenant de l’industrie alimentaire et du Parlement d’assumer leur responsabilité.

Lire la suite
Communiqués de presse
Mauvais compromis de la commission du Conseil des États : la coalition sur l’huile de palme réagit avec une pétition

05.09.18 | Cette semaine, la commission de politique extérieure du Conseil des États s’est prononcée à une courte majorité contre l’exclusion de l’huile de palme des accords de libre-échange avec la Malaisie et l’Indonésie. Elle oppose à la motion Grin une motion insignifiante. La coalition sur l’huile de palme réagit avec véhémence à ce compromis boiteux et adresse aujourd’hui une pétition au Conseil des États.

Lire la suite
Communiqués de presse
Adhésion de l’Autriche à l’UE : un exemple d’ouverture des frontières à suivre ?

28.08.18 | Dans sa Vue d’ensemble du développement à moyen terme de la politique agricole, le Conseil fédéral veut montrer en quoi l'ouverture des frontières a des retombées positives sur l'agriculture nationale en se fondant sur la situation de l’Autriche après son entrée dans UE. L’Union suisse des paysans a profité de l’occasion pour effectuer une analyse complète des conséquences qu’a eues l’adhésion de l’Autriche à l'UE sur son agriculture. Elle est arrivée à la conclusion que l'agriculture autrichienne ne donne aucun argument pour l’ouverture des frontières.

Lire la suite
Communiqués de presse
Mercosur : l’enjeu va au-delà des steaks argentins

18.06.18 | L’accord de libre-échange visé avec les États du Mercosur est sur toutes les lèvres. Après s’être penchée sur les flux commerciaux actuels ainsi que les avantages et les inconvénients d’un accord, l’Union suisse des paysans a rendu ses conclusions dans un rapport. La faîtière agricole estime qu’un résultat acceptable est tout à fait à la portée des parties, à condition de le vouloir.

Lire la suite