Contenu principal

L’USP demande aux agriculteurs de renoncer au chlorothalonil

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 8 novembre 2019

Du jour au lendemain, une nouvelle évaluation des risques parue cet été a fait du chlorothalonil un problème pour l’eau potable suisse. À l’heure actuelle, les autorités réexaminent l’homologation de cette substance active. Jusqu’à ce qu’elles rendent leur décision, l’Union suisse des paysans demande aux exploitations agricoles de renoncer aux produits phytosanitaires contenant du chlorothalonil.

Le chlorothalonil est un fongicide qu’utilise le secteur agricole suisse avant tout dans la culture des céréales, des légumes et de la vigne depuis une cinquantaine d’années. La substance active protège par exemple le raisin du tant redouté mildiou. L’absence de traitement peut entraîner la perte totale de la vendange. Le chlorothalonil sert aussi à protéger le gazon des terrains de sport, les fleurs, les buissons et les plantes ornementales.

Les agriculteurs suisses n’ont rien à se reprocher

Depuis le 8 août 2019, l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires considère comme « pertinents » les produits de dégradation, ou métabolites, du chlorothalonil. Les raisons de cette reconsidération résident dans l’impossibilité d’exclure de manière sûre les risques que présentent ces métabolites pour la santé. Cette conclusion est nouvelle tant pour la Suisse que pour l’Union européenne. Elle place les agriculteurs et les distributeurs d’eau potable face à d’importants défis : du jour au lendemain, un produit jusqu’alors jugé inoffensif et utilisé de manière légitime est devenu problématique. En effet, la nouvelle évaluation implique que la présence de métabolites de produits contenant du chlorothalonil ne peut être supérieure à la très basse exigence quantitative de 0,0000001g /l dans l’eau potable.

Clarifier la situation pour les exploitations agricoles, les distributeurs d’eau et la population

À l’heure actuelle, les autorités fédérales compétentes réexaminent l’homologation de la substance active. Pour l’Union suisse des paysans (USP), la prise d’une telle décision doit, jusqu’à nouvel ordre, se fonder sur la base d’études scientifiques. Comme le flou actuel suscite une grande inquiétude chez les distributeurs d’eau et dans la société, l’USP veut tirer les choses au clair aussi vite que possible. Aussi demande-t-elle aux exploitations agricoles de renoncer aux produits contenant du chlorothalonil jusqu’à ce que les autorités prennent une décision. Il existe suffisamment d’autres substances actives pour protéger les cultures.

La protection des eaux souterraines est dans l’intérêt de tous

La propreté de l’eau potable revêt de l’importance aussi pour l’agriculture. Néanmoins, tous les milieux doivent fournir des efforts pour garantir la qualité élevée de l’eau potable suisse. Pour l’heure, 42 % des captages ne répondent pas aux normes de la Confédération, et la situation de leurs aires d’alimentation n’est guère plus glorieuse. À l’inverse des métabolites des produits phytosanitaires, la présence de nombreux autres résidus et substances que rejettent l’industrie et les ménages et qui finissent dans les eaux souterraines ne reste soumise à aucune valeur limite claire.

Renseignements

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

David Brugger

David Brugger

Union Suisse des Paysans
Responsable de la Division Production végétale

Téléphone 077 438 90 88
Email david.brugger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Dès demain, la Suisse ne mange plus qu’à l’étranger

01.07.22 | La Suisse atteindra son « Food Overshoot Day » ce samedi 2 juillet. En effet, l'agriculture indigène ne produit que 52 % des denrées alimentaires dont a besoin la population du pays. D’un point de vue statistique, nous nous nourrirons donc à compter de demain et ce jusqu’à la fin de l’année exclusivement d’importations, dont la production et le transport impactent davantage la planète.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mai 2022

13.06.22 | Le mois de mai a connu un nombre record de jours d’été ; il s’agit du deuxième mois de mai le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul mai 1968 a été encore plus chaud. Genève a connu 15 jours d'été avec une température maximale de 25 degrés ou plus, Locarno en a connu 16. En Suisse alémanique, il y a eu moins de dix jours d'été. Sur une grande partie du territoire, les précipitations sont restées inférieures à la norme 1991-2020. En Suisse romande et en Valais, les précipitations n’ont parfois même pas atteint les 30 % de la norme 1991-2020. Dans certaines régions du sud de la Suisse, elles sont restées en dessous des 40 % de la norme alors qu’en Suisse alémanique, elles se situaient entre 40 et 80 % de la norme. Le mois de mai a marqué la fin d'un printemps doux, ensoleillé et pauvre en précipitations. Ce fut l’un des dix printemps les plus secs depuis le début des mesures.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’initiative sur l’élevage intensif est inutile et nuisible !

13.06.22 | L'initiative populaire « Non à l’élevage intensif en Suisse » sera soumise au peuple le 25 septembre. Le Conseil fédéral, le Parlement et le secteur agricole la considèrent comme inutile, car le niveau de bien-être des animaux en Suisse est inégalé et que l'offre exigée par l'initiative est déjà plus que suffisante. Lors de sa conférence de presse, une large alliance d’acteurs issus de l’économie et de l’industrie, notamment agroalimentaire, et de la politique a expliqué ses arguments contre l'initiative et a donné en même temps le coup d'envoi de la campagne de votation.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2022

11.05.22 | Le premier tiers du mois d’avril a connu des chutes de neige jusqu’en plaine, accompagnées de gelées tardives en raison des températures basses. Ces phénomènes de gelées tardives se sont encore produits à la fin du deuxième tiers du mois. Les dégâts sans doute ainsi causés dans les cultures fruitières précoces (fruits à noyau et fruits à pépins) restent difficiles à évaluer à l’heure actuelle. Malgré les épisodes de froid, la plupart des régions ont affiché une température moyenne située dans les limites de la norme pluriannuelle. Pour le reste, le temps changeant typique d’avril a souvent prévalu. À la fin du mois, le sud du pays s’est vu arrosé des premières fortes précipitations de l’année.

Lire la suite
Communiqués de presse
Faucher futé

13.04.22 | Faucher futé, c’est utiliser la faucheuse-conditionneuse de manière ciblée. La qualité du fourrage s’en retrouve améliorée, et les insectes et autres animaux préservés.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2022 (Kopie 1)

11.04.22 | Le temps sec s'est poursuivi en mars. En raison d’une météo généralement ensoleillée, il n'y a eu qu'un seul jour de précipitations généralisées, le 30 mars. Les 13, 14, 18 et 31 mars, quelques précipitations ont été enregistrées dans certaines régions. Le 29 mars, la somme des précipitations n'avait même pas atteint 10 % de la norme de cette saison. En Suisse centrale et orientale, le mois de mars a donc été l'un des moins pluvieux de ces 100 dernières années. La dernière fois qu'il y a fait aussi sec, c'était en mars 1976. Dans l'ouest et le sud de la Suisse, les mois de mars secs sont un peu plus fréquents. Dans ces régions, le dernier mois de mars aussi sec datait de 2003. Le temps sec a provoqué des incendies de forêt dans les cantons de Berne, du Valais et du Tessin. À deux reprises (du 15 au 18 mars ainsi que le 29 mars), du sable du Sahara est arrivé jusqu’en Suisse, bien visible dans le ciel et laissant également des traces au sol. La floraison du noisetier, du tussilage et de l'anémone des bois a commencé nettement plus tôt (entre 7 et 13 jours) que la moyenne de la période 1991-2020.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - février 2022

11.03.22 | Février 2022 a connu non seulement des températures douces et de longues périodes d’ensoleillement, mais aussi un temps très venteux au début et à la fin du mois. Alors que les précipitations étaient abondantes dans les Alpes centrales et orientales, le temps est resté sec dans l’ouest du Plateau, le nord-est de la Suisse et surtout le sud du pays. La floraison des noisetiers et du tussilage a eu lieu environ deux semaines plus tôt que la moyenne des années 1990 à 2020. L’hiver 2021/2022 a été doux, très ensoleillé par endroits et particulièrement sec dans le sud de la Suisse.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - janvier 2022

10.02.22 | Le mois de janvier a connu des températures douces, surtout à son début, et un temps très ensoleillé, même à basse altitude dans le Nord de la Suisse. Sur une grande partie du territoire, les précipitations ont représenté moins de 50 % de la norme 1991-2020, et même moins de 20 % dans une grande partie du Sud du pays.

Lire la suite