Contenu principal

Numérisation de l’agriculture suisse, allons-nous rater ce train ?

Point de vue de l’Union suisse des paysans du 3 août 2018 

La numérisation de l’agriculture, ce ne sont pas seulement de nouveaux engins comme des drones, des robots de traite, d’alimentation et de nettoyage ou des tracteurs et des machines agricoles autonomes, guidés par GPS. C’est un changement systémique : ces nouvelles technologies seront connectées entre elles, mais aussi avec les instruments de gestion de l’exploitation comme le bilan de fumure, les plans d’affouragement et d’assolement et même avec la comptabilité. Ces connexions ne vont pas se limiter à l’exploitation, elles vont aussi être en lien avec les fournisseurs d’intrants et d’équipements et avec les acheteurs de la production agricole de l’exploitation. Même dans certains cas, par la mise en place de plateformes de commercialisation, ces connexions vont aller jusqu’au consommateur final. C’est un défi dont le potentiel d’amélioration, par exemple au niveau de la simplification administrative et du développement durable, est important. Cela présente toutefois aussi des risques, comme celui de laisser de nombreuses familles paysannes  sur le carreau et de restreindre l’indépendance entrepreneuriale des exploitations agricoles.

Il y des signaux qui laissent malheureusement présager que nous pourrions rater le train de la numérisation de l’agriculture suisse. Le 19 juin a eu lieu à Zollikofen, en présence du Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, la journée de la mise en réseau numérique : plus de 40 organisations sont venues signer la charte sur la numérisation de l’agriculture suisse. Pour l’instant, cette charte n’est qu’un bout de papier. Il est prévu de mettre en place une communauté de la charte pour la faire vivre. À la fin de cette journée, Bernard Lehmann, directeur de l’OFAG, a effectué une synthèse intelligente, digne d’un grand professeur. Cependant, nous aurions préféré entendre l’ordre de marche d’un capitaine qui fixe un calendrier, des objectifs à atteindre et surtout la mise à disposition de moyens pour atteindre ces objectifs.  Les bonnes intentions ne suffisent pas. Nous avons besoin d’un cadre qui offre toute la latitude nécessaire au développement numérique, tout en préservant les droits et les intérêts des acteurs (propriété des données, sécurité, protection, transparence quant à la création et à l’utilisation de données, etc.). Et il faut des moyens, notamment financiers. En comparaison, les gouvernements français et allemand investissent des sommes importantes pour la numérisation de leur agriculture.

Deux projets importants de gestion des données sont en cours d’élaboration en Suisse. Le projet ADA soutenu notamment par IP-Suisse, TSM  et Agrosolution. Le projet Barto soutenu par Identitas, Agridea, fenaco et des organisations actives dans l’élevage et la production animale. Il ne faut plus perdre du temps pour se prononcer pour ou contre ces deux projets. C’est un fait, ils existent, et il faut investir pour en faire des projets complémentaires. Or, ces projets prennent du retard notamment en fonction de problématiques juridiques. Là-aussi, la Confédération doit jouer un rôle de facilitateur et de soutien.

Au niveau des cantons suisses, nous avons cinq systèmes différents d’attribution des paiements directs, cinq systèmes qui assurent les mêmes prestations. Il serait temps d’avoir le courage de réfléchir à unifier ces systèmes. La future PA prévue pour 2022 va venir avec son lot de changements et pour les cinq systèmes, les cantons devront procéder à des adaptations informatiques qui vont coûter des millions de francs. Il y a urgence. Ces changements provoqués par la numérisation doivent être stimulés et accompagnés. La Confédération a un rôle central à jouer, mais qui va au-delà des bonnes intentions. Une task force privée publique doit être mise en place rapidement !

Auteur

Francis Egger

Francis Egger

Responsable du Département Economie,
formation et relations internationales

Belpstrasse 26, 3007 Bern
francis.egger@sbv-usp.ch
Département Economie, formation et relations internationales
Division Economie agraire

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Petra Sieghart reprend les rênes d’Agriprof

04.02.19 | À partir du 1er mai, la division Agriprof de l’Union suisse des paysans aura une nouvelle directrice. En effet, Petra Sieghart succédera à Martin Schmutz.

Lire la suite
Communiqués de presse
Belle progression du nombre d’apprentis dans l’agriculture

23.10.18 | L'augmentation du nombre d’apprentis dans le champ professionnel de l’agriculture se poursuit. En 2018-2019, ce nombre est de 5,2 % supérieur à la moyenne mesurée au cours des sept dernières années. Depuis l’introduction de la nouvelle ordonnance sur la formation en 2009, c’est la deuxième valeur la plus importante après celle de 2017-2018. Une main-d’œuvre bien formée et motivée constitue la base d’un secteur agricole entrepreneurial et axé sur la production durable.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Fribourgeois Yannick Etter est le meilleur maraîcher de Suisse

15.09.18 | Aux SwissSkills 2018, Yannick Etter de Ried b. Kerzers FR, s’est imposé lors de la finale des championnats et a été sacré champion de Suisse dans la catégorie maraîcher. Filip Luginbühl de Kirchdorf BE, et Kevin Schwab de Ins BE, ont atteint respectivement la deuxième et la troisième places. Dans le champ professionnel des métiers de la terre, les agriculteurs, les viticulteurs et les professionnels du cheval se sont également affrontés en compétition.

Lire la suite
Communiqués de presse
Johannes Meyer de Trimmis GR est le meilleur agriculteur de Suisse

15.09.18 | À Berne, à l’occasion des SwissSkills 2018, Johannes Meyer de Trimmis GR, s’est imposé lors de la finale dans la catégorie des agriculteurs et a été sacré champion de Suisse de l’agriculture. Adrian Zingg de Diessbach BE et Marc Blunier de Mühlenberg BE, ont atteint respectivement la deuxième et la troisième places. Dans le champ professionnel des métiers de la terre, des compétitions ont également vu s’affronter les maraîchers, les viticulteurs et les professionnels du cheval.

Lire la suite
Communiqués de presse
Première professionnelle du cheval sacrée aux SwissSkills

15.09.18 | À Berne, lors des Championnats suisse des métiers, Sarina Thommen de Bennwil BL, s’est imposée lors de la compétition et a été sacrée meilleure professionnelle du cheval. Stefanie Lang de Gelfingen LU, et Orane Berger de Staint-Blaise VD ont atteint respectivement la deuxième et la troisième places.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Argovien Michel Baumgartner est le meilleur viticulteur, le Valaisan Maxime Bagnoud le meilleur caviste

15.09.18 | Aux SwissSkills 2018, Michel Baumgartner de Tegerfelden AG, s’est imposé lors de la finale des championnats et a été sacré champion de Suisse de viticulture. Chez les cavistes, c'est Maxime Badnoud de Chamoson VD, qui s'est imposé. Dans le champ professionnel des métiers de la terre, les agriculteurs, les maraîchers et les professionnels du cheval se sont également affrontés lors de compétitions.

Lire la suite
Communiqués de presse
Vaches, chevaux ou plantes : découvre ton talent aux MySkills !

11.09.18 | Demain débutent les SwissSkills 2018 dans l’enceinte de la Bernexpo. Sept métiers de l’agriculture ainsi que la spécialisation en agriculture bio participeront aussi à ces championnats suisses. Quatre compétitions distinctes auront lieu du 12 au 15 septembre, tandis que le dimanche 16 septembre, ce sont les visiteurs et visiteuses qui pourront mettre la main à la pâte aux MySkills, sous les chapiteaux 6 et 7, et traire des vaches, monter à cheval, reconnaître des plantes ou essayer de manœuvrer un chariot élévateur.

Lire la suite
Communiqués de presse
Dernière ligne droite avant les SwissSkills 2018 !

03.09.18 | Dans quelques jours aura lieu à Berne la deuxième édition du Championnat suisse des métiers SwissSkills. Cette année, en plus des agriculteurs, les vignerons, les cavistes, les maraîchers et les professionnels des métiers du cheval organiseront une compétition dans leur catégorie. Le suspense sera donc à son comble dans les tentes 6 et 7 du champ professionnel de l'agriculture.

Lire la suite