Contenu principal

Assemblée des délégués de l’USP : un anniversaire au goût d’avenir

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 24 novembre 2022

Aujourd’hui a eu lieu l’Assemblée des délégués de l’Union suisse des paysans. À l’occasion de son 125e anniversaire, la faîtière agricole a fait place à la jeune génération pour qu’elle présente sa vision pour l’agriculture de demain et a rendu hommage aux gagnants des SwissSkills 2022. Différents dossiers politiques figuraient aussi au menu. Pour la quatorzième fois, l’association a décerné son Prix Média. 

Cette année, l’Assemblée des délégués (AD) de l’Union suisse des paysans (USP) était placée sous le signe du 125e anniversaire de l’association. Comme l’a annoncé son président Markus Ritter dans son allocution d’ouverture, la faîtière agricole a voulu profiter de l’occasion pour se tourner vers l’avenir. C’est la raison pour laquelle les membres de la Commission des jeunes agriculteurs ont joué un rôle majeur dans la préparation et le déroulement de cette AD. Ils y ont d’ailleurs présenté leur vision pour l’agriculture de 2050, laquelle se caractérise par un apprentissage tout au long de la vie et un système modulaire des paiements directs. Une rétrospective a permis de revenir sur les différentes activités d’anniversaire, comme les plus grands röstis du monde préparés sur la place Fédérale en septembre. Les pommes de terre cuisinées lors de l’événement avaient poussé dans tous les cantons au cours de l’été. L’USP est aussi revenue sur sa campagne de votation contre l’initiative sur l’élevage intensif et a rendu hommage aux jeunes professionnel·le·s ayant remporté les SwissSkills 2022 dans la catégorie des métiers de la terre. Le vainqueur du métier d’agriculteur y avait même été sacré meilleur apprenti toutes professions confondues, un exploit en soi.

Les débats parlementaires en cours sur l’avenir de la politique agricole, ainsi que les initiatives paysage et biodiversité et leurs contre-projets respectifs ont aussi été abordés lors de l’AD. Les familles paysannes souhaitent que les énormes progrès réalisés ces dernières années dans les domaines de l'écologie, du bien-être animal et de la durabilité soient mieux appréciés. En outre, la mission principale de l'agriculture, à savoir l’approvisionnement en denrées alimentaires, ne devrait pas être sans cesse limitée par des exigences complètement disproportionnées. Les agriculteurs sont donc reconnaissants que le peuple les soutienne lors des votations sur des sujets qui touchent au secteur agricole.

Stefan Müller a démissionné du Comité. Son successeur sera élu lors de la prochaine séance de la Chambre suisse d’agriculture, qui, une fois n’est pas coutume, n’a vu que cinq de ses membres sortir et cinq nouveaux membres arriver. Les délégués ont par ailleurs approuvé le Rapport annuel 2021 et les contributions à la surface 2023. Le Programme d’activités 2023, lui aussi adopté, définit les thèmes prioritaires et les tâches spéciales auxquels l’USP s’attellera l’année prochaine.
 

Lauréats du Prix Média 2022 de l’USP

À l’occasion de l’AD 2022, l’USP a eu le plaisir de décerner pour la quatorzième fois son Prix Média, récompensant ainsi trois travaux médiatiques convaincants sur le monde agricole réalisés dans chacune des trois principales régions linguistiques du pays. Sponsorisé par Agrisano, une filiale de l’USP active dans le domaine des assurances, le Prix Média est doté de 2000 francs, auxquels l’USP a rajouté 125 francs à l’occasion de son 125e anniversaire. Cette année, les lauréats sont :

Sara Hauschild (RTR Cuntrasts)

Le prix pour la Suisse alémanique revient à la Suisse rhéto-romanche. Il récompense Sara Hauschild pour son documentaire « Bain Bun – Mit 21 zum eigenen Hof im Münstertal », diffusé le 31 octobre 2021 dans le cadre de l’émission RTR Cuntrasts. La réalisatrice raconte l'histoire de son neveu Janic Andrin Spinnler. À 21 ans seulement, celui-ci a racheté une ferme de montagne avec sa compagne. Leur parcours est marqué par des défis, des doutes et des angoisses existentielles. Pendant un an et demi, Sara Hauschild et le cameraman Roman Schmid les accompagnent. Il en résulte un film touchant sur la recherche d'un avenir dans l'agriculture de montagne.

Sandra Pernet (Heidi.news), Marc Guéniat et Duc-Quang Nguyen (Le Temps)

Le prix pour la Suisse romande revient à trois journalistes qui se sont associés dans le cadre d’un travail d’investigation. Il s’agit de Sandra Pernet, du site Heidi.news, ainsi que de Marc Guéniat et Duc-Quang Nguyen, du quotidien Le Temps. Intitulé « Comment Migros et Coop font leur beurre avec les produits laitiers » et publié le 27 juin 2022 dans Le Temps, leur article de fond rend compte de la situation des familles paysannes productrices de lait. Les prix à la production ne suffisent pas à couvrir les coûts de production, tandis que, à l’autre bout de la chaîne, Migros et Coop font de juteux bénéfices avec la vente de lait et de produits laitiers.

Martina Salvini (Corriere del Ticino)

Le prix pour la Suisse italienne revient à Martina Salvini pour son reportage immersif « Il lupo non rischia niente mentre noi rischiamo l’estinzione », paru le 15 juin 2022 dans le quotidien Corriere del Ticino. La journaliste y présente de façon très détaillée les problèmes que pose le loup aux agriculteurs et à d’autres parties concernées.

L’histoire de l’USP et les défis de l’agriculture

Il y a 125 ans, nombre de familles paysannes connaissaient des conditions économiques difficiles. L’essor du train et du bateau facilitait l’importation de produits agricoles, faisant pression sur les prix à la production en Suisse. Pour rassembler et défendre les intérêts de l’agriculture indigène, les parlementaires fédéraux ont fondé en 1897 l’Union suisse des paysans. Sur les près de 250 000 exploitations agricoles que comptait le pays à l’époque, il n’en reste même pas 50 000 aujourd’hui. En 125 ans, l’agriculture a beaucoup évolué : des machines de plus en plus modernes, de nouvelles formes d’élevage et une amélioration de l’efficacité de la production ont permis de réduire petit à petit le travail de l’homme sans pour autant que la quantité de denrées alimentaires en pâtisse. Après la guerre, l’accélération de la production est devenue le mot d’ordre. Dans les années 90, la tendance s’est inversée pour se tourner vers davantage de durabilité et de bien-être animal. Aujourd’hui, l’agriculture suisse fait figure d’exemple à l’échelle internationale. Si beaucoup de choses ont changé, certains soucis sont restés les mêmes, à commencer par les prix à la production insuffisants. Leur amélioration constituera le défi majeur de ces prochains temps.

Liens

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'Union Suisse des Paysans
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Prises de position Stellungnahme Umsetzung des WTO-Beschlusses zum Ausfuhrwettbewerb

18.01.17 | Der SBV bedauert, dass Aufgrund des WTO-Beschlusses die Schweiz die Exportbeiträge im Rahmen des Schoggigesetzes aufheben muss, während andere Staaten die Exportwirtschaft weiterhin über andere Instrumente der Exportförderung unterstützen können. Der SBV stellt zudem fest, dass die vorgeschlagenen Begleitmassnahmen zur Abschaffung der Exportbeiträge ungenügend sind. Das vorgeschlagene Instrument der produktgebundenen Beiträge für die Milch- und Brotgetreideproduzenten ist zwar richtig. Die vorgesehenen Finanzmittel sind aber nicht ausreichend und müssen auf das Kreditniveau der Jahre 2015, 2016 und 2017 in der Höhe von 94.6 Mio. Fr. aufgestockt werden.

Lire la suite
Prises de position Anhörung zum Erlass der EKAS-Richtlinie Nr. 6518 «Ausbildung für Bediener von Flurförderzeugen»

10.01.17 | Der SBV als Dachverband der Schweizer Landwirtschaft hat von der neuen EKAS-Richtlinie über die «Ausbildung von Bedienern von Flurförderzeugen» erfahren. Die Anforderungen an die Ausbildung für Bediener von Staplern und ähnlichen Fahrzeugen für den hofinternen Warenumschlag haben in der Landwirtschaft nicht zu unterschätzende Folgen. Für den SBV ist es von grosser Bedeutung, dass sich die Anforderungen der Richtlinie bei der Umsetzung branchenkonform an die Bedürfnisse der Landwirtschaft anpassen lassen. Zudem sollen die Erfahrungen der brancheneigenen Präventionsstellen, Beratungsstelle für Unfallverhütung in der Landwirtschaft (BUL) und agriss, berücksichtigt werden können.

Lire la suite