Contenu principal

Belle progression du nombre d’apprentis dans l’agriculture

Communiqué de presse de l‘OrTra AgriAliForm du 23 octobre 2018

L'augmentation du nombre d’apprentis dans le champ professionnel de l’agriculture se poursuit. En 2018-2019, ce nombre est de 5,2 % supérieur à la moyenne mesurée au cours des sept dernières années. Depuis l’introduction de la nouvelle ordonnance sur la formation en 2009, c’est la deuxième valeur la plus importante après celle de 2017-2018. Une main-d’œuvre bien formée et motivée constitue la base d’un secteur agricole entrepreneurial et axé sur la production durable.

Au cours de ces dernières années, le nombre d’apprentis dans le champ professionnel de l’agriculture a augmenté de manière constante : ils étaient 3339 en 2012-2013, puis 3565 en 2016-2017. À présent, 3581 personnes effectuent une formation professionnelle de base dans un métier de la terre. En sept ans, le nombre d’apprentis dans l’agriculture a donc augmenté d'un peu plus de 7 %. Celui des apprentis agriculteurs CFC s’est même accru de près de 8 %. Le nombre de personnes en deuxième formation (celles qui effectuent un second apprentissage en commençant directement par la deuxième année) s’est maintenu à un niveau élevé au cours des dernières années. Dans le cadre des professions agricoles spécialisées, les écarts annuels sont un peu plus importants. Ici aussi, une tendance positive se dessine depuis quelques années. Enfin, la formation d’agropraticien avec attestation fédérale fait désormais partie intégrante de la palette de formations qu’offre le champ professionnel de l’agriculture.

Varié, diversifié, indépendant et porteur d'avenir

Lorsqu’ils sont interrogés sur les raisons qui les ont poussés à apprendre un métier de la terre, les apprentis citent le travail dans et avec la nature, le fait de s’occuper d’animaux, d’entretenir les sols et d’être aux commandes de machines, la diversité du métier ou le degré important d'indépendance professionnelle. Tôt dans leur apprentissage varié, ils se voient en effet souvent confier la responsabilité de machines et d’animaux. Ils prennent leurs repas avec la famille qui gère l’exploitation, participent à la prise de nombreuses décisions et sont ainsi confrontés chaque jour à un esprit d’entreprise. En outre, le changement d’exploitation leur permet de faire connaissance avec différents exploitants actifs dans différentes branches du secteur agricole.

Des personnes qualifiées dans le champ professionnel de l’agriculture sont très prisées, non seulement pour ce qui est de la reprise des exploitations, mais aussi dans les domaines en amont et en aval de la production. Le secteur agricole, l’environnement dans lequel il s’inscrit et, par conséquent, les exigences requises des futurs exploitants et spécialistes se trouvent dans une phase de mutation de grande ampleur. L’agriculture 4.0, la numérisation, la spécialisation, la professionnalisation, le marché, les attentes de la société ou la production durable sont quelques-uns des thèmes qui caractérisent l’agriculture d’aujourd’hui. Il s'agit de reconnaître et d'assimiler ces évolutions suffisamment tôt au cours de la formation. La tendance à la hausse que connaît le nombre d'apprentis ne saurait cependant occulter le défi que représente encore la disponibilité de professionnels suffisamment bien formés et dotés des compétences correspondantes. 

Un apprentissage perpétuel

Après la formation professionnelle initiale, le domaine de l'agriculture offre de nombreux débouchés. Des formations continues conséquentes s’inscrivant par exemple dans un examen professionnel ou de maîtrise permettent aux jeunes diplômés de compléter leurs connaissances spécialisées avec un savoir-faire sur l’économie d’entreprise et un savoir sur le monde entrepreneurial. Un apprentissage perpétuel : voilà à quoi se résument l'agriculture et ses métiers. Un apprentissage constitue un moyen optimal pour entrer dans la vie active et offre les meilleures perspectives, et ce dans tous les domaines, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du secteur agricole.

Renseignements

Loïc Bardet

Directeur Agora
Président de l’OrTra AgriAliForm

Mobile 079 718 01 88

Martin Schmutz

Martin Schmutz

Responsable de la Divison Agriprof
Secrétaire de l’OrTra AgriAliForm

Téléphone056 462 54 31
EMail martin.schmutz@agriprof.ch

Sur le même sujet

Prises de position Stellungnahme Umsetzung des WTO-Beschlusses zum Ausfuhrwettbewerb

18.01.17 | Der SBV bedauert, dass Aufgrund des WTO-Beschlusses die Schweiz die Exportbeiträge im Rahmen des Schoggigesetzes aufheben muss, während andere Staaten die Exportwirtschaft weiterhin über andere Instrumente der Exportförderung unterstützen können. Der SBV stellt zudem fest, dass die vorgeschlagenen Begleitmassnahmen zur Abschaffung der Exportbeiträge ungenügend sind. Das vorgeschlagene Instrument der produktgebundenen Beiträge für die Milch- und Brotgetreideproduzenten ist zwar richtig. Die vorgesehenen Finanzmittel sind aber nicht ausreichend und müssen auf das Kreditniveau der Jahre 2015, 2016 und 2017 in der Höhe von 94.6 Mio. Fr. aufgestockt werden.

Lire la suite
Prises de position Anhörung zum Erlass der EKAS-Richtlinie Nr. 6518 «Ausbildung für Bediener von Flurförderzeugen»

10.01.17 | Der SBV als Dachverband der Schweizer Landwirtschaft hat von der neuen EKAS-Richtlinie über die «Ausbildung von Bedienern von Flurförderzeugen» erfahren. Die Anforderungen an die Ausbildung für Bediener von Staplern und ähnlichen Fahrzeugen für den hofinternen Warenumschlag haben in der Landwirtschaft nicht zu unterschätzende Folgen. Für den SBV ist es von grosser Bedeutung, dass sich die Anforderungen der Richtlinie bei der Umsetzung branchenkonform an die Bedürfnisse der Landwirtschaft anpassen lassen. Zudem sollen die Erfahrungen der brancheneigenen Präventionsstellen, Beratungsstelle für Unfallverhütung in der Landwirtschaft (BUL) und agriss, berücksichtigt werden können.

Lire la suite