Contenu - Réfugiés

Des réfugiés comme main-d’oeuvre agricole

Dans les branches à forte intensité de main-d’œuvre, comme les cultures maraîchères, l’arboriculture fruitière ou la viticulture, de nombreux travaux doivent toujours être effectués manuellement. Cela ne serait pas possible sans l’engagement de 25 000 à 35 000 travailleurs étrangers, la plupart au bénéfice d’une autorisation de séjour de courte durée et provenant de l’espace européen. L’agriculture suisse tient toutefois à contribuer à une meilleure exploitation du potentiel de main-d’œuvre indigène. C’est pourquoi l’Union suisse des paysans, soutenue par le Secrétariat d’État aux migrations, a lancé en 2015 un projet d’intégration dans l’agriculture de réfugiés reconnus ou au bénéfice d’une admission provisoire (ci-après dénommés « réfugiés »).

Ce projet pilote de trois ans prévoit l’engagement d’au maximum 15 réfugiés par an pour une durée de trois à douze mois. Ce genre d’emploi présente des avantages autant pour les employés que pour les employeurs. Les réfugiés peuvent ainsi trouver une place sur le marché de l’emploi agricole, acquérir ou approfondir des connaissances pratiques et améliorer leurs connaissances linguistiques. Les exploitations agricoles peuvent quant à elles recruter de la main-d’œuvre dans leur bassin géographique, dans le meilleur des cas pour des périodes prolongées ou répétées sur plusieurs années. Une intégration professionnelle réussie représente en outre un allégement financier pour les pouvoirs publics.

Le choix des participants est du ressort des services cantonaux. De nombreux partenaires participant au processus de placement, le travail de coordination est considérable. Le principal objectif du projet pilote est de cristalliser les conditions cadres et les facteurs de réussite à prendre en compte pour toutes les parties prenantes, afin d’aboutir à une situation qui profite à tous : travail et intégration pour les réfugiés, main-d’œuvre pour l’agriculture, réduction des dépenses des pouvoirs publics.

Informations sur le projet pilote

Durée du projet:Printemps 2015 au printemps 2018
Durée de l'emploi:Entre trois et douze mois
Indemnisation des réfugiés:2300 francs pour le premier mois
3210 francs à partir du deuxième mois
Indemnisation des exploitations:200 francs par mois
200 francs supllémentaires par mois lorsque les exploitations accueillent les employés au sein de la famille (logement et nourriture)

Sur le même sujet