Contenu principal

En direct de l‘USP n°14 (30.03 – 3.04.2020)

Note de la semaine

L’USP a également mis à jour et complété la page de questions et réponses en lien avec la situation exceptionnelle du coronavirus et l’agriculture. Pour les questions qui ne sont pas clarifiées sur cette page ou sur la page d'information de l'Office fédéral de l'agriculture, l'adresse électronique : corona@hellosbv-usp.ch est à votre disposition. Dès maintenant, les plateformes gratuites www.agrix.ch et www.agrarjobs.ch permettent d’annoncer et de rechercher les postes vacants dans l'agriculture.


 

Entrée en fonction du directeur

Le 1er avril, Martin Rufer a succédé à Jacques Bourgeois à la tête de l’USP dans des circonstances quelque peu particulières en raison du coronavirus. Il restera à la tête du département « Production, marchés et écologie » jusqu'à ce que sa succession soit clarifiée. Il se réjouit de travailler avec toutes les familles d'agriculteurs et les organisations membres. Son engagement personnel est disponible par vidéo :

Campagne médiatique

La campagne médiatique, qui présente les succès de l'agriculture en matière de protection des plantes, de biodiversité et d’utilisation d'antibiotiques, a commencé en pleine situation exceptionnelle liée au coronavirus. L'agriculture est ainsi présente avec de nombreux messages positifs à un moment où l'attention du public se concentre à nouveau sur son rôle de nourricière. Voici une première évaluation après deux semaines : Les publications sur YouTube ont connu un succès particulier avec 4 millions de vues. Les bannières des portails d'information ont été vues 885’000 fois. Pour la semaine prochaine, les formats ont été optimisés, la présence sur Youtube renforcée et l'accent mis sur les portails médiatiques du groupe Tamédia peu mis à contribution jusqu’alors. L’objectif est de s’adresser spécifiquement à la population urbaine, qui est ou était particulièrement critique à l’encontre de l’agriculture.

Lutter contre le gaspillage alimentaire avec «Too Good To Go»

L’USP s'engage à lutter contre le gaspillage alimentaire et à promouvoir une meilleure valorisation des denrées alimentaires par le biais de diverses mesures. Elle travaille dorénavant avec l'application gratuite anti-gaspillage "Too Good To Go". Les agriculteurs peuvent désormais s'inscrire sur www.toogoodtogo.ch/paysans et proposer aux consommateurs, via l'application, des produits qui ne sont pas tout à fait parfaits ou les invendus du magasin de la ferme.

Magasins à la ferme & TWINT à plein régime

Le coronavirus donne beaucoup à faire aux spécialistes de la vente direct. Les magasins à la ferme remplissent leurs étalages plusieurs fois par jour, rallongent les tournées de livraison et créent de nouveaux canaux de vente. La demande de denrées alimentaires provenant directement de la ferme est élevée. Cela est confirmé par les recherches sur vomhof.ch. Plus de 200’000 pages vues ont été enregistrées en mars. Le nombre de nouveaux enregistrements augmente constamment. Depuis janvier, le nombre de nouvelles exploitations enregistrées a plus que doublé et s'élève désormais à 2’000. Il en va de même pour TWINT. Les exploitations agricoles proposent non seulement de plus en plus souvent TWINT comme moyen de paiement, mais la population utilise également l'application de manière intensive et se passe d'argent liquide.

Nouveau look pour agriculture.ch

L’USP a entièrement renouvelé le site internet agriculture.ch. Un design moderne avec de nouveaux contenus, un calendrier saisonnier interactif et des histoires de ferme passionnantes vous invitent à le découvrir. Nous complétons constamment le contenu. La boutique Edelweiss (shop.agriculture.ch) sera également bientôt renouvelée.

Statistique de la semaine

Le taux d'auto-approvisionnement correspond au rapport entre la production nationale et la consommation. En 2018, il était de 58%. Comme une partie des denrées alimentaires produites en Suisse est exportée, la proportion de denrées alimentaires produites en Suisse consommées en Suisse est inférieure à 58 %. Cette part ne peut toutefois pas être quantifiée avec précision. Plus de 42% des denrées alimentaires doivent donc être importées tant que la Suisse exporte une partie de sa production intérieure. La Suisse est bien approvisionnée principalement en denrées alimentaires animales, tandis que la part de la production est plus faible pour les denrées alimentaires végétales. Dans ce domaine, la Confédération prévoit toutefois des stocks dits obligatoires pour combler les éventuels goulets d'étranglement.