Contenu principal

En direct de l’USP n°30 (20 – 24.07.2020)

Note de la semaine

A l’occasion de la première phase d’assouplissement des mesures de lutte contre le coronavirus, une petite campagne d’affichage dans les principales gares du pays avait dit à la population « Merci de votre confiance ! » pour les nombreux achats réalisés sur les fermes et dans les commerces locaux. Il s’agissait également de rappeler l’importance d’un approvisionnement indigène suffisant. Une nouvelle mouture est en préparation pour la période suivant les votations de septembre en collaboration avec les représentants du 1er échelon de la transformation ainsi que l’ASSAF. Cette solidarité entre les familles paysannes et la transformation est nécessaire au vu des
défis à venir pour le secteur agroalimentaire suisse


 

Coop-Markant

La nouvelle communauté d’intérêt « pour lutter contre la répercussion des frais de facturation par Coop » sera co-présidée par Bernard Leuenberger, président d’AGORA, et Jakob Lütolf, futur président de la fédération des paysans de Suisse centrale. Cette communauté d’intérêts, qui regroupe déjà 25 organisations, définira en août les prochaines étapes ainsi que la collaboration avec Promarca concernant une requête formelle auprès de la COMCO.

Mise en valeur des tournesols de solidarité

Plusieurs familles paysannes ont semé ce printemps des tournesols en bordure de champ. Il s’agissait d’une action de gratitude et de solidarité avec tous ceux qui ont, et qui continuent, à lutter contre la crise liée au coronavirus. Un exemple « d’étiquette » à afficher sur ces tournesols dorénavant en fleurs est disponible sur le site internet de l’USP : https://www.sbv-usp.ch/fr/dites-le-avec-des-tournesols. Ceux qui n’auraient pas la possibilité de le télécharger et de l’imprimer peuvent également le commander à webmaster@hellosbv-usp.ch. Ils le recevront ensuite par la poste.

Statistique de la semaine

Les cheffes et chefs des exploitations agricoles sont toujours plus âgés. En l’an 2019, 60 % étaient âgés de 50 ans et plus. En l’an 2010, la même classe d’âge comprenait 49 % et en l’an 2000 44 % seulement. Cependant, l’âge des chefs d’exploitation ne paraît pas influencer les mutations structurelles. Le recul du nombre d’exploitations s’est plutôt ralenti ces dernières années. Eventuellement, les chefs d’exploitation restent jusqu’à la retraite sur l’exploitation, comme il est de plus en plus difficile de trouver un nouveau poste de travail à la fin de la carrière professionnelle.