Contenu principal

Fini l’huile de palme dans l’alimentation des animaux !

Communiqué de presse de la coalition sur l’huile de palme du 12 septembre 2018

L’Union suisse des paysans a interdit aux producteurs adhérents au programme AQ-Viande suisse d’utiliser de l’huile de palme dans l’alimentation des animaux de rente. Au tour maintenant de l’industrie alimentaire et du Parlement d’assumer leur responsabilité. 

Depuis un certain temps déjà, l’USP se bat au sein d’une large coalition contre les importations croissantes d’huile de palme. Dans ce contexte, les représentants de la branche ont décidé, il y a de cela un peu plus d’un an, de retirer l’huile de palme de nombreux aliments concentrés, où elle est déclarée comme graisse végétale. Ils ont donc cherché le contact avec les fabricants de mélanges industriels. Ces derniers se sont engagés à remplacer par d’autres composants alimentaires la très controversée huile de palme dans les aliments concentrés d’ici fin 2017. Le retrait de l’huile de palme a été un succès dans la plupart des cas, mais des restes ont encore été utilisés. Afin de bannir complètement l’huile de palme de la nourriture des animaux de rente, AQ-Viande Suisse (l’assurance-qualité de base dans la production de viande suisse) a décidé de renforcer ses directives de production en interdisant d’utiliser de l’huile de palme dans les aliments pour les animaux de rente. L’agriculture suisse veut montrer l’exemple. Au tour maintenant de l’industrie alimentaire et de la politique d’agir. Les produits transformés destinés à l’alimentation humaine contiennent encore beaucoup d’huile de palme. 

La coalition contre l’huile de palme appelle la politique à prendre ses responsabilités !

Il est avéré que la production d’huile de palme provoque des répercussions négatives énormes sur l’environnement et les familles paysannes locales : destruction à grande échelle des forêts tropicales, disparition des habitats de l’orang-outan, populations rurales chassées de leurs terres. Ces ravages sont source d’énormes profits pour une poignée de multinationales. Conclusion : l’agriculture peut faire son possible sur le marché afin de réduire les importations d’huile de palme. La politique doit toutefois aussi intervenir pour retourner la tendance. La motion Grin, qui demande l’exclusion de l’huile de palme dans les négociations d’un accord de libre-échange avec la Malaisie, a obtenu un large soutien de gauche à droite de la part de 80 % des membres du Conseil national. Par contre, à la Commission de politique extérieure du Conseil des États, l’adoption d’un comportement responsable n’était pas à l’ordre du jour. La motion que la commission propose en remplacement est séduisante, mais il s'agit d'un mauvais compromis. C’est pourquoi la coalition contre l’huile de palme demande au Conseil des États dans une pétition de soutenir la motion Grin le 25 septembre et de veiller à ce que la Suisse envoie un signal fort. Le fait est qu’une réduction des droits de douane sur l’huile de palme, comme la réclament la Malaisie et l’Indonésie de la part de la Suisse, ira de pair avec une poursuite de la destruction de la forêt tropicale et de nouvelles plantations, toujours plus grandes, de palmiers à huile. Oui à des accords commerciaux, mais pas à tout prix !

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans
Chef du groupe de travail ad hoc sur le coronavirus  

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

Beat Röösli

Beat Röösli

Union Suisse des Paysans
Responsable Relations internationales

Téléphone 079 768 05 45
EMail beat.roeoesli@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Libre-échange avec la Chine : à quand le boom ?

11.05.18 | L’accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine est entré en vigueur il y a quatre ans. Une analyse de l’Union suisse des paysans consacrée aux retombées de cet accord sur l’ensemble de l’économie, le commerce agricole et les exportations de fromage aboutit à des conclusions décevantes. Afin de dépassionner le débat sur la conclusion d'autres accords de libre-échange, le Comité de l'Union suisse des paysans a décidé d’exposer ces résultats dans un rapport.

Lire la suite
Points de vue Mercosur et politique agricole – éviter l’amalgame !

06.03.18 | Dans le cadre du premier volet de sa vue d’ensemble du développement à moyen terme de la politique agricole, le Conseil fédéral fait référence à un accès et une ouverture des marchés qui visera une réduction de la protection à la frontière avec pour but de réduire la différence de prix entre la Suisse et l’étranger de l’ordre de 30 à 50% ! Mais comment le Conseil fédéral peut-il libéraliser un secteur et garder des prix administrés comme au niveau du secteur énergétique ou de la santé ? On applique ici une politique de deux poids, deux mesures ! Selon l’Union suisse des paysans, le développement à moyen terme de la politique agricole doit se baser sur les expériences réalisées au niveau de la PA 2014 – 2017, sur la mise en application du nouvel article constitutionnel pour la sécurité alimentaire plébiscité par le peuple suisse pour donner des perspectives aux familles paysannes. C’est ce qu’on attend de notre Gouvernement.

Lire la suite
Communiqués de presse
La récolte n’est assurée qu’à celui qui sème correctement

20.02.18 | Au Sommet agricole sur le Mercosur, le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann met dans le même panier la politique du commerce intérieur et celle du commerce extérieur. Dans les deux cas, il n’en sortira rien de bon. L’Union suisse des paysans avait déjà annoncé qu'elle ne participerait pas à cette mascarade. Elle aborde séparément le thème de la Vue d'ensemble et celui du traité de libre-échange avec les pays du Mercosur. Par ailleurs, elle attend du Conseiller fédéral une amélioration tant au niveau de la communication que de la collaboration.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pas d’huile de palme dans l’accord commercial avec l'Indonésie (Lettre ouverte adressée au conseiller fédéral Schneider-Ammann)

02.02.18 | Pas d’huile de palme dans l’accord commercial avec l'Indonésie (Lettre ouverte adressée au conseiller fédéral Schneider-Ammann)

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Sommet agricole sur le Mercosur se tiendra sans l’USP

24.01.18 | Le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a envoyé, cette semaine, une invitation à un « Sommet agricole sur le Mercosur ». A cette occasion, le ministre de l'économie entend aussi aborder la Vue d'ensemble du développement de la politique agricole qu'il a présentée début novembre. L’USP prend ses distances avec cette rencontre et n’y participera pas. Cela tient au fait que la Vue d’ensemble n’offre aucune base à une agriculture porteuse d’avenir pour l’USP et que le Conseiller fédéral a refusé l’entrevue proposée par la faîtière paysanne.

Lire la suite
Points de vue L’OMC est-elle morte ?

15.01.18 | La 11e Conférence ministérielle de l’OMC a eu lieu à Buenos Aires en décembre dernier. Elle n’a débouché sur rien. Tous les ministres de l’OMC veulent certes un système fiable pour le commerce mondial, mais chacun d’entre eux en a une autre conception. C’est ainsi que le joli bouquet d’ébauches de résolutions s’est complétement fané au fil de la conférence. Dans le dossier agricole, les membres de l’OMC n’ont pu s’entendre ni sur un accord, ni sur un programme de travail. Avant la conférence, l’éventualité d’un accord sur une nouvelle discipline relative au soutien interne ayant des effets de distorsion des échanges avait provoqué une vive agitation en Suisse. Les mesures de soutien interne englobent, en particulier, le supplément pour le lait transformé en fromage, les contributions à des cultures particulières et les contributions à la sécurité de l’approvisionnement. Des réductions de ce soutien ne s’imposent toutefois pas pour l’instant, car en dépit de l’optimisme affiché par l’OMC, il n’y a même pas eu d’accord dans ce domaine. La présidente de la conférence, Susana Malcorra, a souligné que les membres de l’OMC restaient liés au système commercial multilatéral basé sur des règles. Des doutes sont permis quant à savoir si les grands pays partagent aussi cet avis. Au lieu d’avancer en trébuchant à l’OMC, les États-Unis, l’UE, le Mercosur et d’autres pays font plutôt cavalier seul en se lançant dans des négociations bilatérales.

Lire la suite
Points de vue La politique agricole de l’avenir ne saurait être passéiste

05.01.18 | En novembre dernier, la Neue Zürcher Zeitung annonçait des perspectives fort réjouissantes pour l’économie suisse. À la mi-décembre, le Secrétariat d’État à l’économie confirmait cette annonce en prévoyant une croissance robuste de 2,3 % en 2018. Dès lors, je me demande comment l’idée est venue au Conseil fédéral de devoir réduire la protection douanière des produits agricoles pour que le reste de l’économie ne pâtisse pas de la situation du secteur primaire. Quoi qu’il en soit, je ne comprends pas non plus pourquoi le Conseil fédéral s’attaque d’emblée au démantèlement des protections douanières dans tous les scénarios qu’il envisage dans sa Vue d’ensemble du développement de la politique agricole. Un rapport aussi déséquilibré n’a d’une vue d’ensemble que le nom.

Lire la suite