Contenu principal

Inconséquence de la politique phytosanitaire fédérale !

Communiqué de presse de la Fédération Suisse des Betteraviers du 12 novembre 2020

La Fédération Suisse des Betteraviers est consternée. L’Office fédéral de l’agriculture n’a pas donné suite à la demande d’autorisation d’urgence temporaire, pour le traitement des semences de betteraves sucrières avec une néonicotinoïde, exigée par la branche du sucre. Cela après adoption par de nombreux Etats membres de l’UE d’une dérogation pour l’enrobage des semences par des néonicotinoïdes. La FSB exige donc l’égalité de traitement pour la production de sucre indigène en autorisant que les importations de sucre produit avec les pesticides autorisés en Suisse.

Les betteraves sucrières ont été fortement touchées par la jaunisse virale cette année. Dans les régions très touchées, cela a entrainé des pertes de rendements de 30 à 50%.  Après l’interdiction des néonicotinoïdes à l’échelle de l’UE en 2019, les plantes ne peuvent plus être protégées contre des ravageurs aériens par des produits systémiques, dont l’efficacité persiste durant plusieurs semaines. Le virus de la jaunisse BYV (Beet Yellow Virus), transmis par les pucerons, s’est donc fortement propagé. Pour cette raison, de nombreux pays de l’UE ont octroyé des autorisations d’urgence pour l’enrobage des semences par des néonicotinoïdes. Dernière en date, la France, plus gros producteur de sucre d’Europe a adaptée sa base juridique à cet effet.

La FSB est déçue par le rejet de la demande. Dans le contexte des prochaines votations sur les initiatives phytosanitaires, cela peut être compréhensible sur le plan politique mais est erroné du point de vue agronomique. La betterave ne fleurit pas au cours de l’année de culture et l’effet négatif du traitement des semences sur les abeilles n’a jamais été démontré. En outre, la FSB a présenté à la Confédération des mesures d’accompagnements constructives et efficaces. Certes, l’OFAG a autorisé deux matières actives pour les traitements de surface. Il n’est pas possible de savoir si la prolifération des pucerons et la propagation de l’épidémie de jaunisse virale pourront être ainsi stoppées. Les conditions météorologiques et l’efficacité des nouveaux insecticides foliaires seront déterminantes.

La décision négative pose d’énormes défis à la culture de betteraves sucrières en Suisse. Il faut craindre que les fondements mêmes de l’économie sucrière indigène soient mis en péril.

Le refus de l’autorisation d’urgence temporaire entraine une distorsion de la concurrence entre le sucre indigène et le sucre importé issu d’une production moins durable. Il aura pour conséquence une hausse des importations. L’inégalité de traitement entre les betteraviers suisses et les concurrents européens ne sera pas sans conséquences. Pour cette raison, la Fédération Suisse des Betteraviers exige avec force que seul le sucre produit sans pesticides interdits en Suisse soit importé. Des motions allant dans ce sens ont déjà été déposées au Parlement en septembre.

En parallèle, les sélectionneurs doivent être mis sous pression pour développer, le plus rapidement possible, des variétés tolérantes et les mettre à disposition des essais variétaux du Centre betteravier suisse (CBS).  D’autres moyens de lutte contre les pucerons et les autres ravageurs doivent être trouvés et testés. La FSB salue le programme de recherche proposé par le Conseil fédéral. Pour 2021, le CBS activera à nouveau le service d’alerte pour la lutte contre les pucerons tout en définissant le moment opportun pour la pulvérisation des nouveaux insecticides foliaires.

Renseignements

Josef Meyer, président de la Fédération Suisse des Betteraviers, mobile 079 606 10 21

Samuel Jenni, gérant du Centre betteravier suisse, tél.  032 391 68 00

Sur le même sujet

Communiqués de presse
L’initiative pour une eau potable propre manque son objectif

07.05.19 | En cas d’acceptation de l’initiative pour une eau potable propre, en particulier les exploitations viticoles et arboricoles, certaines cultures des champs ainsi que la production avicole et porcine se verraient contraintes soit de renoncer aux paiements directs et de ne plus produire selon le cahier des charges des prestations écologiques requises, soit d’abandonner la production. Il s’agit de la principale conclusion qui ressort d’une étude de cas réalisée par la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires sur la base de onze exploitations agricoles réelles. Les deux options ne produisent aucun effet positif sur l’environnement.

Lire la suite
Communiqués de presse
Produits phytosanitaires : des améliorations sont en cours

02.04.19 | L’Union suisse des paysans reconnaît le problème des résidus de produits phytosanitaires dans les plus petits cours d’eau en zone d’agriculture intensive sur le Plateau suisse. Le Plan d’action Produits phytosanitaires permet d’y remédier avec efficacité. Une mise en œuvre systématique s’impose à tous les niveaux !

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 01-19 : Le développement de l’agriculture biologique

11.03.19 | En 2018, les quantités et les prix des animaux sur le marché du bétail de boucherie ont connu des fluctuations parfois importantes. C’est ainsi que la production de viande de gros bétail et de mouton a affiché une forte croissance, celle de viande de veau s’est stabilisée et celle de viande de porc a chuté. Dans chaque cas, les prix ont connu l’évolution inverse. Les prévisions de 2019 sont très différentes selon les catégories.

Lire la suite
Communiqués de presse
Réduction des produits phytosanitaires : la Suisse est déjà en marche

27.02.19 | Le Conseil fédéral rejette l’initiative populaire « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » sans lui opposer de contre-projet. L’Union suisse des paysans approuve cette décision. En effet, l’agriculture suisse se développe déjà dans le sens voulu par l’initiative.

Lire la suite
Communiqués de presse « Nous protégeons ce que nous aimons »

21.01.19 | L’Union suisse des paysans veut profiter de l’année 2019 pour réaliser un travail d’information sur les thèmes soulevés par l’initiative pour une eau potable propre, avant tout sur la protection des végétaux et l’alimentation des animaux. Un groupe national d’accompagnement a entamé son travail, et divers projets sont lancés. Les familles paysannes sont invitées à mettre du leur !

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Conseil fédéral soutient l’économie sucrière suisse

30.11.18 | En relevant de 300 francs les contributions à des cultures particulières et en appliquant des droits de douane minimaux, le Conseil fédéral entend soutenir, jusqu’en 2021, les efforts déployés par la filière pour sauvegarder la culture de la betterave sucrière en Suisse. L’Union suisse des paysans, les betteraviers et l’industrie du sucre dans la raffinerie sucrière saluent le train de mesures adopté aujourd’hui.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 08-18 : Estimation des terres assolées en Suisse pour 2018

11.09.18 | Selon la présente estimation des terres assolées, les terres ouvertes ont tendance à prendre de l'importance au cours de cette année pour atteindre 274 835 hectares. L’augmentation la plus importante est celle de la surface en colza : elle est estimée à 2475 hectares. Par contre, l’augmentation est inférieure à celle attendue en ce qui concerne les quantités de production allouées. La surface en maïs d’ensilage a diminué de 1147 hectares, les prairies temporaires de 3195 hectares. De toute évidence, les agriculteurs disposaient de suffisamment de fourrage grossier ces dernières années.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 06-18 : Les grandes cultures en Suisse : évolution des rendements

11.07.18 | Au cours des 100 dernières années, le rendement du blé d’au-tomne, du colza, de la pomme de terre et de la betterave sucrière a augmenté d’un facteur compris entre 2,5 et 3. L’augmentation du rendement a commencé dans les quatre cultures après la Deuxième Guerre mondiale avec la mécanisation croissante et les nouveaux cultivars. Tandis que le rendement du colza et de la betterave sucrière semble continuer à progresser, le rendement moyen du blé d’automne et de la pomme de terre stagne.

Lire la suite