Contenu principal

La politique agricole de l’avenir ne saurait être passéiste

Point de vue du 5 janvier 2018

En novembre dernier, la Neue Zürcher Zeitung annonçait des perspectives fort réjouissantes pour l’économie suisse. À la mi-décembre, le Secrétariat d’État à l’économie confirmait cette annonce en prévoyant une croissance robuste de 2,3 % en 2018. Dès lors, je me demande comment l’idée est venue au Conseil fédéral de devoir réduire la protection douanière des produits agricoles pour que le reste de l’économie ne pâtisse pas de la situation du secteur primaire. Quoi qu’il en soit, je ne comprends pas non plus pourquoi le Conseil fédéral s’attaque d’emblée au démantèlement des protections douanières dans tous les scénarios qu’il envisage dans sa Vue d’ensemble du développement de la politique agricole. Un rapport aussi déséquilibré n’a d’une vue d’ensemble que le nom.

Y compris à l’échelle mondiale, le démantèlement des protections douanières n’est pas de mise à l’heure actuelle. En décembre dernier, Buenos Aires a accueilli la 11e Conférence ministérielle de l’OMC. Les représentants des États membres sont restés à mille lieues de parvenir à un accord multilatéral sur l’accès aux marchés. En fait, ils se sont mis d’accord sur rien du tout. Pas étonnant : les économistes eux-mêmes sont de plus en plus nombreux à reconnaître que l’ouverture des marchés n’est pas forcément synonyme d’un accroissement du bien-être pour tous. Par le passé, cette ouverture a plutôt creusé les inégalités. Aujourd’hui, un pourcent des plus riches profitent bien plus de ces écarts que la majorité et les plus pauvres. Or, une accentuation des différences en matière de bien-être économique au sein d’une même société peut être source de crises politiques, favorisant ainsi les mouvements migratoires dans le monde entier.
Cela dit, revenons à la Suisse. Nous avons la chance de jouir d’un système politique très stable et d’un environnement économique performant. Cependant, nous connaissons aussi des inégalités. Par exemple, les agriculteurs gagnent beaucoup moins que la moyenne, alors qu’ils travaillent plus longtemps. La valeur ajoutée dans le secteur primaire est faible, comme n’arrêtent d’ailleurs pas de nous le rappeler les milieux économiques. Les causes de ce phénomène planétaire sont à chercher avant tout dans les structures de marché défavorables. En effet, une foule d’agriculteurs doit toujours faire face à une poignée d’acheteurs, ce qui limite de manière considérable l’influence paysanne sur le marché. Il me semble toutefois que la Suisse a bien les moyens de soutenir une agriculture ne dégageant qu’une modeste valeur ajoutée, d’autant plus que cette agriculture assure l’approvisionnement alimentaire de base, tout en façonnant dans une large mesure nos paysages et nos sites touristiques. Par ailleurs, les résultats d’enquêtes viennent souvent confirmer le fait que la population suisse apprécie les prestations que lui fournit l’agriculture et qu’elle souhaite les préserver. Des articles parus dans les journaux en décembre l’ont aussi souligné, tout comme l’a révélé la votation du 24 septembre, acceptée à une majorité écrasante de plus de 78 % des voix.

Mais trêve de philosophie. La politique agricole actuelle n’est pas parfaite. Elle comporte parfois des incitations inopportunes pouvant se traduire par des effets indésirables. L’Union suisse des paysans est prête à continuer de travailler pour améliorer la situation. Toutefois, la politique agricole de demain ne saurait reposer sur une idéologie passéiste. C’est pourquoi la vue d’ensemble émanant du Conseil fédéral n’est pas une base de discussion adaptée. De notre côté, nous sommes en train d’élaborer des propositions en vue de développer la politique agricole. Et nous sommes plus que prêts à les défendre devant le Conseil fédéral.

Auteur

[Translate to Français:] Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'USP
Conseiller national

E-Mail:markus.ritter@parl.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Développement sensé de la politique agricole

20.02.19 | Les membres de la Chambre suisse d’agriculture ont discuté et adopté la position de l’Union suisse des paysans sur la Politique agricole 22+. Ils ont soutenu les mesures visant à accroître la durabilité de la production suisse et misent sur la stabilité des conditions cadres.

Lire la suite
Points de vue L’initiative contre le mitage est trop extrême

14.01.19 | L’initiative contre le mitage du territoire veut orienter le développement du milieu bâti en gelant la surface actuelle de la zone à bâtir. Sur le principe, l’Union suisse des paysans (USP) est du même avis que les auteurs de l’initiative, selon lesquels il faut mieux protéger les terres cultivables. Elle rejette néanmoins l’initiative, car cette dernière se révèle trop extrême et déconnectée de la réalité.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’agriculture suisse vaut plus qu’il n’y paraît à première vue

03.01.19 | Il est beaucoup question des coûts que génère l’agriculture indigène et de son faible taux de participation à la création de richesse. Par contre, son utilité d’intérêt public et sa valeur réelle sont souvent passées sous silence. L’USP entend bien profiter de son nouveau rapport de fond pour inverser la tendance.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le projet d’aménagement du territoire est à renvoyer à l’expéditeur

14.12.18 | Le message relatif à la révision de la loi sur l'aménagement du territoire mène à un affaiblissement massif de l’agriculture. Il rend impossibles l’innovation et un développement tourné vers l’avenir des exploitations agricoles. C’est pourquoi le Comité de l’Union suisse des paysans demande au Parlement de ne pas entrer en matière sur le projet.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’USP adresse ses félicitations aux nouvelles Conseillères fédérales

05.12.18 | L’Assemblée fédérale a élu Karin Keller-Sutter (PLR) et Viola Amherd (PDC) au Conseil fédéral. Elles succèdent à Johann Schneider-Ammann (PLR) et Doris Leuthard (PDC), qui ont dirigé respectivement le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) et le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), deux ministères d’une importance majeure pour l’agriculture. L’Union suisse des paysans (USP) adresse ses plus vives félicitations aux deux nouvelles Conseillères fédérales pour leur élection.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’Union suisse des paysans adopte une résolution sur la PA 22+

22.11.18 | Aujourd’hui, à l’occasion de leur assemblée annuelle, les délégués de l’Union suisse des paysans ont adopté une résolution sur la politique agricole à partir de 2022. Ils réclament entre autres plus de stabilité dans les conditions cadres, la mise en œuvre du nouvel article constitutionnel 104a sur la sécurité alimentaire et moins d’administration. Ils ont aussi abordé la marche à suivre face à l’initiative pour une eau potable propre et à celle pour une Suisse libre de pesticides de synthèse. Enfin, l’assemblée a rendu hommage aux gagnants des SwissSkills 2018 dans les métiers de l’agriculture.

Lire la suite
Communiqués de presse
Politique agricole 22+ : une réforme sans plus-value

14.11.18 | Aujourd’hui, le Conseil fédéral a adopté le message sur le développement de la politique agricole. Or, l’Union suisse des paysans peine à y déceler la plus-value concrète qui justifierait de nouveaux ajustements à l’échelon de la loi.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le train d’ordonnances 2018 sur la bonne voie (copy 1)

31.10.18 | La Confédération a adopté aujourd’hui le nouveau train d’ordonnances agricoles. Il va en grande partie dans la bonne direction, d’après l’Union suisse des paysans.

Lire la suite