Contenu principal

La vente directe est en plein essor

Communiqué de presse de l'Union suisse des paysans du 19 janvier 2018

La vente directe se développe à grande vitesse dans l’agriculture suisse. Pour les familles paysannes, elle offre une réponse face à la pression sur les prix dans le commerce et les bas prix à la production. 

A la recherche de filons afin d'obtenir de meilleurs prix pour leurs produits et de créer une plus grande valeur ajoutée à la ferme, les familles paysannes sont de plus en plus nombreuses à diversifier les activités. C’est ce que montrent des chiffres actualisés de l’Office fédéral de la statistique. Si 7084 exploitations déclaraient proposer leurs produits en vente directe en 2010, ce nombre est déjà passé à 11 358 exploitations lors du dernier sondage en 2016. Cela correspond à un bond de 60 %. Une autre transformation de produits agricoles dans l’exploitation, comme l’élaboration de confitures, de moût, de sirop, de pain et autres aliments. 6252 familles paysannes transforment aussi leurs matières premières à la ferme. Les travaux forestiers et la valorisation du bois, que ce soit pour en faire des plaquettes destinées à des chauffages à bois déchiqueté ou du bois de chauffage en général, représentent le troisième secteur où les familles paysannes s’investissent souvent. 17 395 fermes entreprennent désormais aussi des activités dans les travaux forestiers et la valorisation du bois. Les autres offres complémentaires des fermes, comme l’accueil social ou la restauration, seraient plutôt en régression. Cela tient sans doute surtout au fait que ces activités occasionnent un travail considérable en ne générant que des recettes assez faibles. Les offres dans le domaine de l’hébergement, proposées par un peu plus de 200 exploitations, sont restées pour ainsi dire stables. 

A l’heure actuelle, 58 % des exploitations agricoles déclarent développer des activités de diversification à la ferme. Dans 13 % des cas, l’impact économique reste négligeable. En revanche, ces activités représentent entre 10 et 50 % du chiffre d’affaires pour 40 % de ces exploitations. Dans 5 % des cas, les activités non agricoles contribuent à plus de 50 % du chiffre d'affaires et sont ainsi devenues le principal secteur d'activité de ces exploitations. Il est fort probable que le salaire horaire réalisé varie beaucoup d’une ferme à une autre. En effet, la transformation et la vente directe avec un magasin à la ferme et un stand aux marchés demandent un énorme travail. Les bas prix à la production dans le commerce poussent toutefois de plus en plus d’exploitations à se lancer dans des canaux de vente alternatifs. Les agriculteurs peuvent ainsi générer une plus grande valeur ajoutée à la ferme au lieu de dépendre d’un emploi hors de l’exploitation pour arrondir leurs fins de mois.

 

Renseignements

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

Daniel Erdin

Daniel Erdin

Union suisse des paysans
Responsable d’Agristat

Téléphone 056 462 54 41
Email daniel.erdin@agristat.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Les chiffres les plus récents sur l’agriculture et l’alimentation

31.10.18 | Agristat vient de publier l’édition 2017 de sa brochure « Statistiques et évaluations concernant l’agriculture et l’alimentation ». Cette publication fournit les principales données relatives à l’agriculture.

Lire la suite
Communiqués de presse
Statistique laitière de la Suisse 2017

05.09.18 | En collaboration avec Switzerland Cheese Marketing SA (SCM), la Fédération des Producteurs Suisses de Lait PSL,- TSM Fiduciaire Sàrl et l’Interprofession du Lait, USP Statistique vient de sortir l’édition 2017 de la publication annuelle « Statistique laitière de la Suisse ».

Lire la suite
Communiqués de presse
Le secteur agricole devra aussi annoncer les postes vacants

30.04.18 | Le 1er juillet 2018, la Confédération introduira l’obligation d’annoncer les postes vacants dans certaines professions. Il est fort probable que les emplois de l’agriculture soient aussi concernés par cette mesure. Le Conseil fédéral confirmera sa décision de manière définitive au cours des prochaines semaines. En attendant, l’Union suisse des paysans poursuit ses négociations avec les autorités pour que les agriculteurs qualifiés soient traités différemment, car l’introduction de cette mesure obligera les chefs d’exploitation à annoncer les postes vacants en premier lieu aux services publics de placement.

Lire la suite
Communiqués de presse
La vente directe est en plein essor

19.01.18 | La vente directe se développe à grande vitesse dans l’agriculture suisse. Pour les familles paysannes, elle offre une réponse face à la pression sur les prix dans le commerce et les bas prix à la production.

Lire la suite
Prises de position Konzept für den Gütertransport auf der Schiene

07.07.17 | Aus Sicht der Landwirtschaft ist es wichtig, dass der Transport auf der Schiene unter anderem dank eines Verladenetzes wirtschaftlich möglich bleibt. Ausserdem fordert der SBV, dass transportierende Branchen (Getreide, Zucker, Holz) in Entscheidungsprozesse bezüglich des Verladenetzes frühzeitig miteinbezogen werden, so dass daraus entstehende Konsequenzen für die transportierenden Branchen, gleichzeitig aber auch für die Gesamtwirtschaft abgeschätzt werden können.

Lire la suite
Prises de position Änderungen der Ordnungsbussenverordnung und der Bussenliste

06.06.17 | Les détritus jetés ou abandonnés sans le moindre scrupule dans la campagne, le long des routes et des chemins très fréquentés posent de plus en plus problème aux familles paysannes. C'est par sacs entiers que les agricul-teurs doivent ramasser des emballages d'aliments ou de boissons et de paquets de cigarettes vides avant de pouvoir effectuer le fauchage des prés ou la récolte des champs. Ce travail laborieux est d’autant plus nécessaire que lorsque des corps étrangers solides se retrouvent dans des cultures destinées à l’affouragement ou fournis-sant de la litière pour le bétail, ils mettent en péril la santé des animaux et endommagent les machines agricoles. Toutefois, afin de clarifier le champ d’application de la base légale, il s’agit de préciser le texte de la loi sur la protection de l’environnement comme suit : XI. Loi du 7 octobre 1983 sur la protection de l’environnement (LPE) … Fr. 2. Incinérer un déchet ou de petites quantités de déchets ailleurs que dans des 200 installations d’élimination (art. 61, al. 1, let. f, LPE) 3. Stocker définitivement un déchet ou de petites quantités de déchets ailleurs 200 qu’en décharge contrôlée autorisée (art. 61, al. 1, let. g, LPE).

Lire la suite
Prises de position Lärmschutz-Verordnung (LSV)

29.05.17 | Certaines exploitations agricoles se trouvent le long d’axes routiers. Ces exploitations sont donc directement affectées par la pollution sonore liée au trafic. Celle-ci porte atteinte à la qualité de vie des habitants ainsi qu’au bien-être animal. C’est pourquoi nous sommes d’accord avec la proposition de la motion Lombardi 15.4092 « Routes. Mesures de protection contre le bruit à partir de 2018 », adoptée par le Conseil des États le 15 mars 2016 et par le Conseil national le 12 septembre 2016, qui vise à garantir que les projets de réduction du bruit émis par les routes qui font l’objet d’une convention-programme avec la Confédération d’ici au 31 mars 2018 bénéficient de subventions fédérales même s’ils ne sont réalisés qu’après 2018. Pour le secteur agricole, il est impératif que les travaux de réalisation de ces ouvrages soient réalisés dans les meilleures conditions : l’impact sur les sur-faces agricoles, en particulier les surfaces d’assolement, doit être minimisé et la remise en état après travaux doit être qualitativement et financièrement garantie.

Lire la suite