Contenu principal

Le directeur Jacques Bourgeois quitte l’USP

Communiqué de presse de l'Union suisse des paysans du 21 novembre 2019

Plus tôt dans la journée, Jacques Bourgeois, directeur de l’Union suisse des paysans, a informé l’Assemblée des délégués de son départ pour fin mars 2020. Par ailleurs, la faîtière agricole s’est donné une nouvelle vice-présidente en la personne d’Anne Challandes.

En 2002, Jacques Bourgeois a repris la direction de l’Union suisse des paysans (USP), dont il avait dirigé le département Production végétale et environnement pendant les quatre années précédentes. À l’occasion de l’Assemblée des délégués (AD) de ce jour, il a annoncé qu’il quitterait son poste d’ici à fin mars 2020. M. Bourgeois continuera de défendre les intérêts du secteur agricole indigène en qualité de conseiller national. Markus Ritter, président de l’USP, l’a remercié pour ses nombreuses années d’engagement en faveur des familles paysannes suisses et a rappelé les étapes clés de son temps à la direction (cf. annexe). De plus, M. Ritter a informé l’assemblée que le Comité s’occuperait de planifier la succession de M. Bourgeois en décembre. L’USP privilégie une solution en interne.

Les délégués ont élu Anne Challandes, nouvelle présidente de l’Union suisses des paysannes et des femmes rurales, au poste de vice-présidente de l’USP. Elle succède ainsi à Christine Bühler y compris dans cette fonction. Parmi ses membres, la Chambre suisse d’agriculture compte désormais Beat Brunner (Chambre argovienne d’agriculture), Ueli Kuhn (Chambre zurichoise d’agriculture), Marc Brodbeck (Chambre bâloise d’agriculture), Rudolf Stucki (Association suisse des producteurs de volailles), Christian Glur (Swiss Beef), Anne Challandes (Union suisse des paysannes et des femmes rurales), Jeanette Zürcher-Egloff (Union suisse des paysannes et des femmes rurales), Stephan Hagenbuch (Fédération des Producteurs Suisses de Lait), Jakob Widmer (Fédération suisse des producteurs de céréales) et Marcel Dettling (Fédération suisse des engraisseurs de veaux). De plus, l’assemblée a approuvé le Rapport annuel 2018, le Programme d’activités 2020 et les contributions à la surface 2020.

L’AD de cette année portait sur les thèmes de grande importance auxquels l’agriculture devra faire face ces prochains temps. Parmi ces thèmes figurent tout d’abord les deux initiatives « Pour une eau potable propre et une alimentation saine » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse », sur lesquelles le peuple se prononcera en 2020 selon toute probabilité. L’USP considère ces deux initiatives comme trop extrêmes et totalement hors propos. Elle s’engage dès lors pour un double non. L’accord de libre-échange avec les États du Mercosur, dont la signature doit avoir lieu dans les semaines à venir, préoccupe aussi l’agriculture. Celle-ci ne peut concevoir en particulier pourquoi les importations d’aliments produits dans des conditions totalement différentes de celles pratiquées en Suisse devraient augmenter à tout prix alors que le nombre d’exigences posées à la production indigène ne cesse de croître. Enfin, les délégués se sont penchés sur la Politique agricole 2022+, dont le message est attendu pour février. La tâche s’annonce colossale, car ce message devra harmoniser les différentes exigences pour une agriculture suisse conforme au marché et durable dans son intégralité, et de poser le cadre légal pour un développement en conséquence.

La prochaine AD aura lieu le 19 novembre 2020, de nouveau à Berne.

Lauréats du Prix Média 2019 de l’USP

Lors de son Assemblée des délégués 2019, l’USP a eu le plaisir de décerner pour la onzième fois son Prix Média. Ce prix récompense des travaux médiatiques convaincants sur le monde agricole. Le lauréat de chacune des trois principales régions linguistiques du pays se voit remettre la somme de 2000 francs. Le Prix Média est sponsorisé par Agrisano, une filiale de l’USP dans le domaine des assurances. Cette année, les lauréats sont :

Markus Huwyler (texte) et Remo Nägeli (photos), Schweizer Illustrierte

En Suisse alémanique, le Prix Média revient à Markus Huwyler (texte) et Remo Nägeli (photos) pour leur reportage « Jan, der andere Bauer », publié le 17 août 2018 dans la Schweizer Illustrierte. Il y a huit ans, alors qu’il était occupé à l’étable, Beat Windlin, de Kerns (OW), s’est retrouvé nez à nez avec Jan. Depuis cette rencontre, le jeune homme vient aider l’agriculteur deux fois par semaine. Ce reportage très touchant et richement illustré montre à quel point la vie à la ferme et à l’alpage est synonyme de bonheur pour un jeune atteint du syndrome de Down et comment la famille Windlin participe à son intégration dans ce monde.

Jean-Philippe Buchs, Bilan

En Suisse romande, le Prix Média revient à Jean-Philippe Buchs, journaliste à Bilan, pour son article « Une Suisse sans paysans ? », publié le 22 août 2018. Dans son article, le journaliste s’interroge sur les chemins que les agriculteurs empruntent pour s’en sortir en ces temps de crise. Dans ce cadre, le financement de nouvelles solutions, comme les fonds de capital-risque pour encourager l’innovation et la diversification, constitue un aspect central.

Sabina Zanini et Valentina Moccetti (journalistes), Nadia Ticozzi et Joel Dalcol (vidéastes), RSI

Au Tessin, Sabina Zanini, Valentina Moccetti, Nadia Ticozzi et Joel Dalcol se partagent le Prix Média pour « Le mani nella terra, la testa nel futuro », une série télévisée sur l’agriculture, diffusée dans le cadre de l’émission « Tempi moderni ». Dans quatre reportages, ils présentent des familles paysannes et donnent un aperçu de leur stratégie d’exploitation. Aussi individuelles que soient les personnes et les méthodes, tout le monde voit dans l’agriculture un avenir sur le long terme.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Les exploitations agricoles sont essentielles à l’approvisionnement

01.04.20 | La Confédération fait savoir que les exploitations agricoles sont essentielles à l’approvisionnement de la Suisse et qu’elles peuvent par conséquent poursuivre leur travail. De son côté, l’Union suisse des paysans continue de chercher des solutions pour les exploitations impactées par le coronavirus. Elle salue aussi les mesures qu’a prises aujourd’hui le Conseil fédéral pour désengorger le marché de la viande.

Lire la suite
Communiqués de presse
Une plateforme pour le placement de main-d’œuvre dans l’agriculture

25.03.20 | En raison du coronavirus, agrix.ch propose dès maintenant une bourse d’emplois dans l’agriculture au niveau national.

Lire la suite
Communiqués de presse
Des mesures pour faire face à la crise du coronavirus

21.03.20 | L’Union suisse des paysans et ses organisations membres ont du pain sur la planche : elles sont en train de traiter avec assiduité des différents problèmes et des questions ouvertes que pose la situation exceptionnelle liée au coronavirus pour les secteurs agricole et alimentaire, ainsi que pour les familles paysannes.

Lire la suite
Communiqués de presse
La Chambre suisse d’agriculture veut le renvoi de la PA22+

20.03.20 | La Chambre d’agriculture de l’Union suisse des paysans a décidé de renvoyer au Conseil fédéral le message relatif à la Politique agricole 22+. Entachée d’erreurs et de contradictions, la copie est à revoir de fond en comble pour un secteur agricole et alimentaire tourné vers l’avenir.

Lire la suite
Communiqués de presse
Annonce préalable obligatoire pour la main-d’œuvre étrangère

20.03.20 | L’entrée en Suisse des travailleurs étrangers sur présentation d’un contrat de travail est autorisée jusqu’à jeudi prochain. Cependant, ces travailleurs doivent d’abord avoir été annoncés auprès des autorités. L’Union suisse des paysans met un formulaire à la disposition des employeurs. La situation qui règne aux frontières suisses est tendue. C’est pourquoi les travailleurs étrangers qui disposent d’un contrat de travail mais pas d’un permis de séjour ne peuvent entrer sur le territoire qu’après avoir été annoncés. L’Union suisse des paysans a préparé un formulaire à cet effet. Aujourd’hui à 16 h 00, elle transmettra aux autorités les personnes annoncées par ce biais pour qu’elles puissent entrer demain en Suisse. La prochaine annonce aura lieu lundi au plus tard. Les employeurs qui attendent de la main-d’œuvre étrangère dans les jours à venir doivent donc s’affranchir de cette nouvelle formalité. Les personnes que l’Union maraîchère suisse et Fruit-Union Suisse ont déjà annoncées ne sont pas concernées. La réglementation actuelle dure encore jusqu’au jeudi 26 mars. La dernière annonce sera donc faite le mercredi 25 à 16 h 00. À partir du vendredi 27, tout travailleur étranger devra présenter un permis de séjour en plus d’un contrat de travail pour pouvoir entrer en Suisse. La marche à suivre concernant les permis de séjour figure sur notre site internet.

Lire la suite
Communiqués de presse
Main-d'œuvre étrangère : il faut agir tout de suite !

18.03.20 | Les frontières suisses sont fermées à cause du coronavirus. Pour entrer en Suisse, les travailleurs étrangers ont besoin d’un permis de séjour. Les employeurs doivent demander ces permis tout de suite.

Lire la suite
Communiqués de presse
Les magasins de ferme peuvent rester ouverts

17.03.20 | Les magasins de ferme peuvent continuer de vendre des aliments. Dans les magasins avec personnel, il convient de respecter les prescriptions de l’Office fédéral de la santé publique. Depuis aujourd’hui, la Suisse se trouve dans une « situation extraordinaire » aux termes de la loi sur les épidémies. Tous les magasins, restaurants, bars, ainsi que les établissements de divertissement et de loisirs resteront fermés jusqu’au 19 avril 2020 en tout cas. Les magasins d’alimentation et, partant, les magasins de ferme situés sur les exploitations agricoles ne sont pas concernés par cette mesure. La situation ne pose pas de problème dans le cas des magasins de ferme en self-service. Par contre, dans les magasins de ferme avec personnel, il convient de respecter les prescriptions de l’Office fédéral de la santé publique. Parmi ces prescriptions figurent des mesures d’hygiène, comme se laver soigneusement les mains, renoncer aux poignées de main et garder ses distances par rapport aux autres personnes. Dans le cadre de cette dernière mesure, il faut peut-être aussi limiter le nombre de clients présents dans le magasin. Il serait aussi idéal de proposer un moyen de paiement sans espèces. Sur ce point, l’Union suisse des paysans (USP) collabore depuis un certain temps maintenant avec TWINT. Toutes les informations sont disponibles sur www.a-la-ferme.ch. La tenue de marchés hebdomadaires n’est plus permise.

Lire la suite
Communiqués de presse
Un secteur agroalimentaire indigène fort garantit des étagères pleines

17.03.20 | La population s'inquiète de l'approvisionnement alimentaire, ce qui se traduit par l'achat massif de denrées alimentaires par des particuliers. Le secteur agroalimentaire suisse est bien positionné. Grâce à la production et à la transformation locale, notre pays dispose d'une solide infrastructure de production qui assure un degré élevé d'auto-approvisionnement en denrées alimentaires de base telles que la farine, les pommes de terre, les produits laitiers, les fruits, les légumes, la viande et le sucre. Il contribue également de manière importante à l'approvisionnement de la population par la production locale de produits transformés, souvent de longue conservation, tels que les pâtes, les soupes, les sauces, les boissons, le chocolat et les pâtisseries. La production alimentaire locale permet un flux rapide de marchandises vers les consommateurs. Il n'y a pas de justification pour des achats de denrées alimentaires supérieurs aux réserves recommandées par le Conseil fédéral. Ces achats représentent une charge de travail supplémentaire inutile pour les personnes actives dans la branche.

Lire la suite