Contenu principal

Améliorer l’approvisionnement en fourrages suisses

Communiqué de presse de l'Union suisse des paysans du 4 juillet 2018

Depuis l’automne 2017, un groupe de travail institué par l’Union suisse des paysans cherche des leviers pour accroître l’approvisionnement en fourrages suisses. Ses membres ont élaboré une stratégie dans ce but. Ils ont présenté les résultats intermédiaires à un plus large éventail de représentants de la branche. Malgré les réserves concernant le financement, le soutien est acquis aux idées du groupe de travail. La prochaine étape est une consultation.

L’alimentation des animaux de rente constitue un sujet important. En Suisse, 86 % du fourrage consommé par les animaux de rente est d’origine indigène. Les 14 % restants proviennent de l’étranger, mais ils sont aussi garantis 100 % sans OGM. Quant au soja fourrager utilisé, il est issu presque sans exception d’une production responsable. Toutefois, malgré ces évolutions positives, la branche veut accroître l’auto-approvisionnement et ainsi répondre aux nouvelles attentes des consommateurs et de la société. C’est pourquoi l’Union suisse des paysans a donné le coup d’envoi, l’année dernière, à l’élaboration d’une stratégie pour un approvisionnement durable en fourrages d’origine suisse. Les premiers résultats intermédiaires du groupe de travail sont à présent disponibles. Sa stratégie repose sur trois axes d’action :
 

  • Renforcer la production indigène : le groupe de travail souhaite accroître la part des fourrages suisses. Pour ce faire, il veut doubler la production de blé fourrager. Il faudrait que le plus grand nombre possible de programmes et de labels exigent une part minimale de fourrages suisses pour y parvenir. Une réelle expansion de la culture de blé fourrager doit passer par une augmentation de prix, cofinancée par toute la chaîne de création de valeur. En effet, un plus grand attrait économique de cette culture se révèle indispensable dans ce contexte.
  • Surveiller les importations : en outre, il faudra s’assurer que les composantes fourragères importées sont issues d’une production responsable sur les plans écologique et social. Certaines composantes fourragères importantes, comme les brisures de riz et le gluten de maïs, seront analysées de plus près dans cette optique.
  • Préserver et encourager les autres solutions : il faut préserver et si possible développer les autres manières existantes de nourrir les animaux de rente. Il est nécessaire de maximiser la valorisation des sous-produits de l’industrie alimentaire (pulpes de betteraves, sous-produits des minoteries). Afin d’améliorer l’utilisation des ressources, il conviendrait aussi de réexaminer le recours aux protéines animales.  


C’est sous forme de résultats intermédiaires que le groupe de travail a présenté ces trois axes d’action aux représentants de la chaîne de chaîne de création de valeur concernée. Ces derniers s’entendent pour dire que l’élaboration d’une stratégie soutenue par l’ensemble de la branche et nécessaire, et ils ont apporté leur soutien de principe aux orientations définies. Des réserves plus importantes subsistent toutefois concernant le cofinancement des coûts. Les travaux se poursuivront malgré tout. Dans une prochaine étape, les acteurs des branches concernées pourront s’exprimer plus en détail dans le cadre d’une consultation.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Union Suisse des Paysans
Responsable departement production, marché & écologie

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Une pression injuste sur les prix à la production

14.12.18 | Le comité de l’Union suisse des paysans observe une fâcheuse tendance : le commerce de détail et l’industrie de transformation reportent souvent le risque d’entreprise sur les paysans.

Lire la suite
Communiqués de presse
Que vaut encore le bien-être animal ? (copy 1)

11.12.18 | Coop annonce qu’elle réduira de manière considérable, voire supprimera son programme Naturafarm à partir de 2019. Cette décision constitue non seulement une régression en matière de bien-être animal dans l’agriculture suisse, mais aussi un problème de grande envergure pour les familles paysannes qui ont investi en conséquence pour participer au programme. Cette mauvaise nouvelle intervient après celle de Migros, qui a annoncé qu’elle ne paierait plus de prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. Les producteurs demandent aux détaillants de revenir sur leurs décisions incompréhensibles et de négocier avec eux.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pas d’animaux clonés dans l’agriculture suisse

19.11.18 | Aux États-Unis, les animaux clonés sont déjà monnaie courante dans l’agriculture. En raison du commerce de sperme et d’embryons, ces animaux ou leurs descendants peuvent facilement arriver aussi en Suisse. Pour endiguer ce risque, l’Union suisse des paysans modifie les directives de son programme AQ-Viande Suisse en conséquence.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 18-10 : Bilan alimentaire (BAL) 2017

13.11.18 | La consommation totale de denrées alimentaires s’inscrit aussi en légère hausse en 2017, alors que l’année de production 2017 se révèle moyenne dans l’ensemble. Par conséquent, la part de la production indigène par rapport à la consommation totale s’est élevée à 59 %, soit un peu au-dessous de la moyenne calculée jusqu’alors à l’aide de cette méthode pour les années 2007 à 2016. Dans la production de certaines matières premières agricoles, les quantités ont atteint des records positifs comme négatifs. C’est pourquoi cet article se propose d’étudier les effets de la production indigène sur l’évolution des stocks et du commerce extérieur. Compte tenu des effets qui ne tiennent pas à une seule année, l’interprétation des résultats du bilan alimentaire doit aussi porter sur plusieurs années.

Lire la suite
Communiqués de presse
De moins en moins d’antibiotiques chez les animaux de rente

08.11.18 | Depuis un certain temps, l'agriculture suisse s'emploie à diminuer l'usage d'antibiotiques en promouvant la santé des animaux, en déployant des stratégies de sélection ciblées ou en recourant à la médecine complémentaire. Les différentes branches ont lancé toute une série de mesures et de projets. Au cours des dix dernières années, il a ainsi été possible de réduire de plus de moitié l'usage d'antibiotiques dans la détention d’animaux de rente. Ce succès doit perdurer.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 09-18 : L’effectif du bétail de rente en Suisse

10.10.18 | En 2018, l’effectif des poules augmente de 0,6 %, celui des dindes de 2,9 %, celui des chèvres laitières de 2,4 %, celui des brebis laitières de 2,8 % et celui des cerfs élaphes de 7,0 %. À l’inverse, l’effectif des porcs diminue de 3,4 %, celui des moutons de 1,3 %, celui des camélidés du Nouveau Monde de 3,9 % et celui des lapins de 2,4 %. Il faudra attendre les statistiques de 2019 pour savoir si la sécheresse de cette année provoquera une diminution du nombre de certains animaux.

Lire la suite
Points de vue La ferme du futur

20.09.18 | Markus Ritter: La technologie nous délestera de nombreux travaux monotones et facilitera notre vie. Cependant, elle présentera également des aspects moins reluisants.

Lire la suite
Communiqués de presse
Détention d’animaux de rente exemplaire et bien contrôlée en Suisse

14.09.18 | L’agriculture suisse est pionnière de la protection des animaux. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Notre position de leader au niveau international est-elle compromise ? L’Association Stratégie Qualité a présenté aujourd’hui une étude qu’elle avait commandée à Agridea. Principale conclusion : la production animale suisse demeure exemplaire. Cela vaut tant pour les conditions de détention que pour l’usage d’antibiotiques et, en particulier, pour les contrôles des prescriptions légales. Les pays voisins rattrapent leur retard.

Lire la suite