Contenu principal

Sucre - La douceur est dans le champ

Quelque 18 000 hectares (Données Agristat) sont emblavés en betteraves sucrières en Suisse. Sur cette surface, environ 120 hectares (Les données proviennent de bioactualités) sont en production biologique, tendance à la hausse. En outre, 1000 (Vonlanthen 2020) hectares de betteraves IP-Suisse sont à prévoir pour 2020. Le sucre suisse issu des cultures conventionnelles est produit selon les normes Suisse Garantie. Les betteraviers voient leur nombre reculer depuis 2005 et ne sont plus que 4500 aujourd’hui (fig. 1). Au total, les deux sucreries d’Aarberg et de Frauenfeld traitent environ 1,5 million de tonnes de betteraves sucrières (Sucre Suisse SA) durant une campagne allant de septembre à décembre. En plus du sucre, la production permet d’obtenir des pulpes de betteraves, que les agriculteurs peuvent racheter pour nourrir les animaux. La terre, la mélasse et la chaux représentent d’autres sous-produits de la production sucrière. En Suisse, la production de betteraves sucrières pour obtenir de l’éthanol ne revêt aucune importance.

Commerce extérieur, Swissness et politique - Le régime sucrier dans l’UE

Par une décision de 2005, l’OMC a enjoint l’UE de baisser de près de cinq millions de tonnes ses exportations de sucre, car le sucre subventionné qu’elle déversait sur le marché mondial faisait baisser artificiellement les prix. L’UE, qui était jusque-là le deuxième exportateur mondial de sucre, s’est vue contrainte de revoir de fond en comble son régime sucrier. Elle a dès lors réduit la production de betteraves, introduit des quotas de culture et d’exportation, et elle a baissé de près de 40 % les prix des betteraves et du sucre. La réforme a eu pour conséquence un recul d’un tiers de la surface cultivée. L’UE est aujourd’hui un importateur net de sucre.

Dans le but d’augmenter à nouveau son auto-approvisionnement et d’améliorer la compétitivité, l’UE a décidé, fin septembre 2017, de lever les limitations de production de sucre et d’isoglucose, de même que le prix minimum des betteraves sucrières. En même temps, les restrictions d’exportation de sucre imposées par l’OMC ont pris fin avec la libéralisation du marché. 

Suite à cette décision, les sucreries ont accru leur production, et la plupart des pays de l’UE ont élargi les surfaces cultivées. L’augmentation de la production a eu lieu pendant des années où les conditions climatiques étaient favorables, et le volume de production en 2017 a dépassé les besoins propres de l’UE. Comme la surproduction a coïncidé avec une baisse sur le marché mondial du sucre, le niveau des prix s’est effondré. En août 2019, le prix du sucre européen est tombé à 300 euros, le niveau le plus bas enregistré depuis dix ans.

La concurrence acharnée entre les sucreries entraîne encore la fermeture de fabriques européennes en 2020. En 2019, les surfaces cultivées dans l’UE ont de nouveau affiché un léger recul. Comme le marché sucrier suisse est directement lié à l’UE par les accords bilatéraux (solution dite du double zéro), le prix du sucre et, partant, le prix des betteraves ont aussi baissé en Suisse. La chute des prix a aussi porté un coup dur à l’intérêt pour la culture de la betterave en Suisse et entraîné une diminution des surfaces. Sans quotas de culture dans l’UE, le marché du sucre continuera selon toute probabilité à subir de fortes fluctuations et des prix volatils.

Le taux d’approvisionnement en sucre pour le Swissness avoisine 55 %. La réglementation «Swissness» est entrée en vigueur le 1er janvier 2017. Elle indique sous quelles conditions il est permis de mettre en avant l’origine suisse d’un produit. Les produits alimentaires dont l’emballage arbore la croix suisse doivent contenir au moins 80 % de matières premières provenant de Suisse. Il en va de même pour le sucre suisse. Des règles crédibles en matière de Swissness sont importantes pour que l’origine suisse garde sa valeur.

En Suisse, la Confédération soutient la culture de la betterave sucrière par des contributions à l’hectare. Dans le cadre d’un plan de soutien temporaire, elle a relevé ces contributions pour les années 2019 à 2021 et a introduit un droit de douane minimum de 70 CHF/tonne sur le sucre, à condition de réaliser une étude de rentabilité.

Conditions de culture, logistique et société

Les betteraviers doivent non seulement faire face à une pression élevée sur les prix, mais aussi à des défis liés aux techniques culturales. Deux maladies en particulier causent des dommages importants aux cultures. Les taches foliaires de cercosporiose détruisent le feuillage, réduisant ainsi la surface de la feuille capable d’assimilation et, par conséquent, le développement du sucre et de la masse. Les mesures de lutte contre la cercosporiose consistent surtout en des traitements fongicides et une sélection préventive des variétés.  

Depuis 2015, le syndrome des basses richesses (SBR) pose aussi des problèmes aux producteurs. La maladie est provoquée par une bactérie, qui est transmise par la cicadelle et qui fait jaunir les betteraves. La teneur en sucre des plantes attaquées diminue. Le moyen de lutte le plus efficace contre le SBR n’est pas encore connu. La combinaison de diverses mesures apparaît comme la parade la plus prometteuse. L’approvisionnement quotidien des sucreries en betteraves représente un gros défi sur le plan de la logistique. Ce sont les paysans au niveau régional qui organisent le transport. Les betteraves arrivent à raison de moitié par le rail et de moitié par la route dans les fabriques. Ces proportions peuvent varier suivant la région.

Les betteraves sucrières constituent une culture exigeante. Les initiatives « Eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » risquent d’entraver gravement la production betteravière, voire de la rendre impossible. À cela s’ajoute la pression sur les prix résultant d’une protection douanière limitée. Par conséquent, des activités politiques supplémentaires seront nécessaires afin de positionner la production betteravière en Suisse. En effet, le sucre suisse a bien plus à offrir que la production de sucre blanc. Une étude indépendante sur la durabilité a déjà montré que l’impact sur l’environnement de la production de sucre suisse est inférieur de 30 % à celui de la production de sucre européen. La durabilité est et restera importante pour les nouveaux développements dans la culture.

Interlocuteur pour le dossier

 

 

Irene Vonlanthen

Irene Vonlanthen

l'Union Suisse des Paysans
Gérante de la Fédération suisse des betteraviers

Téléphone 056 462 50 20
Email irene.vonlanthen@sbv-usp.ch

  

En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 39 (27.09 - 01.10.2021)

04.10.21 | L’USP a échangé avec différentes organisations professionnelles d’élevage quant à la manière d’informer la population ces prochains mois à propos de la détention animale et de l’engagement des familles paysannes pour le bien-être animal. L’accent sera mis sur des expositions, des événements à la ferme et à la ville, la publication de contenus sur les réseaux sociaux et des tableaux qui expliqueront les spécificités des différentes espèces animales. Le but est de sensibiliser la population aux réalisations des élevages suisses en vue de la votation sur l’élevag

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l‘USP n°30 (26 – 30.7.2021)

02.08.21 | Les premières estimations de rendements ne vont guère en direction de rendements record : 35 t/ha pour la Suisse occidentale et 41 t/ha pour la Suisse orientale. De plus, avec 13 %, les taux de sucre sont particulièrement bas ce qui n’est pas étonnant suite à la météo de ces dernières semaines. De son côté, l’Interprofession du sucre a décidé que le prix indicatif de 44 francs la tonne de betteraves serait intégralement payé pour la récolte 2020 et que les conditions pour la culture 2022 seraient les mêmes qu’en 2021. Enfin, en raison des incertitudes liées à la protection douanière et aux paiements directs, l’accord interprofessionnel 2022 sera défini en octobre.

Lire la suite
Prises de position Vernehmlassung Änderung Agrareinfuhrverordnung; Verlängerung Mindestgrenzschutz Zucker

23.06.21 | Wir bedauern, dass die Eidgenössischen Räte die Debatte zur parlamentarische Initiative 15.479 Stopp dem ruinösen Preisdumping beim Zucker! Sicherung der inländischen Zuckerwirtschaft nicht wie vorgesehen in der Sommersession abschliessen konnten. Der Umstand hat weitere grosse Unsicherheiten für die Schweizer Zuckerrübenproduzenten bei der Anbauplanung und den Vertragsabschlüsse 2022 zur Folge.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 22/2021

04.06.21 | En 2021 et selon les chiffres provisoires de Sucre Suisse SA, la culture de betteraves recule surtout dans l’ouest de la Suisse. La surface cultivée totale diminue par rapport à l’année précédente de 1468 hectares (-8,2 %) et atteint 16 433 hectares. La plus grande surface de betteraves à sucre a été cultivée en 2014, avec une surface de plus de 21 000 hectares.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l’USP n° 18 (3.5. – 9.5.2021)

10.05.21 | Selon une étude d’Agroscope, avec l’initiative « eau propre », le lait destiné à la commercialisation et la production bovine diminuerait de respectivement 5% à 10% et 10% à 20% car le cheptel bovin reculerait. Nous importons déjà actuellement chaque année près de 30'000 carcasses bovines. Ce chiffre passerait à 50'000 avec cette initiative.

Lire la suite
Prises de position L’avant-projet pour la mise en oeuvre de l’iv. pa. 15.479 «Stop au bradage ruineux du sucre! Pour la sauvegarde de l'économie sucrière indigène»

11.12.20 | Der Schweizer Bauernverband SBV ist erfreut, dass die WAK-N die schwierige Situation der Schweizer Zuckerindustrie anerkennt und diese mit Anpassungen im Landwirtschaftsgesetz unterstützen will. Die Befürchtungen des Bundes sind berechtigt. Ohne Unterstützung des Bundes ist die inländischen Zuckerher-stellung stark gefährdet.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l’USP n°49 (30.11. – 4.12.20)

07.12.20 | Le Conseil fédéral a publié cette semaine une étude sur le glyphosate en réponse au postulat 17.4059 "Utilisation du glyphosate. Étudier l’opportunité et les modalités d’un plan de sortie progressive". La Suisse est l'un des pays où l'utilisation est la plus faible et aucun traitement avant récolte n’est autorisé. Les quantités ont diminué de plus de 60% au cours des dix dernières années. Le Conseil fédéral entend poursuivre sur cette voie à l'aide du plan d'action Produits phytosanitaires, de l’initiative parlementaire « Réduire le risque de l'utilisation de pesticides » (Iv. Pa. 19.475) et des programmes de réduction prévus dans la politique agricole. Elle estime qu'une interdiction n’aurait pas les effets escomptés. Elle serait contre-productive en termes d'érosion, de compactage, de méthodes de culture préservant les sols, de dommages causés aux vers de terre, d'émissions de CO2 et de pertes de nitrates. Nous sommes tout à fait d'accord avec le Conseil fédéral.

Lire la suite
Communiqués de presse
Inconséquence de la politique phytosanitaire fédérale !

12.11.20 | La Fédération Suisse des Betteraviers est consternée. L’Office fédéral de l’agriculture n’a pas donné suite à la demande d’autorisation d’urgence temporaire, pour le traitement des semences de bette-raves sucrières avec une néonicotinoïde, exigée par la branche du sucre. Cela après adoption par de nombreux Etats membres de l’UE d’une dérogation pour l’enrobage des semences par des néonicoti-noïdes. La FSB exige donc l’égalité de traitement pour la production de sucre indigène en autorisant que les importations de sucre produit avec les pesticides autorisés en Suisse.

Lire la suite