Contenu principal

Hormone problématique bannie de l’élevage indigène

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans et de Suisseporcs du 2 mai 2022

La filière animale interdit par voie de droit privé l’hormone PMSG visant à traiter les problèmes de fertilité chez les truies. Les conditions de production douteuses et contraires aux normes élevées de bien-être animal dans l’agriculture indigène sont à la base de cette décision. La nouvelle exigence s’applique à toute la viande issue des élevages inscrits à AQ-Viande Suisse, un programme qui couvre la quasi-totalité du marché.

Aujourd’hui, la commission permanente Production animale de l’Union suisse des paysans (USP) a accédé à la demande de Suisseporcs de renoncer à l’hormone PMSG dans les élevages indigènes inscrits au programme de base AQ-Viande Suisse. Cette hormone est obtenue à partir du sang de juments gestantes et sert dans certains cas à traiter les problèmes de fertilité chez les truies. La découverte que la mise à disposition de l’hormone continue à se faire dans des conditions cruelles pour les juments est à la base de cette décision. Prélever cette hormone en Europe (Islande) plutôt qu’en Amérique du Sud n’a pas apporté l’amélioration escomptée.

La branche était d’accord pour dire que l’utilisation de l’hormone PMSG allait à l’encontre des normes élevées de bien-être animal dans l’agriculture indigène, alors qu’une telle préparation n’a été utilisée que dans de rares cas jusqu’à présent, uniquement à des fins thérapeutiques et sur moins de 1 % des truies mères. L’utilisation d’hormones pour améliorer les performances n’a jamais été autorisée en Suisse, raison pour laquelle la viande indigène est exempte de tout résidu hormonal.

Le programme AQ-Viande Suisse est géré par l’USP. Tous les grands abattoirs de Suisse exigent de leurs fournisseurs qu’ils remplissent les exigences d’AQ-Viande Suisse. La décision prise sera donc contraignante pour 95 % des exploitations d’élevage suisses à partir du 1er septembre 2022, et l’utilisation de PMSG interdite pour toutes les catégories d’animaux. Les vétérinaires doivent à présent être informés en conséquence qu’ils ne peuvent plus prescrire cette hormone. Le respect de l’interdiction sera contrôlé à partir de 2023.

Renseignements

Meinrad Pfister

Président de Suisseporcs et de la commission permanente Production animale de l’USP
tél. 079 916 00 41 

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Daniel Flückiger

Responsable Agriquali
Tél. 056 462 52 18

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - septembre 2022

10.10.22 | La première moitié de septembre a été dominée par des températures douces. Des orages ont apporté des quantités de pluie parfois importantes, surtout dans le sud de la Suisse. À partir du 17 septembre, les températures ont beaucoup baissé. La limite de la neige est descendue pour s’établir entre 1800 et 1400 mètres. À compter du 25 septembre, des masses d’air humide sont arrivées de l’ouest, apportant des précipitations quotidiennes. Sur l’ensemble du mois, la température moyenne nationale a été de 0,4 degré inférieure à la norme 1981-2020. Au nord des Alpes, le total des précipitations a été de loin supérieur à la normale. Dans certaines régions, il s’agissait du mois de septembre le plus humide depuis 1864. Au sud des Alpes, le temps s’est montré nettement plus sec. Dans le nord-ouest du Tessin et dans certaines régions du Valais, les précipitations étaient inférieures de moitié à la norme. Jusqu’à la fin août, la Suisse Grêle a enregistré un total de 7439 annonces, soit bien moins qu’à la fin août 2021 (11 484 annonces), mais bien plus qu’à la fin août 2020 (2030 annonces). Les déclarations de dommages causés par les éléments naturels se situent jusqu’à présent elles aussi entre celles de 2021 et de 2020 (tableau 1.6).

Lire la suite
Communiqués de presse
Une nette majorité considère inutile l’initiative sur l’élevage intensif

25.09.22 | Quelque 63 % des votant·e·s rejettent clairement l’initiative sur l’élevage intensif. Ils s’opposent ainsi à l’imposition par l’État des normes bio dans le domaine de l’élevage. L’agriculture suisse se réjouit de ce chiffre. Et ce pour la raison suivante : l’offre existe déjà. Si tous les partisans du « oui » puisent dans cette offre à l’avenir, le bio et les autres labels particulièrement respectueux des animaux connaîtront une augmentation significative de leurs ventes.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - août 2022

12.09.22 | La température moyenne de 1,9 degré supérieure à la norme 1991-2020 a permis à août 2022 de se hisser à la deuxième place des mois d’août les plus chauds depuis 1864, derrière celui de 2003, où la température moyenne avait été de 3,5 degrés supérieure à la norme. À partir du 15 août, la pluie s’est enfin abattue sur plusieurs régions de Suisse. À de nombreux endroits, il s’agissait des premières précipitations significatives depuis début juillet. La seconde quinzaine d’août a été marquée par des averses parfois importantes et des cumuls journaliers élevés au niveau régional. Dans certaines régions, ce sont surtout les cultures d’herbe et de maïs qui ont le plus souffert de la sécheresse. Dans certains cas, la récolte du maïs d’ensilage a déjà débuté en août. Si le nombre de déclarations de sinistres était de 4374 en juin, il a chuté à 1790 en juillet (tableau 1.5). La situation des sinistres en juillet 2022 a donc été dans l’ensemble moyenne par rapport aux années précédentes. Le même constat peut être fait pour les dommages causés par les éléments naturels : le nombre de déclarations a été de 327 (tableau 1.6).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juillet 2022

11.08.22 | Le mois de juillet 2022 a été très chaud, ensoleillé et sec. Depuis le début des mesures en 1864, seuls 2015, 2006 et 1983 ont connu un mois de juillet encore plus chaud en moyenne. Les conditions anticycloniques marquées n’ont donné lieu qu’à de rares précipitations. Les cumuls mensuels sont restés de loin inférieurs à la norme 1991-2020 dans toute la Suisse. Certaines régions ont même connu moins d’un tiers des précipitations habituelles. Au niveau régional, la pénurie d’eau était prononcée, par exemple dans le sud du Tessin, dans certaines parties de la Suisse romande et dans le canton de Schaffhouse. Si le temps sec de juillet a créé de bonnes conditions pour les récoltes de céréales et de colza, les autres cultures ont souffert d’un manque d’eau important à de nombreux endroits en raison de précipitations déjà faibles les mois précédents. Juin 2022 a enregistré 4374 annonces de sinistres causés par la grêle, un nombre bien faible par rapport à celui, extrême, de l’année d’avant (6980), mais malgré tout supérieur à la moyenne (tableau 1.5). En ce qui concerne les autres événements naturels, trois des dix dernières années (2013, 2016, 2021) ont donné lieu à davantage d’annonces que les 461 actuelles (tableau 1.6).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juin 2022

11.07.22 | Le mois de juin 2022 a été le deuxième mois le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul le mois de juin de l'année 2003 a affiché une température moyenne encore plus élevée. Dans de nombreuses stations de mesures, les valeurs maximales journalières ont atteint de nouveaux ecords pour un mois de juin. Les précipitations totales sont restées inférieures à la moyenne sur une grande partie du territoire. Le temps sec des mois précédents a donc persisté (cf. tableau 1.2).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mai 2022

13.06.22 | Le mois de mai a connu un nombre record de jours d’été ; il s’agit du deuxième mois de mai le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul mai 1968 a été encore plus chaud. Genève a connu 15 jours d'été avec une température maximale de 25 degrés ou plus, Locarno en a connu 16. En Suisse alémanique, il y a eu moins de dix jours d'été. Sur une grande partie du territoire, les précipitations sont restées inférieures à la norme 1991-2020. En Suisse romande et en Valais, les précipitations n’ont parfois même pas atteint les 30 % de la norme 1991-2020. Dans certaines régions du sud de la Suisse, elles sont restées en dessous des 40 % de la norme alors qu’en Suisse alémanique, elles se situaient entre 40 et 80 % de la norme. Le mois de mai a marqué la fin d'un printemps doux, ensoleillé et pauvre en précipitations. Ce fut l’un des dix printemps les plus secs depuis le début des mesures.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2022

11.05.22 | Le premier tiers du mois d’avril a connu des chutes de neige jusqu’en plaine, accompagnées de gelées tardives en raison des températures basses. Ces phénomènes de gelées tardives se sont encore produits à la fin du deuxième tiers du mois. Les dégâts sans doute ainsi causés dans les cultures fruitières précoces (fruits à noyau et fruits à pépins) restent difficiles à évaluer à l’heure actuelle. Malgré les épisodes de froid, la plupart des régions ont affiché une température moyenne située dans les limites de la norme pluriannuelle. Pour le reste, le temps changeant typique d’avril a souvent prévalu. À la fin du mois, le sud du pays s’est vu arrosé des premières fortes précipitations de l’année.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2022 (Kopie 1)

11.04.22 | Le temps sec s'est poursuivi en mars. En raison d’une météo généralement ensoleillée, il n'y a eu qu'un seul jour de précipitations généralisées, le 30 mars. Les 13, 14, 18 et 31 mars, quelques précipitations ont été enregistrées dans certaines régions. Le 29 mars, la somme des précipitations n'avait même pas atteint 10 % de la norme de cette saison. En Suisse centrale et orientale, le mois de mars a donc été l'un des moins pluvieux de ces 100 dernières années. La dernière fois qu'il y a fait aussi sec, c'était en mars 1976. Dans l'ouest et le sud de la Suisse, les mois de mars secs sont un peu plus fréquents. Dans ces régions, le dernier mois de mars aussi sec datait de 2003. Le temps sec a provoqué des incendies de forêt dans les cantons de Berne, du Valais et du Tessin. À deux reprises (du 15 au 18 mars ainsi que le 29 mars), du sable du Sahara est arrivé jusqu’en Suisse, bien visible dans le ciel et laissant également des traces au sol. La floraison du noisetier, du tussilage et de l'anémone des bois a commencé nettement plus tôt (entre 7 et 13 jours) que la moyenne de la période 1991-2020.

Lire la suite