Contenu principal

La ferme du futur

Point de vue du 20 september 2018

C’est de cela qu’il s’agira à la « Swiss Future Farm », que le canton de Thurgovie inaugurera officiellement dans quelques jours, en compagnie de deux commerçants de machines agricoles, à Tänikon, sur l’exploitation expérimentale d’Agroscope. Voici à quoi ressemble la ferme du futur : des 81 ha de surface agricole utile, 55 sont constitués de grandes cultures, 20 de prairies naturelles et 6 de surfaces de promotion de la biodiversité. L’exploitation compte également 65 vaches laitières et 55 truies. En comparaison nationale, il s’agit là d’une grande ferme, mais le nombre d’animaux reste modeste. Bien entendu, la ferme du futur doit travailler avec les technologies dernier cri. En effet, l’agriculture est l’un de ces secteurs où la mécanisation et l’automatisation sont censées amener un progrès fulgurant. En cette saison, le binage guidé par caméra au lieu de la pulvérisation de produits constituera un des éléments phares de la « Swiss Future Farm ». L’épandage du lisier ne se fait pas uniquement avec un dispositif à tuyaux souples. De fait, un capteur à infrarouges proches dose avec une très grande précision la quantité en fonction de la surface.

Numérique oblige, toutes les données sont relevées, tous les appareils sont interconnectés. D’aucuns connaissent le robot de traite, qui, en plus de calculer la quantité de lait, détermine également sa qualité, la santé de la vache ou si elle est en chaleur. L’agriculteur reçoit une alerte lorsque le robot détecte un problème. Il ne faudra pas attendre bien longtemps pour voir des tracteurs et des machines complètement automatiques rouler sur les champs, accomplissant les travaux de manière totalement autonome, avec la plus grande précision et en dosant les quantités de manière optimale. L’agriculteur du futur a donc besoin d'autres compétences et d’autres conditions, de même qu’une exploitation adaptée à ses besoins. Il doit être rompu à la technologie dans son ensemble. Il doit disposer de suffisamment de moyens pour acheter des machines miracles de plus en plus sophistiquées et, partant, de plus en plus chères. Il doit savoir calculer, planifier de façon stratégique et passer maître dans l’art de commercialiser ses produits s'il veut les vendre à des prix qui montrent que ses investissements n’auront pas été vains. Mais il ne doit pas oublier que, en dépit de toute cette technologie, il travaille dans et avec la nature. Or, celle-ci n'est pas totalement prévisible, ni planifiable. Les yeux humains, après des années d’expérience, verront toujours plus qu'une caméra ou un capteur.

Auteur

[Translate to Français:] Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'USP
Conseiller national

E-Mail:markus.ritter@parl.ch

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 05-17 : Évolution de l’agriculture de 2007 à 2016

12.06.17 | Le recul du nombre d’exploitations agricoles (2016 : -1,8 %) sert souvent de paramètre majeur pour mesurer l’évolution structurelle. Dans nombre de domaines, que ce soit au niveau de l’élevage ou des surfaces cultivées, l’agriculture connaît cependant une évolution bien plus rapide. Les conséquences de ces changements se reflètent également dans les chiffres des comptes économiques de l’agriculture. En y regardant de plus près, l’évolution structurelle se fait dans son ensemble à un rythme nettement plus soutenu que ce que ne laisse supposer la diminution modérée du nombre des exploitations agricoles.

Lire la suite
Prises de position Lärmschutz-Verordnung (LSV)

29.05.17 | Certaines exploitations agricoles se trouvent le long d’axes routiers. Ces exploitations sont donc directement affectées par la pollution sonore liée au trafic. Celle-ci porte atteinte à la qualité de vie des habitants ainsi qu’au bien-être animal. C’est pourquoi nous sommes d’accord avec la proposition de la motion Lombardi 15.4092 « Routes. Mesures de protection contre le bruit à partir de 2018 », adoptée par le Conseil des États le 15 mars 2016 et par le Conseil national le 12 septembre 2016, qui vise à garantir que les projets de réduction du bruit émis par les routes qui font l’objet d’une convention-programme avec la Confédération d’ici au 31 mars 2018 bénéficient de subventions fédérales même s’ils ne sont réalisés qu’après 2018. Pour le secteur agricole, il est impératif que les travaux de réalisation de ces ouvrages soient réalisés dans les meilleures conditions : l’impact sur les sur-faces agricoles, en particulier les surfaces d’assolement, doit être minimisé et la remise en état après travaux doit être qualitativement et financièrement garantie.

Lire la suite
Prises de position Änderung Zusatzmodul 8 Suisse-Bilanz

22.05.17 | Vergärungsprodukte aus Biogasanlagen haben sich in den vergangenen Jahren für die Schweizer Landwirtschaft zu einer wichtigen Nährstoffquelle entwickelt – mit steigender Bedeutung. Dank modernster Ausbringtechnik können diese Produkte heute verlustarm sowie Klima- und Bodenschonend in einer Vielzahl von landwirtschaftlichen Kulturen eingesetzt werden. Die Landwirtschaft ist bestrebt, die Effizienzsteigerung bei der Stickstoffdüngung weiter voranzutreiben. Dazu braucht sie aber Rahmenbedingungen, welche fachlich und agronomisch nachvollziehbar sind. Die oben gemachten Ausführungen zeigen hingegen eindeutig auf, dass für Einführung eines strengeren N- Ausnützungsgrades die wissenschaftliche Begründung fehlt und die herrschenden Praxisbedingungen sowie nicht beeinflussbare Umweltfaktoren ignoriert werden. Bereits heute ist der Stickstoff-Einsatz auf Grund sehr tief angesetzter Pflanzenbedarfs- und Ertragsnormen (GRUD) stark limitiert.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 04-17 : Bilan fourrager 2015

10.05.17 | En 2015, les aliments fourragers disponibles, à savoir 8 479 000 tonnes de matière sèche, ont reculé de 0,9 % par rapport à l’année précédente. Les aliments concentrés représentent la plus grande partie des fourrages commercialisables, avec 1 905 000 tonnes disponibles dans l’année sous revue. Les produits non marchands sont des fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. En 2015, 6 574 000 tonnes d’aliments fourragers, soit 77,5 % du total consommé, entraient dans cette catégorie. La part de la production indigène du fourrage disponible total, se montant à 85,4 %, a affiché une légère diminution. Les récoltes de l’année précédente, supérieures à la moyenne, n’ont pu être égalées. C’est pourquoi les quantités de produits des champset de sous-produits disponibles pour l’affouragement ont été moindres. Ce déficit a été compensé par des importations supplémentaires et en partie par la réduction du cheptel.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 03-17 : Statistique définitive du bétail de boucherie 2016

10.04.17 | En 2016, les abattages de taureaux, de boeufs, de génisses, de moutons et de chèvres ont augmenté par rapport à l’année précédente. En revanche, ils ont diminué dans le cas des vaches, des porcs et des équidés. Les poids morts se révèlent plus importants dans toutes les catégories, à l’exception des chèvres et des équidés. La production de viande a ainsi progressé dans le cas du gros bétail (+2,7 %) et des moutons (+7,1 %). En revanche, elle a reculé dans le cas des veaux (-1,6 %), des porcs (-1,1 %), des chèvres (-11,5 %) et des équidés (-5,0 %). Une fois de plus, la production de viande de volaille enregistre une nette hausse : +3,2 % pour les poulets de chair et +14,2 % pour les dindes.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 02-17 : La surface céréalière en Suisse

10.03.17 | La surface céréalière peut être représentée de différentes manières selon le point de vue adopté, qu’il s’agisse des espèces cultivées ou de l’utilisation des céréales. Des différences existent aussi entre les surfaces ensemencées et récoltées. L’examen de plusieurs variantes des statistiques des surfaces fait ressortir une très légère hausse de la surface de céréales fourragères ces deux dernières années. Il n’est toutefois pas possible de juger s’il s’agit là d’une variation temporaire ou d’une tendance durable.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 01-17 : Rétrospective 2016

10.02.17 | Pour la première fois depuis plusieurs années, la surface de céréales fourragères a connu une nette extension en 2016. Les surfaces en colza et en betteraves sucrières ont diminué. La production de viande de bœuf a augmenté au détriment de la viande de veau. La production d’œufs et de viande de volaille a aussi enregistré une nouvelle hausse. Ce sont la production de viande et les cultures spéciales qui ont permis de compenser les résultats décevants dans l’économie laitière et la culture des champs.

Lire la suite