Contenu principal

Les familles paysannes font fleurir la Suisse

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 13 juillet 2021

Les abeilles assurent la pollinisation des plantes. Elles sont donc d’une très grande importance pour la production agricole. Après la floraison des cultures, la nourriture se fait toutefois rare pour les insectes. C’est pourquoi plus de 400 familles paysannes ont semé plus de 500 bandes fleuries dans le cadre du projet « La Suisse fleurit » lancé par l’Union suisse des paysans (USP). Lors de sa conférence de presse, la faîtière agricole a exposé l’utilité de ces bandes pour les pollinisateurs et les auxiliaires, a expliqué pourquoi la biodiversité est importante pour l’agriculture et a présenté le nouveau numéro de son magazine Zoom.

Les abeilles et autres pollinisateurs trouvent souvent peu de nourriture lorsque les arbres et les cultures agricoles ont passé leur floraison en été. Or, la pollinisation par les insectes est essentielle pour de nombreuses cultures de fruits et de petits fruits. C’est pourquoi plus de 400 familles paysannes ont semé plus de 500 bandes fleuries dans le cadre du projet « La Suisse fleurit » lancé par l’Union suisse des paysans (USP). L’objectif de ce projet était de promouvoir la biodiversité et de montrer à la population tout ce que l’agriculture entreprend à cet effet. Une carte interactive sur le site web www.la-suisse-fleurit.ch montre où ces bandes fleuries ont été semées.

« Les bandes fleuries ne favorisent pas seulement les pollinisateurs, mais aussi nombre d’autres auxiliaires. En effet, à l’âge adulte, les trichogrammes, les syrphes et les chrysopes utilisent eux aussi le nectar comme carburant. Agroscope a développé dans ce but précis des bandes fleuries pour auxiliaires, qui permettent de réduire les ravageurs dans les cultures adjacentes », a expliqué Stefan Lutter, de la HAFL, lors de son exposé.

L’agriculture est consciente de sa responsabilité

L’agriculture a un impact direct sur la diversité des espèces dans les zones rurales et dépend, en même temps, d’une biodiversité intacte. Elle assume donc de grandes responsabilités dans ce domaine et les prend au sérieux. En Suisse, pour pouvoir toucher des paiements directs, il faut réserver au moins 7 % de la surface agricole utile à la compensation écologique. À l’heure actuelle, les surfaces de promotion de la biodiversité s’étendent sur plus de 190 000 ha, soit 18,8 % de la surface agricole utile. « Nous saluons les efforts déployés par l’agriculture pour promouvoir la biodiversité. Nous attachons également de l’importance à une bonne collaboration entre agriculteurs et apiculteurs », a fait savoir apisuisse, l’organisation faîtière des associations apicoles suisses.

Il reste toutefois encore des choses à faire. L’agriculture veut améliorer l’état de la biodiversité et la promouvoir de façon ciblée. Une multitude de milieux naturels distincts, reliés entre eux et aux superficies suffisantes est nécessaire pour une utilisation optimale. Dans ce contexte, il s’agit également d’utiliser moins de produits phytosanitaires et de réduire la dérive.

La biodiversité ne se limite pas aux champs

En raison de leur expansion constante, les surfaces bâties et les axes de transport deviennent, eux aussi, un élément de plus en plus important à prendre en compte. Il est donc essentiel que la population sache aussi comment elle peut soutenir les abeilles et promouvoir la biodiversité. En avril, des paysans et paysannes ont investi neuf gares du pays, où ils ont distribué des sachets de semences contenant un mélange de fleurs, et donné des conseils et des astuces sur ce que Monsieur et Madame Tout-le-Monde peuvent faire chez eux pour la biodiversité. Après tout, de petits pas mènent aussi au but !

La campagne des bandes fleuries a été soutenue par les producteurs de semences UFA ainsi que Mövenpick, cette dernière s’engageant en faveur de la biodiversité dans le cadre du lancement de sa nouvelle glace « Swiss Honey Almond » au miel suisse.

 

Nouveau magazine ZOOM sur la biodiversité

Le numéro actuel du magazine ZOOM de l’USP, intitulé « Biodiversité : la contribution de l’agriculture », traite de la diversité des espèces et fournit des chiffres et des faits intéressants. Il montre ce que l’agriculture fait pour la biodiversité, les défis auxquels elle est confrontée et des pistes d’améliorations possibles.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Mathias Götti Limacher

Président de l’apisuisse
Tél.  076 511 22 21

Stefan Lutter

Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires
tél : 031 910 29 92

Diane Gossin

Union Suisse des Paysans
Département Production, marché et écologie
Division Energie et environnement

Téléphone 056 462 50 11 / 076 499 35 99
EMail diane.gossin@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2022

11.05.22 | Le premier tiers du mois d’avril a connu des chutes de neige jusqu’en plaine, accompagnées de gelées tardives en raison des températures basses. Ces phénomènes de gelées tardives se sont encore produits à la fin du deuxième tiers du mois. Les dégâts sans doute ainsi causés dans les cultures fruitières précoces (fruits à noyau et fruits à pépins) restent difficiles à évaluer à l’heure actuelle. Malgré les épisodes de froid, la plupart des régions ont affiché une température moyenne située dans les limites de la norme pluriannuelle. Pour le reste, le temps changeant typique d’avril a souvent prévalu. À la fin du mois, le sud du pays s’est vu arrosé des premières fortes précipitations de l’année.

Lire la suite
Communiqués de presse
Faucher futé

13.04.22 | Faucher futé, c’est utiliser la faucheuse-conditionneuse de manière ciblée. La qualité du fourrage s’en retrouve améliorée, et les insectes et autres animaux préservés.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2022 (Kopie 1)

11.04.22 | Le temps sec s'est poursuivi en mars. En raison d’une météo généralement ensoleillée, il n'y a eu qu'un seul jour de précipitations généralisées, le 30 mars. Les 13, 14, 18 et 31 mars, quelques précipitations ont été enregistrées dans certaines régions. Le 29 mars, la somme des précipitations n'avait même pas atteint 10 % de la norme de cette saison. En Suisse centrale et orientale, le mois de mars a donc été l'un des moins pluvieux de ces 100 dernières années. La dernière fois qu'il y a fait aussi sec, c'était en mars 1976. Dans l'ouest et le sud de la Suisse, les mois de mars secs sont un peu plus fréquents. Dans ces régions, le dernier mois de mars aussi sec datait de 2003. Le temps sec a provoqué des incendies de forêt dans les cantons de Berne, du Valais et du Tessin. À deux reprises (du 15 au 18 mars ainsi que le 29 mars), du sable du Sahara est arrivé jusqu’en Suisse, bien visible dans le ciel et laissant également des traces au sol. La floraison du noisetier, du tussilage et de l'anémone des bois a commencé nettement plus tôt (entre 7 et 13 jours) que la moyenne de la période 1991-2020.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - février 2022

11.03.22 | Février 2022 a connu non seulement des températures douces et de longues périodes d’ensoleillement, mais aussi un temps très venteux au début et à la fin du mois. Alors que les précipitations étaient abondantes dans les Alpes centrales et orientales, le temps est resté sec dans l’ouest du Plateau, le nord-est de la Suisse et surtout le sud du pays. La floraison des noisetiers et du tussilage a eu lieu environ deux semaines plus tôt que la moyenne des années 1990 à 2020. L’hiver 2021/2022 a été doux, très ensoleillé par endroits et particulièrement sec dans le sud de la Suisse.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - janvier 2022

10.02.22 | Le mois de janvier a connu des températures douces, surtout à son début, et un temps très ensoleillé, même à basse altitude dans le Nord de la Suisse. Sur une grande partie du territoire, les précipitations ont représenté moins de 50 % de la norme 1991-2020, et même moins de 20 % dans une grande partie du Sud du pays.

Lire la suite
Communiqués de presse
Aucun besoin d’action politique dans la garde d’animaux de rente

14.01.22 | Suite aux décisions du Conseil national, la commission du Conseil des États chargée de l’examen préalable propose à la Chambre haute de rejeter tant l’initiative sur l’élevage intensif que le contre-projet. L’Union suisse des paysans salue ces décisions. Sur le plan politique, le besoin d’intervenir dans l’élevage en Suisse n’est pas à l’ordre du jour.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - décembre 2021

11.01.22 | Le premier tiers de décembre a débuté avec beaucoup de neige, parfois jusqu’en plaine. Le deuxième tiers a surtout connu de grandes étendues de brouillard élevé, le soleil brillant en premier lieu au-dessus des sommets. Le troisième tiers s’est terminé avec des températures douces et les nombreuses précipitations sont tombées avant tout sous forme de pluie. Sur une grande partie du territoire, la température moyenne de décembre a été supérieure de 1 degré à la norme 1981-2010. D’un point de vue météorologique, l’année 2021 restera dans les annales pour les précipitations extrêmes de l’été et les nombreux orages de grêle.

Lire la suite
Communiqués de presse
En Suisse, les animaux de rente sont mieux lotis que nulle part ailleurs

04.01.22 | L’élevage des animaux dans les exploitations agricoles donne actuellement matière à discuter. Aujourd’hui, l’Union suisse des paysans a fait le point dans l’exploitation porcine de Marianne et Franz Guillebeau à Lanzenhäusern, dans le canton de Berne. Bilan : l’élevage suisse est d’une qualité inégalée dans le monde grâce à des prescriptions légales complètes, à des effectifs maximaux clairement définis, à des programmes de santé ciblés et à des programmes de bien-être animal relevant de la politique agricole. Les produits labellisés garantissent que la clientèle particulièrement attentive au bien-être des animaux trouve une offre correspondante. Cette dernière est aujourd’hui plus importante que la demande. Pour ces raisons, des initiatives politiques telles que celle sur l’élevage intensif sont inutiles.

Lire la suite