Contenu principal

Bétail d’étal très bien, veaux d’étal un peu moins

Commentaire du marché du 1 novembre 2019 dans le journal Agri

Jusqu’à fin octobre, les taureaux de classe T3 se sont vendues en moyenne 38 centimes plus cher au kg poids mort (PM) que pendant la même période de 2018. L’année 2019 a commencé avec un prix relativement bon de 8 fr. 80 le kg PM pour les bêtes de classe T3. Durant les trois premiers trimestres, la production de viande exprimée en poids a baissé de 6,5 % pour les taureaux et de 0,6 % pour les génisses, mais elle a augmenté de 4 % pour les bœufs. L’année 2020 s’annonce bonne pour le bétail d’étal.

En moyenne annuelle, le prix des veaux d'étal au kg PM est resté jusqu’ici inférieur de 65 ct. à celui enregistré pendant la même période de 2018. Le prix des veaux, qui s'élevait à 14 fr. 60 pour les bêtes de classe T3 début 2019, s’est effondré à 12 fr. 30 fin mai. Sur les trois premiers trimestres, la production de viande de veau s’est établie en retrait de 1,7 % par rapport à la même période de 2018. Les prix des vaches de classe A3 dépassent d’un centime ceux de 2018 à l'heure actuelle. Les vaches de classe T3 affichent une hausse de 4 ct. Durant les trois premiers trimestres de 2019, la production de viande de vache est restée à peu près au même niveau (+0,1 %) qu’en 2018 pendant cette période. Fait notable, beaucoup de vaches ont été abattues au cours des cinq premiers mois de 2019, puis la production de viande de vache a diminué à partir de juin. Les perspectives s’annoncent excellentes pour les vaches, le cheptel est petit. Fin septembre, il y avait 15 000 vaches de moins qu’il y a un an.

Hans Rüssli

Union Suisse des Paysans

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 15/2021

16.04.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 03-21 : Production et consommation de lait et de produits laitiers en 2020

12.04.21 | La crise du coronavirus a eu des répercussions bien visibles sur le secteur laitier en 2020. La hausse de la production et de la consommation de lait UHT demi-écrémé et de fromage saute aux yeux. En revanche, la production et la consommation de beurre et de conserves de lait ont diminué. Ces changements peuvent s’expliquer par l’arrêt du tourisme d’achat, la croissance de la population présente, la fermeture intermittente de la restauration, ainsi que des comportements alimentaires et culinaires différents à la maison.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2021

12.04.21 | Après un début de mois ensoleillé, un temps changeant s’est installé à partir du 4 mars. Du 11 au 13 mars, un temps tempétueux arrivé par l’ouest a occasionné des rafales de 70 à 100 km/h sur le nord du pays. Un air froid polaire a apporté de la neige jusqu’en plaine entre le 14 et le 21 mars. Les Alpes centrales et orientales ont reçu des chutes de neige particulièrement abondantes. Un temps anticyclonique, avec des températures douces, a dominé à partir du 23 mars. Dans l'ensemble, les températures de mars se situent dans la norme 1981-2010. Les précipitations sont restées rares dans la plupart des endroits en mars. Au début du mois de mars, la végétation présentait encore une nette avance. La période de froid du milieu du mois a toutefois ralenti le développement. Le début de la floraison des cerisiers a été observé à Liestal le 25 mars. À la clôture du présent commentaire, début avril, l’hiver a fait son retour avec des températures minimales inférieures à zéro degré et des chutes de neige jusqu’en plaine (7 avril). Des dégâts d’une ampleur encore inconnue sont à prévoir dans les cultures fruitières précoces (cerises, abricots, pruneaux).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 14/2021

09.04.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 13/2021

06.04.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 12/2021

26.03.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 10/2021

15.03.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 02-21 : Production indigène, importations et utilisation des aliments pour animaux

10.03.21 | La plupart des aliments pour animaux importés proviennent d’Europe et principalement de l’UE. Les aliments riches en matière azotée comme le soja et le gluten, qui proviennent davantage de pays hors d’Europe, font exception à la règle. Ce sont surtout les aliments riches en protéines que l’agriculture suisse doit faire venir de l’étranger. En 2018, 46 % de la matière azotée importée dans les aliments concentrés provenait du soja et des produits à base de soja. Les importations d’aliments concentrés étaient destinées à 40 % aux bovins, les porcs et les volailles arrivant en deuxième et troisième position. En grandeurs relatives, la volaille dépend davantage des importations d’aliments concentrés, car des ingrédients importants de son alimentation, tels que le blé et les produits à base de soja, sont rares en Suisse.

Lire la suite