Contenu principal

La baisse du prix du lait sert-elle à accroître les marges ?

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 5 juillet 2019

Il est incompréhensible que les entreprises les mieux positionnées sur le marché suisse veuillent faire passer coûte que coûte des baisses de prix du lait à l’approche de la période de faible production, alors que tous les principaux indicateurs de marché laissent entrevoir une stabilité ou une évolution positive. Bien des éléments donnent à penser que les acheteurs procèdent ici à une augmentation sans détour de leurs marges sur le dos des producteurs de lait. L’Union suisse des paysans et les Producteurs Suisses de Lait condamnent cette façon de faire. Les deux organisations exigent très clairement une hausse de 3 centimes du prix du lait pour rémunérer les prestations supplémentaires du « Tapis vert ».

Les négociations du prix du lait à partir du 1er juillet 2019 ne sont pas encore achevées. Les baisses du prix du lait réclamées par les acheteurs restent encore et toujours d’actualité. Le marché, lui, évolue encore et toujours dans une autre direction. Des arguments commerciaux objectifs justifiant aussi peu que ce soit la démarche annoncée font toujours défaut. Les faits sont les suivants :

  • les stocks de beurre se révèlent bas ;
  • les livraisons de lait restent inférieures à celles de l’année dernière ;
  • l’indice du prix indicatif du lait A est en hausse ;
  • la situation du marché et les perspectives dans l’UE se montrent stables à légèrement positives.

La donne n’a toujours pas changé après des investigations approfondies et les discussions menées entre-temps. Il n’y a pas de nouveaux éléments factuels permettant d’arriver à une autre conclusion. C’est pourquoi l’Union suisse des paysans (USP) et les Producteurs Suisses de Lait (PSL) condamnent encore avec autant de détermination la démarche prévue par divers acheteurs de lait.

Il est essentiel que les groupes de négociation manifestent aussi leur incompréhension en termes clairs. Les producteurs suisses de lait créent une valeur ajoutée avérée, qui contribue de façon absolument substantielle à un meilleur positionnement. Il est dès lors inadmissible que le secteur en aval en profite à fond pour augmenter ses marges. Ce n’est pas ainsi que fonctionne une collaboration dans un esprit de partenariat.

Les producteurs de lait se sentent livrés à la merci d’acteurs tout-puissants sur le marché. Dans l’optique des débats autour de la PA22+, des réflexions supplémentaires sur de meilleures conditions-cadres seront indispensables pour mettre les producteurs dans une position d’égalité avec les autres acteurs du marché.

Le guide pratique et liste de contrôle « Bovins et sentiers pédestres » est conforme aux prescriptions en vigueur en matière de sécurité et de prévention des accidents. Comme le montre la jurisprudence, ce document et les mesures prises jouent un rôle important dans les jugements rendus à la suite d’événements dommageables. La liste de contrôle a fait ses preuves. Disponible auprès du SPAA, de l’USP, de Vache mère Suisse et de Suisse Rando, elle est aussi disponible en ligne.

Renseignements

Reto Burkhardt

Producteurs Suisses de Lait
Téléphone 079 285 51 01

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Union Suisse des Paysans
Responsable departement production, marché & écologie

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 01-20 : Le lait dans le bilan alimentaire

10.02.20 | Mesurée en équivalents lait entier, la consommation par habitant de lait et de produits laitiers s’est montrée en grande partie stable entre 2007 et 2013, mais diminue en moyenne de 1,3 % par année depuis 2014. Entre 2009 et 2018, les importations ont augmenté de manière quasi constante de 3,7 % par an, tandis que les exportations n’ont augmenté que de 1,4 % par année. Cette évolution constitue un environnement exigeant pour le secteur laitier en Suisse.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - janvier 2020

10.02.20 | Le mois de janvier 2020 a été l’un des plus chauds depuis le début des mesures en 1864 : dans de nombreuses stations de mesure, les records de température existants ont été atteints, voire dépassés de peu. Dans quelques régions du nord de la Suisse, jamais un mois de janvier n’avait été aussi ensoleillé. Par conséquent, les averses se sont montrées éparses. Seules une ou deux zones de perturbations sont venues brièvement jouer les trouble-fête par ce temps de carte postale. Il a fallu attendre la fin du mois pour connaître une zone de basse pression. Le soir du 28 janvier a même éclaté un premier orage. Au cours de ces dernières années, le placement de stagiaires agricoles a diminué, tant pour les Suisses à l’étranger que pour les étrangers en Suisse (tableau 1.4). En 2019, les stagiaires suisses ont été 68 à partir à l’étranger, tandis que les stagiaires étrangers, en particulier d’origine d’Europe de l’Est et des Balkans, ont été 328 à venir en Suisse.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 12-19 : Rétrospective 2019 et perspectives pour 2020

14.01.20 | L’an 2019 restera dans les mémoires comme une année agricole faste, en particulier dans la production de bétail de boucherie. L’année 2020 s’annonce elle aussi favorable dans l’ensemble. L’incertitude augmente en raison des votations à venir sur les initiatives concernant l’agriculture.

Lire la suite
Commentaire de marché Le prix du foin demeure stable

13.12.19 | L’Association suisse des négociants en fourrage (ASNF) a maintenu le prix du foin séché départ ferme entre 29 et 32 fr. les 100 kg. À l’occasion de la discussion sur la situation commerciale actuelle, le marché du foin a été jugé calme, l’approvisionnement en fourrages grossiers bon, et la récolte 2019 de foin et de regain très bonne au niveau tant de la qualité que de la quantité. Les négociants en fourrage estiment aussi que nombre de grandes balles de maïs, de pulpes de betteraves sucrières et d’herbe d’ensilage sont disponibles, et que l’offre est suffisamment importante. Le temps ensoleillé de l’automne a prolongé la saison de pâturage. Vu la bonne situation de l’approvisionnement, l’assemblée de l’ASNF a décidé de maintenir le prix des balles de foin séché et chargé départ ferme entre 29 et 32 francs. Suite à la proposition d’un membre de l’association, les négociants présents à l’assemblée ont renoncé à fixer un prix indicatif pour le foin indigène séché au sol. C’est donc le prix du jour qui s’applique. Il a du reste été décidé la même chose pour la paille pressée en grandes balles et chargée départ ferme. En revanche, le prix des petites balles de paille chargées départ ferme reste de 18 fr. le kg. De manière générale, aucun des prix décidés ne s’entend livré à la ferme, car cette pratique reviendrait à faire dépendre le prix de la distance.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 11-19 : L’approvisionnement en aliments d’origine végétale

10.12.19 | Si l’agriculture suisse peut répondre à 100 % des besoins indigènes en aliments d’origine animale, elle ne couvre que 40 % de ceux en aliments d’origine végétale. Il existe donc encore une marge de progression en production végétale. La production de matières premières agricoles comme les céréales, le sucre et les pommes de terre fait cependant face à une pression croissante des importations. Une évolution positive s’est vérifiée dans la production de graisses et d’huiles végétales ainsi que dans le secteur maraîcher ces dernières années.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 10-19 : Bilan alimentaire (BA) 2018

11.11.19 | L’année 2018 a vu diminuer la consommation aussi bien totale que par habitant. Cette diminution découle en premier lieu de l’amoindrissement des quantités produites de sucre et de céréales. Le taux d’auto-approvisionnement de 58 % se révèle plutôt bas. Depuis 2007, la part des produits animaux dans la consommation est de 30 %, tandis que celle dans la production indigène est de 50 % environ. Parmi les produits animaux, les oeufs, la viande de volaille et le poisson connaissent une popularité grandissante. Depuis quelques années, la consommation par habitant des autres catégories de viande, de lait et de produits laitiers est en baisse.

Lire la suite
Commentaire de marché Bétail d’étal très bien, veaux d’étal un peu moins

01.11.19 | Jusqu’à fin octobre, les taureaux de classe T3 se sont vendues en moyenne 38 centimes plus cher au kg poids mort (PM) que pendant la même période de 2018. L’année 2019 a commencé avec un prix relativement bon de 8 fr. 80 le kg PM pour les bêtes de classe T3. Durant les trois premiers trimestres, la production de viande exprimée en poids a baissé de 6,5 % pour les taureaux et de 0,6 % pour les génisses, mais elle a augmenté de 4 % pour les bœufs. L’année 2020 s’annonce bonne pour le bétail d’étal. En moyenne annuelle, le prix des veaux d'étal au kg PM est resté jusqu’ici inférieur de 65 ct. à celui enregistré pendant la même période de 2018. Le prix des veaux, qui s'élevait à 14 fr. 60 pour les bêtes de classe T3 début 2019, s’est effondré à 12 fr. 30 fin mai. Sur les trois premiers trimestres, la production de viande de veau s’est établie en retrait de 1,7 % par rapport à la même période de 2018. Les prix des vaches de classe A3 dépassent d’un centime ceux de 2018 à l'heure actuelle. Les vaches de classe T3 affichent une hausse de 4 ct. Durant les trois premiers trimestres de 2019, la production de viande de vache est restée à peu près au même niveau (+0,1 %) qu’en 2018 pendant cette période. Fait notable, beaucoup de vaches ont été abattues au cours des cinq premiers mois de 2019, puis la production de viande de vache a diminué à partir de juin. Les perspectives s’annoncent excellentes pour les vaches, le cheptel est petit. Fin septembre, il y avait 15 000 vaches de moins qu’il y a un an.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 09-19 : L’effectif du bétail de rente en Suisse

11.10.19 | L’année 2019 connaît une baisse de l’effectif du bétail estimée à 15 000 UGB. Cette baisse est imputable en premier lieu au recul des effectifs bovin et porcin. L’évolution des effectifs des autres animaux de rente est en général plus faible que les années précédentes. Chez les volailles, les animaux destinés à la production d’oeufs sont les seuls à voir leur nombre continuer d’augmenter

Lire la suite