Contenu principal

Le prix du foin demeure stable

Commentaire du marché du 13 décembre 2019 dans le journal Agri

L’Association suisse des négociants en fourrage (ASNF) a maintenu le prix du foin séché départ ferme entre 29 et 32 fr. les 100 kg. À l’occasion de la discussion sur la situation commerciale actuelle, le marché du foin a été jugé calme, l’approvisionnement en fourrages grossiers bon, et la récolte 2019 de foin et de regain très bonne au niveau tant de la qualité que de la quantité. Les négociants en fourrage estiment aussi que nombre de grandes balles de maïs, de pulpes de betteraves sucrières et d’herbe d’ensilage sont disponibles, et que l’offre est suffisamment importante. Le temps ensoleillé de l’automne a prolongé la saison de pâturage.

Vu la bonne situation de l’approvisionnement, l’assemblée de l’ASNF a décidé de maintenir le prix des balles de foin séché et chargé départ ferme entre 29 et 32 francs. Suite à la proposition d’un membre de l’association, les négociants présents à l’assemblée ont renoncé à fixer un prix indicatif pour le foin indigène séché au sol. C’est donc le prix du jour qui s’applique. Il a du reste été décidé la même chose pour la paille pressée en grandes balles et chargée départ ferme. En revanche, le prix des petites balles de paille chargées départ ferme reste de 18 fr. le kg. De manière générale, aucun des prix décidés ne s’entend livré à la ferme, car cette pratique reviendrait à faire dépendre le prix de la distance.

Hans Rüssli

Union Suisse des Paysans

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 14/2021

09.04.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 13/2021

06.04.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 12/2021

26.03.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 10/2021

15.03.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 02-21 : Production indigène, importations et utilisation des aliments pour animaux

10.03.21 | La plupart des aliments pour animaux importés proviennent d’Europe et principalement de l’UE. Les aliments riches en matière azotée comme le soja et le gluten, qui proviennent davantage de pays hors d’Europe, font exception à la règle. Ce sont surtout les aliments riches en protéines que l’agriculture suisse doit faire venir de l’étranger. En 2018, 46 % de la matière azotée importée dans les aliments concentrés provenait du soja et des produits à base de soja. Les importations d’aliments concentrés étaient destinées à 40 % aux bovins, les porcs et les volailles arrivant en deuxième et troisième position. En grandeurs relatives, la volaille dépend davantage des importations d’aliments concentrés, car des ingrédients importants de son alimentation, tels que le blé et les produits à base de soja, sont rares en Suisse.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - février 2021

10.03.21 | Le mois de février 2021 a été l’un des dix plus doux depuis le début des mesures en 1864. Seule une courte période de froid entre le 10 et le 15 février a mis un terme à une météo très clémente pour la saison. Un événement notable s’est produit avec l’arrivée d’un important nuage de poussière du Sahara les 5 et 6 février. Les précipitations sont restées rares, n’atteignant que 40 à 60 % de la norme 1981-2010 en de nombreux endroits. Le sud de la Suisse a cependant enregistré des précipitations supérieures à la moyenne. Dans l’ensemble, l’hiver 2020/2021 a connu des précipitations abondantes en raison des nombreux épisodes de pluie et de neige en décembre 2020 et janvier 2021. Sur le versant sud des Alpes, les précipitations se sont révélées deux fois plus importantes que la norme 1981-2010 dans certaines régions. Il faut remonter à l’hiver 2017/2018 pour retrouver une saison aux précipitations plus ou moins comparables à celles de l’hiver 2020/2021 ces dernières années (voir graphique 1.2).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 09/2021

05.03.21 | Dans l’année 2020, 232 157 tonnes de matière sèche de soja et de sous-produits de soja (surtout du tourteau de soja) ont été importées comme aliments fourragers. Par rapport à l’année 2019, la quantité importée a diminué de 3,8 %. Ces dernières années, la branche a essayé de plus en plus à importer du soja issu d’une production cer-tifiée. La part des importations provenant de l’UE a donc augmenté pendant que le Brésil a perdu de l’importance comme pays d’origine.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 08/2021

26.02.21 | Si l’on calcule les importations de lait, de produits laitiers et de composants du lait dans les aliments transformés en équivalents-lait entier (ELE), la Suisse a augmenté les importations de 113,0 millions ou de 24 % d’ELE en 2020 par rapport à l’année précédente. Ceci correspond à une augmentation des importations de lait de 13 kilo-grammes de lait entier par habitant. Les importations de fromage et de beurre connaissent la plus grande crois-sance. Cependant, les exportations ont diminué de 24,7 millions d’ELE ou de 3 %. Ainsi, l’excédent commercial a baissé de 43 % pour arriver à 182,4 millions d’ELE. La hausse des importations dans l’année 2020 s’explique en partie par la diminution du tourisme d’achat.

Lire la suite