Contenu principal

Les coûts supplémentaires supportés par les exploitations agricoles ne sont pas couverts

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 7 juillet 2022

En magasin, les prix des denrées alimentaires augmentent, mais les familles paysannes indigènes ne touchent pas la différence. Et pourtant, « l’élévation des prix des matières premières » reste un argument utilisé à tort et à travers pour justifier l'augmentation en magasin.

Les familles paysannes indigènes paient toujours plus cher leurs intrants, qu’il s’agisse d’engrais, d’énergie ou de carburant. Au cours des derniers mois, les coûts de la consommation intermédiaire ont augmenté de 900 millions de francs. En conséquence, dès février, l'Union suisse des paysans (USP) a demandé que les prix à la production des matières premières agricoles augmentent eux aussi de façon substantielle. Plusieurs négociations ont eu lieu au cours des dernières semaines. Un bilan intermédiaire montre que la situation du lait, de la viande de bœuf, des pommes de terre, des céréales et des betteraves sucrières s’est améliorée. Selon les estimations, un déficit de 200 à 300 millions de francs demeure toutefois, ce qui correspond à près de 10 % du revenu du secteur. Les familles paysannes doivent donc supporter à elles seules un tiers des coûts supplémentaires. C’est pourquoi d'autres ajustements sont nécessaires pour que le revenu agricole, déjà très bas, ne diminue pas. L'USP demande instamment aux partenaires du marché et aux branches d'améliorer les prix.

 

Le surcoût du pain ne revient pas à l’agriculture

Les commerçants sont peu enclins à débourser plus pour l’agriculture, mais ils utilisent très volontiers l’argument de l’augmentation des coûts pour revoir les prix de leurs produits à la hausse. Ainsi, on a pu entendre cette semaine au téléjournal que l’augmentation du prix du pain découlait du renchérissement des matières premières. Primo, cela n'est pas justifié dans la mesure où une première augmentation a déjà eu lieu en début d’année. Deuxio, les conséquences sur les prix en magasin sont extrêmement faibles. Avec l'augmentation du prix indicatif des céréales panifiables qui vient d'être décidée, le coût des matières premières pour un kilo de pain augmente d'à peine 1 %. La différence qui en résulte sur un kilo de pain à 4 francs se situe donc entre 4 et 5 centimes. Les augmentations réelles permettraient largement de couvrir l'intégralité des coûts supplémentaires supportés par les familles paysannes tout en relevant encore les prix à la production.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Francis Egger

Vice-directeur Union Suisse des Paysans
Département économie, formation et
relations internationales

Mobile 079 280 69 66
Email francis.egger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 30-2022

29.07.22 | La grande majorité des importations d’engrais arrive en Suisse par transport en navire sur le Rhin (environ 50%) ou par transport routier (40%). La voie ferroviaire apporte environ 20 kilotonnes d‘engrais, ce qui correspond à 8,3% du total. Le transport aérien ne joue qu’un rôle négligeable. Les données représentent le poids net à l’importations selon l’Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières (OFDF). Il est désormais envisa-geable que, pendant des longues périodes de sécheresse avec des bas niveaux des eaux, le transport routier doit être renforcé pour compenser la réduction en trafic fluvial.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 29-2022

22.07.22 | Les frais des exploitations agricoles augmentent depuis la fin 2021 à cause du renchérissement qui touche les prix des agents de la production. Par conséquent, les prix des produits agricoles ont aussi tendance à augmenter. Le prix des porcs de boucherie constitue la grande exception : Le prix de base est tombé à 3.30 francs par kilogramme de poids mort. Pour la dernière fois, le prix a été aussi bas en 2011. Il y a deux ans, le prix se situait encore à 4.85 francs. À long terme, la production est en train de diminuer depuis 2012. Mais une modeste augmentation de la production d’environ 5 % pendant les années du coronavirus 2020/2021 a entraîné une saturation du marché. Pour les éleveurs de porcs, la situation est très difficile face à des recettes en baisse et des coûts en hausse. Dans le graphique, la tendance sur 12 mois est affichée pour l’évolution de la quantité produite et du prix à la production.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 28-2022

15.07.22 | La périodicité des importations des engrais azotés (nitrate d’ammonium, urée, autres) est caractérisée par une phase principale entre les mois d’août à novembre. Une grande partie est importée à partir de l’Allemagne et des Pays-Bas. La Russie joue un rôle important, notamment pour les importations d’urée, mais les flux ont cessé depuis le mois d’avril 2022. Entretemps, l’Égypte est entrée en scène. Ce graphique montre les pays d’origine des importations. Par contre, le site de production des engrais n’est pas connu.

Lire la suite
Communiqués de presse
Augmentation exponentielle des problèmes liés au loup

14.07.22 | Les attaques perpétrées par les loups sur les animaux de rente à l’alpage prennent une nouvelle ampleur. Le week-end dernier, les prédateurs ont pour la première fois tué une vache allaitante adulte. L’an passé déjà, de nombreuses bêtes étaient tombées sous les crocs des canidés. Il avait alors fallu avancer la désalpe, la sécurité des troupeaux ne pouvant plus être garantie. De nouvelles solutions et une révision rapide de la loi sur la chasse sont nécessaires pour endiguer de manière efficace la croissance de la population de loups. De plus, il est essentiel que les autorités agissent dans l’intérêt de l’économie alpestre en approuvant rapidement les demandes de tirs, faute de quoi l’économie alpestre est menacée.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 06-22 : Engrais de ferme et de recyclage dans HODUFLU

11.07.22 | Depuis 2014, les quantités et les livraisons d’engrais gérées dans HODUFLU sont en augmentation. Environ deux tiers des livraisons ont lieu au sein du secteur agricole. Le tiers restant regroupe les installations de compostage et de méthanisation en tant que preneurs ou remettants. Une livraison sur cinq est intercantonale. Comme il fallait s'y attendre, les cantons ayant une densité de bétail élevée ont tendance à livrer aux cantons ayant beaucoup de terres assolées. En 2021, la quantité totale dans HODUFLU représentait 12,9 % de la quantité totale d'engrais en Suisse. Au vu de la hausse des prix des engrais minéraux, la demande en engrais de ferme et de recyclage devrait continuer à augmenter.

Lire la suite
Communiqués de presse
Une étude confirme l’impact négatif qu’aurait l’acceptation de l’initiative sur l’élevage intensif

11.07.22 | Le taux d’auto-approvisionnement de la viande de poulet est aujourd’hui de 58 %. Une acceptation de l’initiative sur l’élevage intensif le ferait passer à 5 %. Pour les œufs, il chuterait de 56 à 20 %, et de 92 à 50 % pour la viande de porc. Cette dégringolade s’accompagnerait d’une perte de valeur ajoutée et d’une disparition d’emplois dans le pays. Voilà les conséquences de l’initiative sur l’élevage intensif qui ressortent d’une étude réalisée récemment par la Haute école spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juin 2022

11.07.22 | Le mois de juin 2022 a été le deuxième mois le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul le mois de juin de l'année 2003 a affiché une température moyenne encore plus élevée. Dans de nombreuses stations de mesures, les valeurs maximales journalières ont atteint de nouveaux ecords pour un mois de juin. Les précipitations totales sont restées inférieures à la moyenne sur une grande partie du territoire. Le temps sec des mois précédents a donc persisté (cf. tableau 1.2).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 27-2022

08.07.22 | Le rapport entre les prix à la production et les prix des agents de production est un indicateur (« pouvoir d’achat ») pour la situation économique des exploitations agricoles. La relation s’est développée de manière favorable encore en 2020. En automne 2021, les prix des agents de production ont commencé à augmenter, surtout ceux de l’énergie et des engrais. Par la suite, la relation s’est détériorée encore. Les prix de tous les agents de production ont augmenté : fourrages, semences, machines, bâtiments etc. Cependant, l’évolution des prix des agents de production n’est guère prévisible dans le contexte international actuel. La plupart des récoltes n’a pas encore été engrangée. Les prix à la production vont aussi augmenter. Mais on ne sait pas si cette augmentation va couvrir tous les frais supplémentaires. La situation est inquiétante pour les exploitations agricoles.

Lire la suite