Contenu principal

Martin Rufer est élu directeur de l’USP

Communiqué de presse de l'Union suisse des paysans du 26 février 2020

Martin Rufer reprendra les rênes de l’Union suisse des paysans à compter du 1er avril. Ainsi en a décidé aujourd’hui la Chambre suisse d’agriculture, qui a aussi rendu hommage et dit au revoir à Jacques Bourgeois, le directeur sortant, en place depuis de nombreuses années. Dans un autre registre, la Chambre voit dans le message relatif à la Politique agricole 22+ une source de grosses inquiétudes.

Aujourd’hui, les membres de la Chambre suisse d’agriculture (CSA) ont élu Martin Rufer directeur de l’Union suisse des paysans (USP). Ingénieur agronome diplômé de l’EPFZ et âgé de 43 ans, Martin Rufer dirige le département Production, marché et écologie de l’USP depuis 2008. Il vit avec sa famille à Lüsslingen et siège au Grand Conseil du canton de Soleure. Il reprendra les rênes de l’organisation faîtière de l’agriculture suisse à partir du 1er avril 2020. Jacques Bourgeois, le directeur sortant, quittera son poste fin mars. La CSA l’a remercié pour son engagement de longue date et a loué ses loyaux services en faveur des familles paysannes de Suisse.

Politique agricole 22+ : un morceau qui peine à passer

La CSA a aussi procédé à un premier examen du message relatif à la Politique agricole 22+, que le Conseil fédéral a présenté il y a de cela à peine deux semaines. Sont prévus d’importantes charges supplémentaires, des coûts élevés et des rendements moindres pour les familles paysannes. C’est surtout ce dernier point que le secteur agricole ne comprend pas du tout. La CSA ne prendra position de manière définitive que lors de sa prochaine séance. Aujourd’hui, elle s’est contentée de discuter de la couverture sociale, des exigences de formation et de la limitation des paiements directs.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Urs Schneider

Union Suisse des Paysans
Directeur adjoint
responsable de la campagne
Responsable du département communication et services internes

Mobile 079 438 97 17
Email urs.schneider@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 42/2021

22.10.21 | Le nombre de vaches laitières varie fortement selon le canton. Si on calcule le nombre de vaches laitières par 100 hectares de surface agricole utile (SAU), alors les cantons méridionaux de Genève, du Valais, du Tessin et des Grisons disposent de moins de 30 vaches laitières par hectare SAU. L’Espace Mittelland se situe au milieu du tableau avec un nombre entre 37 et 67 vaches laitières. Dans les cantons de la Suisse centrale et orientale, le nombre de vaches laitières est plus important. Le canton d’Obwald se positionne en tête avec un nombre de 104 vaches laitières par 100 hectares; ceci correspond à environ une vache laitière par hectare SAU. Cependant, les cantons de montagne disposent de surfaces supplémentaires en forme des estivages qui ne sont pas inclus dans la surface agricole utile.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 41/2021

15.10.21 | Les prix de l’énergie à la hausse et des problèmes de logistique ainsi qu’en termes de flux de marchandises sont responsables du renchérissement actuel. Un regard vers le passé peut avoir un effet calmant : Ces dernières années, l’augmentation des prix à la consommation était faible et parfois les prix ont même reculé. Les prix des aliments à la consommation ont encore moins augmenté. Peut-être, c’est la raison pourquoi le problème des déchets alimentaires s’est accentué. – Ce qui n’a que peu de valeur, ne requiert pas d’attention particulière. Pour l’agriculture, les prix des agents de production se sont développés de manière favorable ces dernières années. Le renchérissement actuel est certes ennuyeux, mais il ne faut guère s’attendre à une augmentation extrême des coûts. D’une façon générale, les prix des produits agricoles ont légèrement augmenté les deux dernières années. Par contre, il est peu probable qu’ils vont grimper au niveau de l’année 2008. 2008, c’était l’année de la crise alimentaire mondiale.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 09-21 : Évolution de l’effectif du cheptel suisse

11.10.21 | L’effectif du cheptel connaît une hausse estimée de 7500 UGB en 2021. Les augmentations les plus importantes concernent les effectifs des porcs et des volailles. Alors que l’effectif porcin présente une fluctuation temporaire dans le cadre du cycle du porc, l’effectif avicole connaît une croissance depuis plusieurs années.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - septembre 2021

11.10.21 | La fraîcheur du mois d’août a fait place à un ensoleillement supérieur à la moyenne durant un mois de septembre particulièrement doux. Des températures élevées ont été enregistrées, en particulier pendant la première partie du mois. Tout comme au mois d’août, les précipitations sont restées inférieures à la moyenne. Par endroits, la quantité de pluie n’a même pas atteint un tiers des valeurs normalement observées en septembre. 6927 cas de sinistres engendrés par la grêle ont été signalés au mois de juin et 3577 au mois de juillet (tableaux 1.4 et 1.5). Le nombre de sinistres déclarés pour l’année en cours (août compris) s’est élevé à 11'212. L’assurance Suisse Grêle estime les dommages assurés à 110 millions de francs et parle de la pire année de grêle depuis sa fondation. L’agriculture a aussi été fortement affectée par des dommages causés par des forces naturelles cette année, car la grêle s’est souvent accompagnée de fortes pluies et d’inondations.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 40/2021

08.10.21 | L’année en cours provoque des rendements très bas en production végétale. Toutes les cultures ont été touchées par du gel tardif, des fortes précipitations, des inondations, de l’eau stagnante, du manque de soleil, de la grêle et/ou des tempêtes. L’assurance « Suisse Grêle » parle de la pire année dans ses 141 ans d’existence et estime les dégâts de grêle et élémentaires assurés à plus de 110 millions de francs. Les récoltes des cultures les plus importantes sont estimées de 7 % (céréales fourragères) à 73 % (abricots) plus petites que celles de l’année précédente.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 39/2021

01.10.21 | En Suisse, les moutons sont surtout élevés pour la production de viande. En 2020, la production de viande ovine a livré un pourcent de la production indigène de viande. Sur le marché, surtout la viande d’agneaux est commercialisée, c’est-à-dire la viande de jeunes animaux d’engraissement. Depuis deux ans, les prix à la production se sont développés de manière très positive pour les producteurs. Par contre, il est étonnant que la production diminue depuis plus d’une année. En l’espace d’une année, la production a reculé de trois pour cent. Cependant, l’effectif de moutons est stable et - selon une première estimation - il ne paraît pas diminuer durant l’année en cours.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 38/2021

24.09.21 | Les doses de spermes sexées permettent de choisir le sexe du veau à l’avance. Ainsi, il est possible de produire surtout de veaux femelles lors des inséminations avec des taureaux issus d’une race laitière. Par la suite, les veaux femelles sont élevés pour la production laitière. De cette façon, on peut éviter les veaux mâles issus de races laitières qui se prêtent mal à l’engraissement. Avec l’utilisation accrue de cette méthode, le pourcentage de veaux femelles augmente. Ces 12 derniers mois, sur un total de 675'152 vêlages, un nombre de 359'251 femelles et de 315'091 mâles a été annoncé. Ainsi, le pourcentage de veaux femelles s’élève actuellement à 53,2 %. Si l’évolution présente continue, le pourcentage de veaux femelles peut augmenter jusqu’à environ 60 %.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 37/2021

17.09.21 | En 2020, 1'593'953 tonnes de lait de vache ont été transformées en fromage et en séré. Ceci correspond à 46,8 % de la quantité transformée totale de 3'405'139 tonnes. L’importance du fromage pour le secteur laitier a constamment augmenté ces dernières années. Avec un net écart, le beurre suit avec une part de 14,4 % et le lait de consommation avec une part de 11,3 %. Dans l’année 2020, marquée par le coronavirus, la quantité du lait transformée en lait de consommation a augmenté pour la première fois depuis plusieurs années. Vous trouverez de plus amples informations au sujet de la branche laitière suisse dans la publication « Statistique laitière de la Suisse 2020 ».

Lire la suite