Contenu principal

Ne pas concéder de baisse de prix aux transformateurs!

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 24 juillet 2019

L'Union suisse des paysans (USP) et la fédération des Producteurs Suisses de Lait (PSL) ont répété à plusieurs reprises que, dans le contexte actuel du marché, une baisse du prix du lait n'est absolument pas justifiée, ce que confirment les indicateurs de marché de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG). Les arguments avancés par ELSA, l'entreprise de transformation de Migros, sont totalement infondés. Il devient de plus en plus clair que le transformateur cherche à améliorer directement sa marge, sur le dos des producteurs. L'USP et PSL exigent donc d'ELSA qu'elle renonce à réduire le prix payé à ses fournisseurs directs. De plus, toutes les organisations de commercialisation du lait doivent rester conséquentes, solidaires et ne pas accorder de baisse des prix à ELSA.

La saison d'alpage bat actuellement son plein. Comme chaque année en été, les quantités de lait reculent. ELSA, la filiale de Migros, tient inexplicablement à sa baisse de prix, mettant en avant la mauvaise situation du marché.

Le marché ne parle pas en faveur d'une baisse de prix

Jusqu'en mai 2019, les quantités de lait ont enregistré un recul de 2,3 %. Cette tendance à la baisse se poursuit momentanément, et, au vu de la sécheresse qui perdure, devrait même se renforcer. Tous les instruments de surveillance du marché montrent une situation stable, voire légèrement positive. Même le Bulletin du marché du lait de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) juge stable la situation du marché national et international.

  • Les stocks de beurre sont bas avec un bon écoulement.
  • L'Interprofession du lait (IP Lait) a décidé de maintenir le prix indicatif A et même de l'augmenter de 3 centimes à partir de septembre.
  • Les volumes de lait sur le marché international sont majoritairement inférieurs à ceux de l'an passé (Nouvelle-Zélande −1,3 %, Australie −11,7 %, UE +0,3 %, États-Unis au même niveau qu'en 2018).
  • La situation du marché et les perspectives dans l'UE sont stables, voire modérément positives. D'une part, les stocks de poudre sont actuellement entièrement vides, et, d'autre part, le prix LTO (qui correspond au prix moyen de 17 grandes laiteries européennes) en avril et en mai est supérieur à celui de l'année passée et à la valeur moyenne des cinq dernières années.
  • Contrairement à ce qu'affirme ELSA, les prix à la production ne se sont pas effondrés en Suisse. En moyenne, les prix ont reculé d'à peine 0,8 centime (et non pas de 2,5 ct.), principalement pour des raisons qu'ELSA ne peut pas s'approprier (exportations avec la solution de remplacement de la loi chocolatière).

Ne pas accepter de baisse de prix vis-à-vis d'ELSA!

Toutes les organisations de commercialisation du lait sont appelées à défendre ensemble cette position. Par solidarité, elles doivent exiger l'annulation de la baisse de prix envers les fournisseurs directs d'ELSA, décidée unilatéralement. Il est également crucial qu'aucune organisation de négoce du lait suisse ne concède de baisse de prix à un transformateur. La société suisse demande une production durable, ce à quoi les producteurs de lait contribuent par leur travail sur les exploitations. Les acheteurs de lait sont maintenant appelés à apporter leur pierre à l'édifice. Sinon, Migros ne pourra plus longtemps prétendre dans sa publicité être un partenaire durable et équitable.

Renseignements

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

Reto Burkhardt

Producteurs Suisses de Lait
Téléphone 079 285 51 01

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 04-21 : Bilan fourrager 2019

10.05.21 | En 2019, les aliments fourragers disponibles ont diminué de 1,7 % par rapport à l’année précédente, se plaçant à 7 784 000 tonnes de matière sèche. Les 1 858 000 tonnes d’aliments concentrés disponibles lors de l’année sous revue représentent la majeure partie des fourrages commercialisables. Les produits non commercialisables sont surtout constitués de fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. En 2019, pas moins de 5 927 000 tonnes d’aliments pour animaux, soit 76,1 % de la consommation totale, appartenaient à cette catégorie. Cette même année, la part de la production intérieure a quelque peu augmenté, fournissant 84,3 % du fourrage disponible total. L’approvisionnement en sous-produits issus de la culture des champs s’est révélé plus élevé que l’année d’avant. En outre, les fourrages grossiers et le maïs d’ensilage ont également donné de bonnes récoltes.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2021

10.05.21 | Le mois d’avril 2021 a été le plus froid depuis 20 ans. Comme en mars déjà, les précipitations sont restées rares. En avril, de longues périodes de gelées basses sévères ont causé des dégâts importants, en particulier sur les fruits à noyau (abricots, cerises et pruneaux), mais aussi sur les fruits à pépins et dans la vigne. Le deuxième graphique du tableau 1.3 montre l’évolution des températures les plus basses dans diverses stations de mesure. À l’évidence, toute la Suisse était touchée. Les dégâts se révèlent très variables selon les régions, les exploitations et les cultures. Suisse Grêle estime que les dégâts peuvent atteindre un montant de cinq millions de francs suisses. Le temps froid du mois d’avril a entraîné un retard dans le développement de la végétation, lequel se situe désormais dans la moyenne pluriannuelle.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 18/2021

07.05.21 | L’importance et la composition du produit des exploitations agricoles font preuve de la grande diversité qui règne dans l’agriculture suisse. Selon le type d’exploitation, c’est plutôt la production végétale ou la production animale qui domine. Les paiements directs livrent un apport très variable. D’autres sources de revenu (produits transfor-més, location de machines, vente directe) ont surtout pour les exploitations avec des cultures spéciales une im-portance élevée. Par type d’exploitation et en moyenne des années 2017-2019, la part de la production végétale par rapport au produit de l’exploitation a varié entre 2,3 et 62,7 %, celle de la production animale entre 1,6 et 82,3 % ainsi que celle des paiements directs entre 7,7 et 48,2 %. Le montant total du produit d’exploitation allait de 204 383 CHF à 538 290 CHF par exploitation et par an.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 17/2021

30.04.21 | En 2019, la consommation de fourrages par les animaux de rente a diminué par rapport à l’année précédente de 1,7 % pour atteindre la somme de 7,78 millions de tonnes de matière sèche. Le recul ressort surtout de la con-sommation réduite des herbivores (bovins, ovins, caprins et chevaux). La plus grande part du fourrage (65,3 %) provient des cultures fourragères pluriannuelles. Il s’agit surtout de l’herbe, fraîche ou conservée (foin, ensilage, herbe séchée). Les autres produits principaux (22,1 %) contiennent surtout des céréales. Les importations de sous-produits (5,5 %) ont augmenté au cours des dernières années. Ce sont surtout des produits ressortant de la transformation d’oléagineux. En Suisse, des sous-produits (5,1 %) sont aussi disponibles, ressortant de la trans-formation de matières premières agricoles. Ils proviennent de la transformation de céréales (son), betteraves sucrières (pulpe de betteraves, mélasse) et oléagineux (tourteau). Le bilan fourrager 2019 sera publié le 10 mai 2021.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 16/2021

23.04.21 | Au mois de mars 2021, les exportations de fromage de 7387 tonnes ont augmenté de 14 % par rapport à l’année précédente. Il paraît que la Suisse n’a jamais exporté autant de fromage au mois de mars. Les importations ont augmenté encore plus. Avec une quantité de 8070 tonnes, elles ont dépassé celles de l’année précédente de 23 % et celles du mois de mars 2019 même de 54 %. Ainsi, les importations de fromages ont dépassé les exportations au niveau de la quantité. Selon la valeur, les exportations sont toujours en tête. Au mois de mars, la valeur des exportations s’élevait à 69,8 millions de francs pendant que la valeur des importations s’élevait à 53,3 millions de francs.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 15/2021

16.04.21 | Après une longue période de baisse continue, l’effectif de vaches laitières s’est stabilisé ces derniers mois. A la fin du mois de mars 2021, l’effectif de 544 731 vaches laitières a pour ainsi dire égalisé l’effectif du mois de mars de l’année précédente (544 742 vaches laitières). Il paraît que l’élevage a été intensifié quelque peu ces deux der-nières années et la part de vaches à un âge de jusqu’à trois ans augmente toujours. Il reste à déterminer si l’effectif est tout simplement rajeuni ou s’il va être légèrement agrandi.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 03-21 : Production et consommation de lait et de produits laitiers en 2020

12.04.21 | La crise du coronavirus a eu des répercussions bien visibles sur le secteur laitier en 2020. La hausse de la production et de la consommation de lait UHT demi-écrémé et de fromage saute aux yeux. En revanche, la production et la consommation de beurre et de conserves de lait ont diminué. Ces changements peuvent s’expliquer par l’arrêt du tourisme d’achat, la croissance de la population présente, la fermeture intermittente de la restauration, ainsi que des comportements alimentaires et culinaires différents à la maison.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2021

12.04.21 | Après un début de mois ensoleillé, un temps changeant s’est installé à partir du 4 mars. Du 11 au 13 mars, un temps tempétueux arrivé par l’ouest a occasionné des rafales de 70 à 100 km/h sur le nord du pays. Un air froid polaire a apporté de la neige jusqu’en plaine entre le 14 et le 21 mars. Les Alpes centrales et orientales ont reçu des chutes de neige particulièrement abondantes. Un temps anticyclonique, avec des températures douces, a dominé à partir du 23 mars. Dans l'ensemble, les températures de mars se situent dans la norme 1981-2010. Les précipitations sont restées rares dans la plupart des endroits en mars. Au début du mois de mars, la végétation présentait encore une nette avance. La période de froid du milieu du mois a toutefois ralenti le développement. Le début de la floraison des cerisiers a été observé à Liestal le 25 mars. À la clôture du présent commentaire, début avril, l’hiver a fait son retour avec des températures minimales inférieures à zéro degré et des chutes de neige jusqu’en plaine (7 avril). Des dégâts d’une ampleur encore inconnue sont à prévoir dans les cultures fruitières précoces (cerises, abricots, pruneaux).

Lire la suite