Contenu principal

« Nous sommes reconnaissants et heureux »

Commentaire du marché du 18 décembre 2020 dans le journal Agri

« L’an 2020 aura fait le bonheur de tous les producteurs porcins, et il faut que les choses restent ainsi » : tel est le bilan que tire des sept premiers mois de l’année Adrian Schütz, directeur adjoint de Suisseporcs. L’effondrement que les prix connaissent chaque année en août n’a pas eu lieu cette fois-ci. Ayant baissé pendant plusieurs années, la consommation s’est stabilisée.

« Constant depuis février, le prix à la production de 4 fr. 60 le kg poids mort (PM) départ ferme nous offre enfin une phase prolongée de normalité sur le marché des porcs ! », souligne Adrian Schütz. Après un passage à vide pendant cinq longues années, « les éleveurs de porcs touchent enfin un salaire à nouveau convenable. Ils peuvent même mettre des sous de côté pour amortir et rénover leurs porcheries ». Ce retour au beau fixe leur procure sécurité et confiance.

Daniel Erdin d’Agristat analyse le marché des porcs. « Le nombre d’abattages des porcs à l’engrais reste constant », observe-t-il. Cette constance laisse entrevoir à une stabilité durable sur le marché des porcs. « En revanche, le nombre d’abattages des truies, lui, augmente », constate Daniel Erdin, avant de préciser que ces données sont incomplètes et, par conséquent, difficiles à interpréter. Le dernier recensement des truies d’élevage remonte à janvier 2020 : il comptait alors 107 082 animaux, soit 2200 de moins environ qu’en 2019.

« Une part indigène à la production totale de 90 à 93 % permet au marché suisse des porcs de fonctionner de manière optimale », confie Adrian Schütz. En 2019, la part indigène était de 92,7 %, donnant lieu à un prix moyen de 4 fr. 34 le kg PM départ ferme. Cela faisait longtemps que le prix moyen des porcs AQ n’avait pas été aussi élevé. Pour Adrian Schütz, l’absence de la baisse des prix caractéristique d’août et de septembre est de bon augure. Proviande affiche un poids mort moyen de 89,8 kg pour les sept premiers mois de 2020, soit une augmentation de 200 grammes par rapport à 2019. « Les acheteurs ont augmenté les poids morts dans leurs conditions d’achat », affirme Adrian Schütz pour expliquer cette hausse. Selon Proviande, les importations de viande de porc ont aussi ceci de frappant qu’elles ont été de 20 646 tonnes entre janvier et juin 2020, soit deux fois et demie plus élevées que pendant la même période en 2019. Adrian Schütz fait remarquer que cette différence est due à l’augmentation des importations des morceaux de viande dans le cadre et en dehors du contingent tarifaire, et surtout aux importations pour l’alimentation animale. « En 2020, la consommation de viande de porc pourrait bien se stabiliser », conclut Adrian Schütz.

 

Hans Rüssli

Union Suisse des Paysans

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 03-21 : Production et consommation de lait et de produits laitiers en 2020

12.04.21 | La crise du coronavirus a eu des répercussions bien visibles sur le secteur laitier en 2020. La hausse de la production et de la consommation de lait UHT demi-écrémé et de fromage saute aux yeux. En revanche, la production et la consommation de beurre et de conserves de lait ont diminué. Ces changements peuvent s’expliquer par l’arrêt du tourisme d’achat, la croissance de la population présente, la fermeture intermittente de la restauration, ainsi que des comportements alimentaires et culinaires différents à la maison.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2021

12.04.21 | Après un début de mois ensoleillé, un temps changeant s’est installé à partir du 4 mars. Du 11 au 13 mars, un temps tempétueux arrivé par l’ouest a occasionné des rafales de 70 à 100 km/h sur le nord du pays. Un air froid polaire a apporté de la neige jusqu’en plaine entre le 14 et le 21 mars. Les Alpes centrales et orientales ont reçu des chutes de neige particulièrement abondantes. Un temps anticyclonique, avec des températures douces, a dominé à partir du 23 mars. Dans l'ensemble, les températures de mars se situent dans la norme 1981-2010. Les précipitations sont restées rares dans la plupart des endroits en mars. Au début du mois de mars, la végétation présentait encore une nette avance. La période de froid du milieu du mois a toutefois ralenti le développement. Le début de la floraison des cerisiers a été observé à Liestal le 25 mars. À la clôture du présent commentaire, début avril, l’hiver a fait son retour avec des températures minimales inférieures à zéro degré et des chutes de neige jusqu’en plaine (7 avril). Des dégâts d’une ampleur encore inconnue sont à prévoir dans les cultures fruitières précoces (cerises, abricots, pruneaux).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 14/2021

09.04.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 13/2021

06.04.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 12/2021

26.03.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 10/2021

15.03.21 | La statistique Agristat des ventes de produits phytosanitaires montre que les fongicides (contre les maladies provoquées par les champignons) et bactéricides sont la composante principale du tonnage total. Cela reflète la part importante des vignes, fruits, baies et légumes dans l’agriculture suisse. La part des herbicides utilisés contre les mauvaises herbes a diminué grâce à un moindre recours au glyphosate. Les deux principales substances employées en 2019 ont été le soufre (22.8%) - un fongicide - et l’huile de paraffine (12.9%) - insecticide/acaricide. Ils sont aussi autorisés en agriculture biologique. La proportion de produits phytosanitaires autorisés également en agriculture bio a augmenté ces dernières années. Ils représentent maintenant presque la moitié des quantités totales. Apparemment, les exploitations conventionnelles semblent utiliser ces produits de plus en plus!

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 02-21 : Production indigène, importations et utilisation des aliments pour animaux

10.03.21 | La plupart des aliments pour animaux importés proviennent d’Europe et principalement de l’UE. Les aliments riches en matière azotée comme le soja et le gluten, qui proviennent davantage de pays hors d’Europe, font exception à la règle. Ce sont surtout les aliments riches en protéines que l’agriculture suisse doit faire venir de l’étranger. En 2018, 46 % de la matière azotée importée dans les aliments concentrés provenait du soja et des produits à base de soja. Les importations d’aliments concentrés étaient destinées à 40 % aux bovins, les porcs et les volailles arrivant en deuxième et troisième position. En grandeurs relatives, la volaille dépend davantage des importations d’aliments concentrés, car des ingrédients importants de son alimentation, tels que le blé et les produits à base de soja, sont rares en Suisse.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - février 2021

10.03.21 | Le mois de février 2021 a été l’un des dix plus doux depuis le début des mesures en 1864. Seule une courte période de froid entre le 10 et le 15 février a mis un terme à une météo très clémente pour la saison. Un événement notable s’est produit avec l’arrivée d’un important nuage de poussière du Sahara les 5 et 6 février. Les précipitations sont restées rares, n’atteignant que 40 à 60 % de la norme 1981-2010 en de nombreux endroits. Le sud de la Suisse a cependant enregistré des précipitations supérieures à la moyenne. Dans l’ensemble, l’hiver 2020/2021 a connu des précipitations abondantes en raison des nombreux épisodes de pluie et de neige en décembre 2020 et janvier 2021. Sur le versant sud des Alpes, les précipitations se sont révélées deux fois plus importantes que la norme 1981-2010 dans certaines régions. Il faut remonter à l’hiver 2017/2018 pour retrouver une saison aux précipitations plus ou moins comparables à celles de l’hiver 2020/2021 ces dernières années (voir graphique 1.2).

Lire la suite