Contenu principal

« Nous sommes reconnaissants et heureux »

Commentaire du marché du 18 décembre 2020 dans le journal Agri

« L’an 2020 aura fait le bonheur de tous les producteurs porcins, et il faut que les choses restent ainsi » : tel est le bilan que tire des sept premiers mois de l’année Adrian Schütz, directeur adjoint de Suisseporcs. L’effondrement que les prix connaissent chaque année en août n’a pas eu lieu cette fois-ci. Ayant baissé pendant plusieurs années, la consommation s’est stabilisée.

« Constant depuis février, le prix à la production de 4 fr. 60 le kg poids mort (PM) départ ferme nous offre enfin une phase prolongée de normalité sur le marché des porcs ! », souligne Adrian Schütz. Après un passage à vide pendant cinq longues années, « les éleveurs de porcs touchent enfin un salaire à nouveau convenable. Ils peuvent même mettre des sous de côté pour amortir et rénover leurs porcheries ». Ce retour au beau fixe leur procure sécurité et confiance.

Daniel Erdin d’Agristat analyse le marché des porcs. « Le nombre d’abattages des porcs à l’engrais reste constant », observe-t-il. Cette constance laisse entrevoir à une stabilité durable sur le marché des porcs. « En revanche, le nombre d’abattages des truies, lui, augmente », constate Daniel Erdin, avant de préciser que ces données sont incomplètes et, par conséquent, difficiles à interpréter. Le dernier recensement des truies d’élevage remonte à janvier 2020 : il comptait alors 107 082 animaux, soit 2200 de moins environ qu’en 2019.

« Une part indigène à la production totale de 90 à 93 % permet au marché suisse des porcs de fonctionner de manière optimale », confie Adrian Schütz. En 2019, la part indigène était de 92,7 %, donnant lieu à un prix moyen de 4 fr. 34 le kg PM départ ferme. Cela faisait longtemps que le prix moyen des porcs AQ n’avait pas été aussi élevé. Pour Adrian Schütz, l’absence de la baisse des prix caractéristique d’août et de septembre est de bon augure. Proviande affiche un poids mort moyen de 89,8 kg pour les sept premiers mois de 2020, soit une augmentation de 200 grammes par rapport à 2019. « Les acheteurs ont augmenté les poids morts dans leurs conditions d’achat », affirme Adrian Schütz pour expliquer cette hausse. Selon Proviande, les importations de viande de porc ont aussi ceci de frappant qu’elles ont été de 20 646 tonnes entre janvier et juin 2020, soit deux fois et demie plus élevées que pendant la même période en 2019. Adrian Schütz fait remarquer que cette différence est due à l’augmentation des importations des morceaux de viande dans le cadre et en dehors du contingent tarifaire, et surtout aux importations pour l’alimentation animale. « En 2020, la consommation de viande de porc pourrait bien se stabiliser », conclut Adrian Schütz.

 

Hans Rüssli

Union Suisse des Paysans

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 03/2022

21.01.22 | Les animaux de boucherie qui sont commercialisés sous label ont profité de conditions d’élevage qui sont supérieurs aux normes légales. Pour cette raison, la garde d’animaux sous label provoque un effort supplémentaire ce qui augmente les frais et provoque des prix élevés lors de la vente. En 2020, la part des animaux de boucheries de gros et de petit bétail labelisés se situait entre 11 et 40 %. À long terme, une augmentation de la part des animaux labelisés ne peut être décelée que pour les vaches. Cependant, l’offre d’animaux labelisés supplémentaires serait tout à fait disponible dans l’agriculture. Ce qui manque, c’est la demande.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 02/2022

14.01.22 | Suite à la mauvaise récolte 2016, une quantité élevée de 933'983 tonnes de grains de céréales a été importée en 2017. Dans les années suivantes, les importations ont diminué suite à des meilleures récoltes en Suisse. A l’heure actuelle, les importations augmentent de nouveau. La raison est la mauvaise récolte 2021. En 2020, une quantité de 685'131 tonnes a été importée du mois de janvier jusqu’au mois de novembre. Dans la même période 2021, une quantité de 765'369 tonnes a été importée. Ceci correspond à une augmentation de 11,7 %. En 2022, il faut s’attendre à une hausse supplémentaire des importations, comme en 2017.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 12-21 : L’année agricole 2021 : rétrospective et perspectives

11.01.22 | L’année 2021 restera sans doute dans les annales en raison des conditions météorologiques déplorables. Après un hiver 2020/2021 plutôt doux, les cultures se sont présentées en bon état au début de l’année. Les conditions de semailles étaient elles aussi prometteuses. Cependant, le mois d’avril a vu débuter une phase d’importantes gelées au sol, laquelle s’est poursuivie jusqu’à fin mai dans certaines régions. Une fois n’est pas coutume, ces gelées ont touché le Valais de plein fouet, avec des conséquences désastreuses sur la récolte d’abricots : à la fin de la saison, seul quelque 40 % du volume normal avait pu être récolté.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - décembre 2021

11.01.22 | Le premier tiers de décembre a débuté avec beaucoup de neige, parfois jusqu’en plaine. Le deuxième tiers a surtout connu de grandes étendues de brouillard élevé, le soleil brillant en premier lieu au-dessus des sommets. Le troisième tiers s’est terminé avec des températures douces et les nombreuses précipitations sont tombées avant tout sous forme de pluie. Sur une grande partie du territoire, la température moyenne de décembre a été supérieure de 1 degré à la norme 1981-2010. D’un point de vue météorologique, l’année 2021 restera dans les annales pour les précipitations extrêmes de l’été et les nombreux orages de grêle.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 01/2022

07.01.22 | En 2020 et 2021, les importations de légumes frais ont augmenté nettement. En 2020, 247'992 tonnes de légumes ont été importées ce qui correspond à une quantité de 28 kilogrammes par habitant. C’est une augmentation de 10 % par rapport à l’année précédente. Surtout lors du confinement, les importations ont été plus abondantes. Dans l’année en cours, les intempéries ont provoqué une mauvaise récolte indigène de légumes ce qui est une des raisons pour l’augmentation des importations. Jusqu’à la fin du mois d’octobre, la quantité cumulée des importations a encore augmenté par rapport à la même période de l’année précédente de 9 %.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 50/2021

17.12.21 | En 2020 et 2021, les importations de légumes frais ont augmenté nettement. En 2020, 247'992 tonnes de légumes ont été importées ce qui correspond à une quantité de 28 kilogrammes par habitant. C’est une augmentation de 10 % par rapport à l’année précédente. Surtout lors du confinement, les importations ont été plus abondantes. Dans l’année en cours, les intempéries ont provoqué une mauvaise récolte indigène de légumes ce qui est une des raisons pour l’augmentation des importations. Jusqu’à la fin du mois d’octobre, la quantité cumulée des importations a encore augmenté par rapport à la même période de l’année précédente de 9 %.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 11-21 : Bilan alimentaire 2020

10.12.21 | L’année 2020 a vu augmenter la consommation aussi bien totale que par habitant. Cette hausse est principalement due à l’augmentation des importations : on constate une faible part de production indigène par rapport à la consommation (degré d’auto-approvisionnement). L’augmentation des besoins en Suisse est due à la crise du coronavirus et ses conséquences : les restrictions imposées au trafic frontalier ont entraîné une augmentation de la population « présente en Suisse » et une diminution du tourisme d’achat. La réduction de l’activité dans la branche de la restauration et l’obligation temporaire de travailler à domicile ont eu une influence sur les listes de courses des Suisses.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - novembre 2021

10.12.21 | Les températures de novembre étaient de 0,5 degré inférieures à la norme 1981-2010 dans les régions de basse altitude du versant nord des Alpes, et à peine supérieures dans les régions de haute altitude. Au sud des Alpes, les températures ont dépassé la norme de 0,5 degré en moyenne. Les bancs de stratus persistants, qui ont donné lieu à un temps brumeux en plaine et plutôt ensoleillé en altitude, pourraient en être à l’origine. De fortes précipitations ont marqué le début du mois de novembre. Les Alpes orientales ont notamment connu d’importantes chutes de neige. À partir du 25 novembre, une zone de basse pression a amené la neige jusqu’en plaine. Il n’empêche que, dans l’ensemble, novembre n’a enregistré que peu de précipitations, celles-ci n’atteignant que 30 à 50 % de la norme par endroits. Aux Grisons et sur le versant sud des Alpes, les précipitations ont été plus importantes que d’habitude. Tout l’automne a lui aussi été très sec de manière générale. Dans le Nord de la Suisse, certaines régions n’ont connu que 30 à 40 % des précipitations habituelles. Seule l’Engadine a vu des précipitations supérieures à la moyenne en automne.

Lire la suite