Contenu principal

Opposition aux baisses annoncées du prix du lait

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 25 juin 2019

Malgré un marché au beau fixe, divers acheteurs ont annoncé des baisses du prix du lait à partir de juillet 2019. L’Union suisse des paysans et les Producteurs Suisses de Lait exigent de revenir sur cette décision. Une plus grande équité s’impose d’urgence dans la répartition de la valeur ajoutée !

Les livraisons de lait et les stocks de beurre sont à un niveau bas, et l’indice du prix indicatif du lait A de l’Office fédéral de l’agriculture a progressé en glissement annuel. En même temps, des indicateurs importants du marché européen du lait permettent d’anticiper une situation stable, voire modérément positive sur le marché dans les mois à venir. Divers acheteurs ont malgré tout annoncé des baisses du prix du lait à partir de juillet 2019. Les fournisseurs directs d’ELSA-Migros ont été informés d’une réduction de 3,0 ct./kg au 1er juillet. Selon une communication aux producteurs, Emmi va augementer ses déductions liées au marché de 0,4 ct./kg.

Pour l’Union suisse des paysans (USP) et les Producteurs Suisses de Lait (PSL), les justifications avancées par les auteurs de ces annonces sont tout simplement fausses et inadmissibles. Comme dans le cas d’ELSA, le fait que la solution remplaçant la loi chocolatière manque de moyens pour compenser les prix des matières premières n’est pas un argument dont saurait se prévaloir une entreprise à peine active sur ce marché. La répercussion des ventes insuffisantes sur les fournisseurs de lait ne reflète guère un esprit de partenariat. Ces annonces viennent miner les efforts conjoints de la filière lait en Suisse pour des mesures comme la segmentation existante et l’introduction du « Tapis vert » prévue début septembre. L’USP et les PSL appellent à cesser de jouer avec le feu et à renoncer à des réductions du prix du lait.

Renseignements

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans
Chef du groupe de travail ad hoc sur le coronavirus  

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

Reto Burkhardt

Producteurs Suisses de Lait
Téléphone 079 285 51 01

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Statistique laitière de la Suisse 2017

05.09.18 | En collaboration avec Switzerland Cheese Marketing SA (SCM), la Fédération des Producteurs Suisses de Lait PSL,- TSM Fiduciaire Sàrl et l’Interprofession du Lait, USP Statistique vient de sortir l’édition 2017 de la publication annuelle « Statistique laitière de la Suisse ».

Lire la suite
Communiqués de presse
Le secteur agricole devra aussi annoncer les postes vacants

30.04.18 | Le 1er juillet 2018, la Confédération introduira l’obligation d’annoncer les postes vacants dans certaines professions. Il est fort probable que les emplois de l’agriculture soient aussi concernés par cette mesure. Le Conseil fédéral confirmera sa décision de manière définitive au cours des prochaines semaines. En attendant, l’Union suisse des paysans poursuit ses négociations avec les autorités pour que les agriculteurs qualifiés soient traités différemment, car l’introduction de cette mesure obligera les chefs d’exploitation à annoncer les postes vacants en premier lieu aux services publics de placement.

Lire la suite
Communiqués de presse
La vente directe est en plein essor

19.01.18 | La vente directe se développe à grande vitesse dans l’agriculture suisse. Pour les familles paysannes, elle offre une réponse face à la pression sur les prix dans le commerce et les bas prix à la production.

Lire la suite
Prises de position Konzept für den Gütertransport auf der Schiene

07.07.17 | Aus Sicht der Landwirtschaft ist es wichtig, dass der Transport auf der Schiene unter anderem dank eines Verladenetzes wirtschaftlich möglich bleibt. Ausserdem fordert der SBV, dass transportierende Branchen (Getreide, Zucker, Holz) in Entscheidungsprozesse bezüglich des Verladenetzes frühzeitig miteinbezogen werden, so dass daraus entstehende Konsequenzen für die transportierenden Branchen, gleichzeitig aber auch für die Gesamtwirtschaft abgeschätzt werden können.

Lire la suite
Prises de position Änderungen der Ordnungsbussenverordnung und der Bussenliste

06.06.17 | Les détritus jetés ou abandonnés sans le moindre scrupule dans la campagne, le long des routes et des chemins très fréquentés posent de plus en plus problème aux familles paysannes. C'est par sacs entiers que les agricul-teurs doivent ramasser des emballages d'aliments ou de boissons et de paquets de cigarettes vides avant de pouvoir effectuer le fauchage des prés ou la récolte des champs. Ce travail laborieux est d’autant plus nécessaire que lorsque des corps étrangers solides se retrouvent dans des cultures destinées à l’affouragement ou fournis-sant de la litière pour le bétail, ils mettent en péril la santé des animaux et endommagent les machines agricoles. Toutefois, afin de clarifier le champ d’application de la base légale, il s’agit de préciser le texte de la loi sur la protection de l’environnement comme suit : XI. Loi du 7 octobre 1983 sur la protection de l’environnement (LPE) … Fr. 2. Incinérer un déchet ou de petites quantités de déchets ailleurs que dans des 200 installations d’élimination (art. 61, al. 1, let. f, LPE) 3. Stocker définitivement un déchet ou de petites quantités de déchets ailleurs 200 qu’en décharge contrôlée autorisée (art. 61, al. 1, let. g, LPE).

Lire la suite
Prises de position Lärmschutz-Verordnung (LSV)

29.05.17 | Certaines exploitations agricoles se trouvent le long d’axes routiers. Ces exploitations sont donc directement affectées par la pollution sonore liée au trafic. Celle-ci porte atteinte à la qualité de vie des habitants ainsi qu’au bien-être animal. C’est pourquoi nous sommes d’accord avec la proposition de la motion Lombardi 15.4092 « Routes. Mesures de protection contre le bruit à partir de 2018 », adoptée par le Conseil des États le 15 mars 2016 et par le Conseil national le 12 septembre 2016, qui vise à garantir que les projets de réduction du bruit émis par les routes qui font l’objet d’une convention-programme avec la Confédération d’ici au 31 mars 2018 bénéficient de subventions fédérales même s’ils ne sont réalisés qu’après 2018. Pour le secteur agricole, il est impératif que les travaux de réalisation de ces ouvrages soient réalisés dans les meilleures conditions : l’impact sur les sur-faces agricoles, en particulier les surfaces d’assolement, doit être minimisé et la remise en état après travaux doit être qualitativement et financièrement garantie.

Lire la suite