Contenu principal

Une certaine retenue est de mise

Commentaire du marché du 7 juin 2019 dans le journal Agri

À un prix de 4 fr. 50 pour les porcs, éleveurs et engraisseurs s’en sortent, alors qu’un prix de 4 fr. 00 le kg PM permettrait de couvrir les charges spécifiques, hors salaire calculé. La dernière fois que les porcs coûtaient 4 fr. 50 remonte à 2014. À l’heure actuelle, le prix d’un goret tourne autour de 180 francs, si bien que les engraisseurs devront obtenir un prix semblable dans quinze semaines, c’est-à-dire cet automne. Fort heureusement, l’offre en gorets n’augmente pas malgré une demande soutenue. L’approvisionnement indigène ne doit pas dépasser 92 %, il s'agit là de la condition sine qua non pour que les détenteurs de porcs puissent produire de façon rentable pendant une période prolongée. Les semaines avec moins de jours d'abattage, comme à Noël ou à Pâques, la baisse de la production indigène contribue à éviter des accumulations. Cela ne fonctionne cependant que si la production indigène n’excède pas 92 %.

Outre l’approvisionnement du marché, ce sont les libérations d’importation qui requièrent de se montrer prévoyant et de tenir compte du marché. Il y a assez de places d’engraissement à l’heure actuelle, les places excédentaires ne devraient pas pousser les éleveurs à accroître la production. En effet, la production progresse encore, alors que la consommation poursuit toujours son recul. Les ventes d'aloyaux peinent à décoller comme souhaité ces jours-ci. Des bonnes ventes de viande de grillade dans les semaines à venir feront du bien au marché tout entier.

Noldi Windlin

Président de la commission permanente « Marché », Suisseporcs

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - novembre 2021

10.12.21 | Les températures de novembre étaient de 0,5 degré inférieures à la norme 1981-2010 dans les régions de basse altitude du versant nord des Alpes, et à peine supérieures dans les régions de haute altitude. Au sud des Alpes, les températures ont dépassé la norme de 0,5 degré en moyenne. Les bancs de stratus persistants, qui ont donné lieu à un temps brumeux en plaine et plutôt ensoleillé en altitude, pourraient en être à l’origine. De fortes précipitations ont marqué le début du mois de novembre. Les Alpes orientales ont notamment connu d’importantes chutes de neige. À partir du 25 novembre, une zone de basse pression a amené la neige jusqu’en plaine. Il n’empêche que, dans l’ensemble, novembre n’a enregistré que peu de précipitations, celles-ci n’atteignant que 30 à 50 % de la norme par endroits. Aux Grisons et sur le versant sud des Alpes, les précipitations ont été plus importantes que d’habitude. Tout l’automne a lui aussi été très sec de manière générale. Dans le Nord de la Suisse, certaines régions n’ont connu que 30 à 40 % des précipitations habituelles. Seule l’Engadine a vu des précipitations supérieures à la moyenne en automne.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 49/2021

10.12.21 | Selon le bilan alimentaire, la part de denrées alimentaires végétales par rapport à la consommation d’énergie a légèrement augmenté ces dernières années. La tendance estimée postule une augmentation de 69,3 % à 70,3 %. Donc, l’augmentation est encore très modeste avec une différence d’un pourcent. Les conséquences pour la pro-duction agricole et le secteur de l’alimentation peuvent toutefois être importantes, si cette tendance continue dans les années à venir. La tendance correspond au discours contemporain et aux enquêtes relatives aux nombre de végétariens et de végétaliens dans la population suisse.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 48/2021

03.12.21 | En Suisse, aucun animal de rente dispose d’une distribution tellement spéciale comme les poules pondeuses. 11'570 exploitations agricoles détiennent 3'487'972 poules pondeuses, ce sont 23 % de toutes les exploitations (année 2020). Ceci correspond à un effectif moyen de 301 poules par exploitation. Cependant, 83 % des exploitations avec des poules pondeuses gardent un effectif de moins de 50 poules. Ces exploitations ne détiennent que 3,6 % de l’effectif total et produisent une petite partie des œufs, surtout destinés pour la vente en directe et leurs besoins propres. 2 % des exploitations avec des poules disposent d’un effectif de 4000 poules ou plus et gardent 66 % des poules pondeuses. Ce sont les producteurs professionnels et les œufs de leurs poules sont vendus pour la plupart dans le commerce de détail. Conclusion : La plupart des exploitations garde un petit nombre de poules, pendant que la plupart des poules se trouve sur un petit nombre d’exploitations. La moyenne calculé de 301 poules par exploitation est donc plutôt trompeuse. En Suisse, le nombre de poules pondeuses par exploitation est limité à 18'000 poules (ordonnance sur les effectifs maximums dans la production de viande et d'œufs, SR 916.344).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 47/2021

26.11.21 | En 2013, 64,8 % des places d’étable pour bétail bovin se trouvaient en stabulation libre. En 2020, cette proportion a augmenté à 73,0 %. Quant aux vaches laitières, la part des places en stabulation libre a augmenté de 42,5 % à 57,5 % dans la même période. Ainsi, plus que la moitié des vaches laitières est actuellement gardée en stabula-tion libre. L’évolution des systèmes de stabulation est lente comme une étable est un investissement à long terme qui est amorti sur une longue période. Cependant, la tendance à la détention en stabulation libre est claire.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 46/2021

19.11.21 | En 1905, la Suisse était essentiellement un pays agricole. Face à un nombre de 243 710 exploitations agricoles et une population de 3,5 millions d’habitants, il résultait un rapport de 15 habitants par exploitation agricole. En 2020, il y avait encore 49 363 exploitations agricoles face à une population de 8,7 millions d’habitants ce qui correspond à 176 habitants par exploitation agricole. Il va de soi que la définition d’une exploitation agricole en 1905 n’est pas tout à fait comparable à celle de 2020. Par contre, il n’est pas contesté que la part de la population agricole diminue constamment. Parallèlement, l’intérêt général pour l’agriculture est grand et plutôt en augmentation dans le monde politique et dans la société. Malgré la diminution du nombre des exploitations agricoles, ces exploitations s’occupent toujours de 35,9 % et ainsi de plus d’un tiers de la surface suisse selon les chiffres de la statistique de la superficie 2004/2009 de l’Office fédérale de la statistique.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 45/2021

12.11.21 | La surface exploitée de manière biologique a constamment augmenté ces dernières années. En 2020, elle a atteint 17 % par rapport à la surface agricole utile totale. Cependant, de grandes différences existent d’un canton à l’autre. Le canton des Grisons occupe de loin la première place avec un pourcentage de 66,2 % (an 2020). La part des surfaces bio est bien plus pas en plaine ou dans les régions de grandes cultures. Le canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures affiche le pourcentage le plus bas avec 6,3 % (an 2020).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - octobre 2021

10.11.21 | Tout comme septembre, octobre a été ensoleillé et pauvre en précipitations. Le total des précipitations d’octobre est même largement inférieur à la moitié de la norme recensée pour ce mois entre 1981 et 2010. Le thermomètre affichait 6,2°C, une valeur légèrement inférieure à la norme 1981-2010. Du 2 au 3 octobre, des orages de foehn dans les vallées alpines ont en partie mené à des nuits tropicales avec des températures minimales de plus de 20 degrés. Le 21 octobre, la première tempête automnale a généré des vents allant jusqu’à 135 km/h sur les crêtes du Jura.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 44/2021

05.11.21 | La vague de renchérissement actuelle provoque surtout une augmentation des prix d’achats des agents de la production agricole (p.ex. prix pour l’énergie, l’engrais ainsi que pour l’achat et l’entretien des machines et des bâtiments). En l’espace d’un an, les prix ont augmenté de 3,5 % selon l’indice des prix d’achats. En même temps, l’agriculture profite de prix à la production favorables. Ces prix ont grimpé de 1,5 % au cours d’une année. Cependant, cette année, les prix élevés ne peuvent pas compenser les pertes de rendement en production végétale. Jusqu’à présent, le renchérissement a peu touché les prix des denrées alimentaires dans le commerce de détail. Selon l’indice des prix à la consommation, les prix des denrées alimentaires ont diminué de 1,8 % au cours d’une année.

Lire la suite