Contenu principal

Viande de volaille

Commentaire du marché du 23 août 2019 dans le journal Agri

Les annonces concernant les volumes des ventes de viande de volaille suisse traduisent toujours une légère croissance dans l’ensemble en 2019 (+0,5 % jusqu’à fin juin selon Agristat), mais de fortes différences existent d’une organisation de commercialisation à une autre. Certaines enregistrent des taux de croissance à deux chiffres, tandis que d’autres restent dans le positif ou annoncent des baisses.

Après des mois d’avril et de mai plutôt frais et peu propices aux grillades, le temps radieux de juin et de juillet a fait bondir, à plusieurs reprises, les ventes de viande à griller. Les morceaux de volaille à griller ont bénéficié d’une demande très dynamique dans tous les canaux de vente. Il est à espérer que les soirées d’été restantes pourront encore doper la demande en volaille et en morceaux à griller suisses chez les consommateurs. Sur le marché, la situation demeure réjouissante en dépit de la baisse saisonnière des ventes.

Il est aussi intéressant de constater que les entreprises de transformation ressentent toujours une demande accrue en produits de volaille meilleur marché. La diversité des produits développés et les étapes de transformation optimisées permettent aussi de répondre à cette demande de façon constante.

Les mises à l’engrais des poussins prévues en juillet, août et septembre se révèlent plus ou moins aussi hétérogènes que les chiffres des ventes. Les prévisions tablent en grande majorité sur une quantité égale à l’année précédente, ou en léger recul.

Robert Raval,

Président de l’ASPV

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 21-2022

24.05.22 | Les livraisons d’engrais saisies dans HODUFLU ont augmenté au cours des années. Depuis 2014 les bulletins de livraison ont subi un accroissement de 37,7 % (échelle de droite du graphique). Cette croissance est à attribuer surtout aux engrais de ferme (+ 46,2 % depuis 2014 de l’azote total au stock). Les engrais de recyclage sont restés assez constants et fluctuent autour d’une moyenne de 4'670 tonnes d’azote total au stock.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 20-2022

20.05.22 | En Suisse, en 2020, 7'752'114 tonnes d’aliments pour animaux de rente (mesurées en matière sèche) étaient disponibles. La part la plus importante avec 78,9 % (6'113'293 tonnes) était destinée aux bovins. Suivent les porcs avec 9,6 % (741'555 tonnes) et la volaille avec 4,8 % (368'544 tonnes). La catégorie «autres» avec les équidés (chevaux, ânes, mulets) et les lapins a reçu 4,1 % (315'604 tonnes). Les moutons et les chèvres ont réclamé la part la plus modeste avec 2,7 % (213'117 tonnes). Plus d’informations au sujet du bilan alimentaire sont disponibles sous « AGRISTAT Actuel ».

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 19-2022

13.05.22 | En Suisse, en 2020, 7'752'114 tonnes d’aliments pour animaux de rente (mesurées en matière sèche) étaient disponibles. La part la plus importante avec 78,9 % (6'113'293 tonnes) était destinée aux bovins. Suivent les porcs avec 9,6 % (741'555 tonnes) et la volaille avec 4,8 % (368'544 tonnes). La catégorie «autres» avec les équidés (chevaux, ânes, mulets) et les lapins a reçu 4,1 % (315'604 tonnes). Les moutons et les chèvres ont réclamé la part la plus modeste avec 2,7 % (213'117 tonnes). Plus d’informations au sujet du bilan alimentaire sont disponibles sous « AGRISTAT Actuel ».

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 04-22 : Bilan fourrager 2020

11.05.22 | En 2020, les aliments fourragers disponibles ont diminué de 0,6 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 7'752'000 tonnes de matière sèche. Les 1'792'000 tonnes d’aliments concentrés disponibles lors de l’année sous revue représentent la majeure partie des fourrages commercialisables. Les produits non commercialisables sont surtout constitués de fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. En 2020, pas moins de 5'960'000 tonnes d’aliments pour animaux, soit 76,9 % de la consommation totale, appartenaient à cette catégorie de fourrages. Cette même année, la part de la production intérieure du fourrage disponible total a affiché une légère hausse et atteint 86,4 %. L’approvisionnement en céréales fourragères indigènes et en sous-produits issus de la fabrication d’huile et de la minoterie a été plus élevé que l’année précédente. En outre, les fourrages grossiers et le maïs d’ensilage ont également donné de bonnes récoltes.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2022

11.05.22 | Le premier tiers du mois d’avril a connu des chutes de neige jusqu’en plaine, accompagnées de gelées tardives en raison des températures basses. Ces phénomènes de gelées tardives se sont encore produits à la fin du deuxième tiers du mois. Les dégâts sans doute ainsi causés dans les cultures fruitières précoces (fruits à noyau et fruits à pépins) restent difficiles à évaluer à l’heure actuelle. Malgré les épisodes de froid, la plupart des régions ont affiché une température moyenne située dans les limites de la norme pluriannuelle. Pour le reste, le temps changeant typique d’avril a souvent prévalu. À la fin du mois, le sud du pays s’est vu arrosé des premières fortes précipitations de l’année.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 18-2022

06.05.22 | En 2020, la quantité d’aliments disponible pour le bétail de rente suisse a diminué de 0,6 % par rapport à l’année précédente. Elle a baissé de 7,80 million de tonnes de matière sèche à 7,75 millions de tonnes. La diminution de l’effectif bovin en était la raison principale. Comme 2020 était une bonne année agricole, la part des aliments indigènes a augmenté de 84,2 % à 86,4 %. Plus d’informations au sujet du bilan alimentaire seront disponible à partir du 10 mai sous « AGRISTAT Actuel ».

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 17-2022

29.04.22 | En Suisse, les graisses et huiles végétales ont largement remplacé les graisses animales utilisées par le passé. En 2020, 78 % des huiles et graisses utilisées étaient d’origine végétale. Ainsi, les huiles végétales ont livré presque 15 % de l’énergie alimentaire consommée et occupaient la troisième place après les céréales et le lait. Cepen-dant, il faut tenir compte du fait qu’une partie des huiles n’est pas vraiment mangée comme il y a des pertes im-portantes avec les huiles de friture, les vinaigrettes etc. L’huile de colza livre un tiers des huiles végétales con-sommées en Suisse. L’huile de tournesol, d’olives et de palme suivent. Toutefois, une partie des huiles végétales consommées ne peut pas être attribuée de manière univoque. Surtout dans le commerce extérieur, les indica-tions ne sont souvent pas assez détaillées. Ainsi, les chiffres dans le graphique doivent être interprétés avec pru-dence. Il est possible que la composition des huiles aille changer en 2022 comme l’Ukraine est l’exportateur le plus important d’huile de tournesol et l’Indonésie, en tant que producteur le plus important d’huile de palme, vient de restreindre ses exportations d’huile de palme.

Lire la suite
Commentaire de marché Le prix des fleurs prend lui aussi l’ascenseur

25.04.22 | C’est un mécanisme désormais bien connu : la guerre fait grimper le prix des agents de production. Or, si ce prix augmente, il en est forcément de même pour celui des produits agricoles, par exemple des fleurs en self-cueillette.

Lire la suite