Contenu principal

Hormone problématique bannie de l’élevage indigène

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans et de Suisseporcs du 2 mai 2022

La filière animale interdit par voie de droit privé l’hormone PMSG visant à traiter les problèmes de fertilité chez les truies. Les conditions de production douteuses et contraires aux normes élevées de bien-être animal dans l’agriculture indigène sont à la base de cette décision. La nouvelle exigence s’applique à toute la viande issue des élevages inscrits à AQ-Viande Suisse, un programme qui couvre la quasi-totalité du marché.

Aujourd’hui, la commission permanente Production animale de l’Union suisse des paysans (USP) a accédé à la demande de Suisseporcs de renoncer à l’hormone PMSG dans les élevages indigènes inscrits au programme de base AQ-Viande Suisse. Cette hormone est obtenue à partir du sang de juments gestantes et sert dans certains cas à traiter les problèmes de fertilité chez les truies. La découverte que la mise à disposition de l’hormone continue à se faire dans des conditions cruelles pour les juments est à la base de cette décision. Prélever cette hormone en Europe (Islande) plutôt qu’en Amérique du Sud n’a pas apporté l’amélioration escomptée.

La branche était d’accord pour dire que l’utilisation de l’hormone PMSG allait à l’encontre des normes élevées de bien-être animal dans l’agriculture indigène, alors qu’une telle préparation n’a été utilisée que dans de rares cas jusqu’à présent, uniquement à des fins thérapeutiques et sur moins de 1 % des truies mères. L’utilisation d’hormones pour améliorer les performances n’a jamais été autorisée en Suisse, raison pour laquelle la viande indigène est exempte de tout résidu hormonal.

Le programme AQ-Viande Suisse est géré par l’USP. Tous les grands abattoirs de Suisse exigent de leurs fournisseurs qu’ils remplissent les exigences d’AQ-Viande Suisse. La décision prise sera donc contraignante pour 95 % des exploitations d’élevage suisses à partir du 1er septembre 2022, et l’utilisation de PMSG interdite pour toutes les catégories d’animaux. Les vétérinaires doivent à présent être informés en conséquence qu’ils ne peuvent plus prescrire cette hormone. Le respect de l’interdiction sera contrôlé à partir de 2023.

Renseignements

Meinrad Pfister

Président de Suisseporcs et de la commission permanente Production animale de l’USP
tél. 079 916 00 41 

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Daniel Flückiger

Responsable Agriquali
Tél. 056 462 52 18

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 19-2022

13.05.22 | En Suisse, en 2020, 7'752'114 tonnes d’aliments pour animaux de rente (mesurées en matière sèche) étaient disponibles. La part la plus importante avec 78,9 % (6'113'293 tonnes) était destinée aux bovins. Suivent les porcs avec 9,6 % (741'555 tonnes) et la volaille avec 4,8 % (368'544 tonnes). La catégorie «autres» avec les équidés (chevaux, ânes, mulets) et les lapins a reçu 4,1 % (315'604 tonnes). Les moutons et les chèvres ont réclamé la part la plus modeste avec 2,7 % (213'117 tonnes). Plus d’informations au sujet du bilan alimentaire sont disponibles sous « AGRISTAT Actuel ».

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2022

11.05.22 | Le premier tiers du mois d’avril a connu des chutes de neige jusqu’en plaine, accompagnées de gelées tardives en raison des températures basses. Ces phénomènes de gelées tardives se sont encore produits à la fin du deuxième tiers du mois. Les dégâts sans doute ainsi causés dans les cultures fruitières précoces (fruits à noyau et fruits à pépins) restent difficiles à évaluer à l’heure actuelle. Malgré les épisodes de froid, la plupart des régions ont affiché une température moyenne située dans les limites de la norme pluriannuelle. Pour le reste, le temps changeant typique d’avril a souvent prévalu. À la fin du mois, le sud du pays s’est vu arrosé des premières fortes précipitations de l’année.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 18-2022

06.05.22 | En 2020, la quantité d’aliments disponible pour le bétail de rente suisse a diminué de 0,6 % par rapport à l’année précédente. Elle a baissé de 7,80 million de tonnes de matière sèche à 7,75 millions de tonnes. La diminution de l’effectif bovin en était la raison principale. Comme 2020 était une bonne année agricole, la part des aliments indigènes a augmenté de 84,2 % à 86,4 %. Plus d’informations au sujet du bilan alimentaire seront disponible à partir du 10 mai sous « AGRISTAT Actuel ».

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 17-2022

29.04.22 | En Suisse, les graisses et huiles végétales ont largement remplacé les graisses animales utilisées par le passé. En 2020, 78 % des huiles et graisses utilisées étaient d’origine végétale. Ainsi, les huiles végétales ont livré presque 15 % de l’énergie alimentaire consommée et occupaient la troisième place après les céréales et le lait. Cepen-dant, il faut tenir compte du fait qu’une partie des huiles n’est pas vraiment mangée comme il y a des pertes im-portantes avec les huiles de friture, les vinaigrettes etc. L’huile de colza livre un tiers des huiles végétales con-sommées en Suisse. L’huile de tournesol, d’olives et de palme suivent. Toutefois, une partie des huiles végétales consommées ne peut pas être attribuée de manière univoque. Surtout dans le commerce extérieur, les indica-tions ne sont souvent pas assez détaillées. Ainsi, les chiffres dans le graphique doivent être interprétés avec pru-dence. Il est possible que la composition des huiles aille changer en 2022 comme l’Ukraine est l’exportateur le plus important d’huile de tournesol et l’Indonésie, en tant que producteur le plus important d’huile de palme, vient de restreindre ses exportations d’huile de palme.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 16/2022

22.04.22 | Les prix des huiles végétales étaient élevés déjà avant la guerre en Ukraine. Cependant, l’évolution actuelle a nettement accru la pression sur les prix comme c’est le cas pour la plupart des matières premières agricoles. Jusqu’à l’heure actuelle, l’Ukraine a livré plus que la moitié de l’huile de tournesol vendu sur le marché mondial. Vu que les huiles végétales sont largement interchangeables, les prix de toutes les huiles végétales ont pris l’ascenseur. Entre mars 2020 et mars 2022, c’est-à-dire dans une période de deux ans, les prix sur le marché mondiale ont augmenté de 100 à 170 %. Bien sûr, ceci a des conséquences pour les prix à la consommation dans le commerce de détail, aussi en Suisse. De plus, il devrait être possible d’augmenter les prix à la production des oléagineux en Suisse afin de couvrir les frais de production en hausse.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 15/2022

14.04.22 | Au cours des dernières années, en Suisse, la performance laitière moyenne par vache n’a que peu augmenté et a atteint le chiffre de 7089 kg de lait par vache et par an. Face à une production laitière total presque inchangée, cette évolution amène une baisse continue de l’effectif des vaches laitières. Ce dernier a atteint le chiffre de 538'746 animaux en moyenne annuel en 2021.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2022 (Kopie 1)

11.04.22 | Le temps sec s'est poursuivi en mars. En raison d’une météo généralement ensoleillée, il n'y a eu qu'un seul jour de précipitations généralisées, le 30 mars. Les 13, 14, 18 et 31 mars, quelques précipitations ont été enregistrées dans certaines régions. Le 29 mars, la somme des précipitations n'avait même pas atteint 10 % de la norme de cette saison. En Suisse centrale et orientale, le mois de mars a donc été l'un des moins pluvieux de ces 100 dernières années. La dernière fois qu'il y a fait aussi sec, c'était en mars 1976. Dans l'ouest et le sud de la Suisse, les mois de mars secs sont un peu plus fréquents. Dans ces régions, le dernier mois de mars aussi sec datait de 2003. Le temps sec a provoqué des incendies de forêt dans les cantons de Berne, du Valais et du Tessin. À deux reprises (du 15 au 18 mars ainsi que le 29 mars), du sable du Sahara est arrivé jusqu’en Suisse, bien visible dans le ciel et laissant également des traces au sol. La floraison du noisetier, du tussilage et de l'anémone des bois a commencé nettement plus tôt (entre 7 et 13 jours) que la moyenne de la période 1991-2020.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 14/2022

08.04.22 | L’azote, le phosphore et le potassium sont les éléments nutritifs les plus importants des cultures végétales. Ils sont utilisés en grandes quantités à l’échelle mondiale. En 2021 déjà, des prix favorables pour les céréales, le soja et d’autres grandes cultures ont renforcé la demande en engrais. De plus, les frais de transport ont augmenté suite à la crise du coronavirus. À partir de l’automne 2021, des prix d’énergie élevés ont fortement renchéri la production des engrais azotés comme l’urée ou le nitrate d’ammonium. La guerre en Ukraine intensifie les problèmes comme la Russie produit une partie des engrais azotés et des engrais à base de phosphore pendant que le Belarus exporte des engrais potassiques. Le risque existe que moins d’engrais sera utilisé dans de nombreux pays suite aux prix élevés ce qui pourrait diminuer les rendements en production végétale à l’échelle mondiale.

Lire la suite