Contenu principal

La CSA soutient la mise en suspens de la PA22+

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 21 septembre 2020

Aujourd’hui, la Chambre suisse d’agriculture de l’Union suisse des paysans a tenu séance. À l’ordre du jour figuraient les décisions qu’a prises le Conseil des États sur la politique agricole, sur l’initiative parlementaire et sur les deux initiatives anti-agricoles extrêmes soumises au peuple l’an prochain. L’assemblée a aussi émis des recommandations pour la votation de novembre et auditionné les quatre candidats en lice à la vice-présidence de la faîtière agricole.

La Chambre suisse d’agriculture (CSA), en quelque sorte le Parlement de l’Union suisse des paysans (USP), a traité du développement ultérieur de la politique agricole à partir de 2022 (PA22+), dont l’importance pour les familles paysannes n’est plus à démontrer. En août, la Commission pour l’économie et les redevances du Conseil des États (CER-E), première commission à délibérer sur la question, a décidé de suspendre les travaux relatifs à cette politique. L’ensemble de la Chambre haute se prononcera lors de sa session d’hiver sur cette décision. Entre-temps, les sénateurs ont déjà élaboré une mini-politique agricole au moyen de l’initiative parlementaire 19.475. La semaine dernière, la voix prépondérante du président de la Chambre haute a entraîné l’insertion de la question des pertes d’éléments fertilisants dans cette initiative, aux côtés de la trajectoire de réduction des risques découlant des produits phytosanitaires. Au vu des initiatives soumises au peuple l’an prochain, il n’y a donc aucun intérêt à s’occuper de la politique agricole à toute vitesse. La CSA se félicite aussi de la décision de la Chambre des cantons de rejeter les deux initiatives « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » et « Pour une eau potable propre », cette dernière étant moins prometteuse qu’elle n’y paraît. Elle a donc décidé de soutenir à la fois la suspension du traitement de la PA22+ et le postulat adopté par la CER-E visant à doter la politique agricole d’une position globale.

Par ailleurs, la CSA s’est occupée de la votation du 29 novembre. Après les exposés donnés par un partisan et une adversaire de l’initiative pour des multinationales responsables et au terme de vives discussions, les membres ont recommandé de voter contre l’initiative et de soutenir le contre-projet du Parlement. Les nouvelles règles de responsabilité formulées dans l’initiative et le renversement du fardeau de la preuve donnent lieu à une insécurité juridique pour la place économique suisse. La CSA s’est abstenue d’émettre une recommandation de vote sur l’initiative « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre », car sans rapport avec l’agriculture.

Lors de l’Assemblée des délégués de novembre aura lieu l’élection d’un nouveau représentant de l’UDC à la vice-présidence de l’USP, suite au départ à la retraite de Hans Frei. Quatre candidats sont en lice : Martin Haab, agriculteur à Mettmenstetten, conseiller national et successeur de Hans Frei à la présidence de la Chambre zurichoise d’agriculture ; Alois Huber, agriculteur à Wildegg, conseiller national et président de la Chambre argovienne d’agriculture ; Thomas Roffler, agriculteur à Grüsch et président de la Chambre grisonne d’agriculture ; Hans Jörg Rüegsegger, agriculteur à Riggisberg, membre du Grand Conseil du canton de Berne et président de la Chambre bernoise d’agriculture. Chacun d’entre eux s’est présenté à la CSA et a exposé ses objectifs.
 

Loi sur la chasse :des millions pour une contre-campagne mensongère

Les membres de la Chambre suisse d’agriculture ont discuté les intentions de vote actuelles ressortant du sondage concernant la votation de dimanche prochain sur la loi révisée sur la chasse. Chère de plusieurs millions de francs et truffées de fausses affirmations, la contre-campagne a conduit à une situation très serrée entre les opposants et les partisans. Aussi les membres de la CSA appellent-ils tous les agriculteurs et leur entourage à glisser un OUI dans l’urne.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans
Chef du groupe de travail ad hoc sur le coronavirus  

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

Francis Egger

Vice-directeur Union Suisse des Paysans
Département économie, formation et
relations internationales

Mobile 079 280 69 66
Email francis.egger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Points de vue
Politique agricole 22+ : considérer l’industrie alimentaire comme un tout

27.11.20 | Lors de la session d'hiver, le Conseil des États traitera la Politique agricole 22+ (PA22+). Ce projet revêt une importance majeure pour l’agriculture suisse. L’Union suisse des paysans le rejette en particulier à cause de la réduction du revenu sectoriel agricole de 265 millions de francs et de l’abaissement du taux d’auto-approvisionnement à 52 % qu’il entraînerait. Sur le principe, la faîtière agricole ne s’oppose cependant pas à un développement raisonné de la politique agricole.

Lire la suite
Communiqués de presse
Bonne nouvelle : le moratoire sur le génie génétique reste de mise

12.11.20 | Dans son nouveau message relatif à la loi sur le génie génétique, le Conseil fédéral propose de prolonger de quatre ans supplémentaires le moratoire en vigueur. L’Union suisse des paysans salue et appuie cette décision. Ce moratoire constitue le fondement permettant à l’agriculture suisse de se passer systématiquement d’OGM et de démarquer sa production des produits importés.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le train d’ordonnances 2020 est sur la bonne voie

11.11.20 | La Confédération a adopté aujourd’hui le nouveau train d’ordonnances agricoles. L’Union suisse des paysans estime qu’il va en grande partie dans la bonne direction.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pour une hausse des prix à la production !

05.11.20 | Les demandes d’importations de beurre ne faiblissent pas. Il est grand temps que cette pénurie se traduise par une augmentation substantielle des prix à la production. L’Union suisse des paysans (USP) porte les revendications suivantes : - Il faut mettre un terme à la mise en vente de beurre d’importation sous les marques « Le Beurre » ou « Floralp ». Un emballage distinct s’impose pour que les consommateurs reconnaissent sans hésiter les beurres importés. - La quantité de lait destinée au segment A est à relever sans délai. La crise du coronavirus a dopé les ventes de lait et de produits laitiers dans le commerce de détail. Il s’agit en majorité de produits du segment A. Cette évolution doit se traduire par une augmentation de la quantité de lait destinée au segment A et, qui plus est, générer une plus grande valeur ajoutée pour les producteurs. - À partir de janvier 2021, l’Interprofession du lait introduira un nouveau soutien du prix pour la valorisation de la matière protéique. Elle a le devoir de permettre d’augmenter, dès ce moment-là, de 2 ct./kg au minimum les prix à la production du lait du segment A. L’USP exige que la filière lait ne se rabatte pas juste sur des demandes d’importations supplémentaires de beurre, mais qu’elle assume ses responsabilités et améliore enfin les conditions en faveur des producteurs de lait de centrale.

Lire la suite
Communiqués de presse
Les électeurs ratent l’occasion de voter pour une loi progressiste sur la chasse

27.09.20 | Le peuple suisse a rejeté la révision de la loi sur la chasse, datant d’il y a 34 ans, avec 51.9 pour cent de voix contre. Les électeurs ont raté l’occasion de renforcer la protection des animaux et des espèces, et de fixer des règles claires pour la cohabitation entre le loup et les animaux de rente. ChasseSuisse, l’Union suisse des paysans et le Groupement suisse pour les régions de montagne regrettent ce résultat obtenu par les opposants à coup de milIlions. L’adoption d’une loi progressiste sur la chasse est maintenant peu probable.

Lire la suite
Communiqués de presse
La CSA soutient la mise en suspens de la PA22+

21.09.20 | Aujourd’hui, la Chambre suisse d’agriculture de l’Union suisse des paysans a tenu séance. À l’ordre du jour figuraient les décisions qu’a prises le Conseil des États sur la politique agricole, sur l’initiative parlementaire et sur les deux initiatives anti-agricoles extrêmes soumises au peuple l’an prochain. L’assemblée a aussi émis des recommandations pour la votation de novembre et auditionné les quatre candidats en lice à la vice-présidence de la faîtière agricole.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Parlement dit non aux initiatives extrêmes sur les produits phytosanitaires

14.09.20 | L’Union suisse des paysans (USP) salue la recommandation sans équivoque du Conseil des États pour rejeter les deux initiatives visant les produits phytosanitaires. Le Parlement a ainsi fini de traiter ces objets. L’USP continue à soutenir une mise en œuvre rapide et intelligente de la trajectoire de réduction des risques liés à l’utilisation de produits phytosanitaires prévue par l’initiative parlementaire du Conseil des États. En ce qui concerne les éléments fertilisants, la Chambre haute a jugé irréaliste la trajectoire de réduction ajoutée au dernier moment par la commission chargée de l’examen préalable, et elle a procédé aux rectifications qui s’imposaient. La voix prépondérante du président a malheureusement empêché la suppression pure et simple de cet ajout.

Lire la suite
Communiqués de presse
Beurre : stop à la grosse tromperie des consommateurs !

11.09.20 | Ces dernières semaines, la Suisse a fait venir des tonnes de beurre de l’Union européenne. Dans la branche, il avait été convenu que le beurre importé ne saurait être commercialisé sous des marques suisses telles que « Le Beurre » ou « Floralp ». Or, l’expérience de ces derniers jours montre que les transformateurs et les détaillants font fi de cet accord. Les consommateurs ont besoin d’une loupe pour savoir s’il s’agit de vrai beurre suisse. Le Comité de l’Union suisse des paysans condamne cette tromperie avec la plus grande fermeté. Il espère que les entreprises concernées reviendront sans délai au plan de départ, qu’elles s’y tiendront et qu’elles cesseront d’affaiblir les marques nationales de haute qualité.

Lire la suite