Contenu principal

La durabilité mise à mal sans hausse des prix à la production

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 16 août 2023

À l’heure actuelle, les familles paysannes de Suisse reçoivent trop peu pour la vente de leurs produits. Elles ne peuvent ni répercuter la totalité de l’augmentation des coûts de production ni se voir indemnisées pour les nouvelles contraintes et les risques de culture qui en découlent. Aujourd’hui, certains acheteurs font même pression pour que les prix, déjà trop bas, baissent encore. C’est inacceptable. Quiconque agit dans ce sens sape la durabilité du secteur alimentaire.

Dans l’imaginaire collectif, les exploitations agricoles suisses vivent des paiements directs. C’est une erreur. Sur cinq francs que gagnent les familles paysannes, quatre proviennent de la vente de leurs produits. Il est donc essentiel qu’elles reçoivent une rémunération équitable pour ces derniers, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Depuis l’année dernière, les familles paysannes sont confrontées à une forte augmentation des coûts de production des machines, de l’énergie, du diesel, des engrais, des fourrages et de nombreux autres agents de production. Bien que les prix à la production aient été quelque peu réhaussés en 2022, il n’a pas été possible de répercuter intégralement la hausse des coûts : l’ensemble de l’agriculture accusait encore un déficit d’environ 200 à 300 millions de francs. Dans plusieurs branches, en particulier celle du lait, le besoin de rattrapage existait déjà avant, les prix étant clairement trop bas par rapport aux coûts de production.

À l’augmentation des coûts des consommation intermédiaire vient s’ajouter cette année la mise en œuvre des trajectoires de réduction issues de l’initiative parlementaire 19.475. Ces trajectoires prévoient de nombreuses mesures dans le domaine de la protection des végétaux et des éléments fertilisants. Outre une réduction des rendements moyens, une charge de travail supplémentaire et des coûts de production plus élevés, l’initiative est synonyme de risques de culture plus importants qu’auparavant. Les familles paysannes ont là aussi besoin de meilleurs prix pour compenser les coûts supplémentaires et les pertes.

Une amélioration de 5 à 10 % du revenu agricole est plus que justifiée, dans la mesure où diverses denrées alimentaires sont déjà devenues plus chères à la vente sans que les producteurs puissent en profiter de manière appropriée. Quiconque prend au sérieux la durabilité de l’alimentation doit contribuer à ce que les exploitations agricoles puissent elles aussi évoluer de manière durable sur les plans économique, social et écologique, et obtenir des prix équitables pour la vente de leurs produits. Au lieu de baisser, les prix à la production doivent donc continuer à augmenter.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 12-17 : La consommation d’énergie alimentaire par habitant diminue

31.12.17 | La consommation calculée d’énergie alimentaire par habitant ne cesse de diminuer depuis les années 1980 en Suisse. Elle est passée de 14 mégajoules par habitant et par jour à moins de 13 mégajoules par habitant et par jour. Il y a plusieurs causes possibles à cela : le vieillissement de la population, le recul des activités physiques et, sans doute aussi, le tourisme d’achat, car les méthodes actuelles de calcul de la consommation ne tiennent pas compte des denrées alimentaires achetées à l’étranger qui sont importées en franchise. Le tourisme d’achat réduit la consommation quotidienne calculée par habitant de 0,3 MJ au minimum, soit d’un peu plus de 2 %, à l’heure actuelle.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 11-17 : Evolution de la production porcine

11.12.17 | Les producteurs porcins de Suisse ne profitent guère des gains de productivité de ces dernières années. Moins consommée que par le passé en Suisse, la viande de porc perd des parts de marché au profit de la viande de volaille. Comme la part de la production suisse de viande de porc se révèle élevée à l’heure actuelle, cela se traduit par des conditions difficiles sur le marché et un affaiblissement du cycle du porc. Le renforcement de l’euro et la suppression de places d’engraissement dans un avenir proche avec des normes plus sévères pour les porcheries pourraient contribuer à détendre un peu la situation.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 10-17 : Bilan alimentaire (BA) 2016

10.11.17 | Les récoltes catastrophiques que l’année 2016 a apportées pour divers produits agricoles ont, de manière étonnante, eu un impact faible sur la consommation alimentaire totale en Suisse. Toutefois, la mauvaise année de production a pesé sur la part de la production indigène dans la consommation, qui a atteint son niveau le plus bas depuis le début de la période des calculs en 2007. La méthode actuelle pour calculer le BA est déjà appliquée depuis dix ans. Des évaluations complémentaires permettent de tirer des conclusions sur l’évolution des habitudes alimentaires suisses.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 09-17 : L’effectif du bétail de rente en Suisse

10.10.17 | L’effectif du bétail de rente est resté pour ainsi dire stable en 2017 (-0,1 %). Le recul des vaches laitières (-0,5 %) est compensé en grande partie par l’augmentation des autres vaches (+2,3 %). L’effectif des moutons est resté stable dans l’ensemble, pour la première fois après plusieurs années de diminution. Les chèvres et les brebis laitières augmentent (+5 %) sous l’effet de la popularité croissante des produits à base de lait de chèvre et de brebis. Le léger recul de l’effectif porcin se poursuit (-1,7 %). L’effectif des poulets de chair a continué d’augmenter (+5 %).

Lire la suite
Prises de position Heilmittelverordnungspaket IV (HMV IV)

04.10.17 | Das Verordnungsrecht zum Heilmittelgesetz ist äusserst umfangreich und sehr komplex. Der Umstand, dass die Erlasse sowohl für die Humanmedizin als auch die Veterinärmedizin gelten, trägt auch nicht zur Verständlichkeit und Vereinfachung bei. Daher ist aus Sicht des SBV die Trennung der Bestimmungen für die beiden Bereiche auf Stufe Verordnung zu prüfen. Die Zusammenfassung der Vorgaben für die Arzneimittelinformation für Tierarzneimittel (TAM) in Anhang 6 der AZV wird daher ausdrücklich begrüsst. Für die Humanmedizin ist ein analoges Überwachungsinstrument des Antibiotikaverbrauches einzuführen. Die Veterinärmedizin kann die hausgemachten Probleme der Humanmedizin nicht lösen, da ist die Humanmedizin in der Pflicht. Besonders zu beachten ist die möglichst einfache Datenerfassung und Benutzerfreundlichkeit. Der Aufbau des Benchmarking-Systems zur Information und Sanktionierung bei übermässigem Antibiotikaeinsatz von Tierärzten oder Tierhaltern und die Vorbereitung der Rechtsgrundlagen müssen unbedingt zusammen mit den Vertretern der betroffenen Kreise erfolgen.

Lire la suite
Prises de position Änderung von Verordnungen im Veterinärbereich

15.09.17 | SBV begrüsst die Anpassung der Verordnungen im Bereich Tiergesundheit an neuen Entwicklungen und zur Vorbereitung auf Seuchenausbrüche. Der Ausbau der Tierverkehrskontrolle bei Schafen und Ziegen ist nötig, um bestehende oder neue Tierseuchen besser vermeiden oder bekämpfen zu können. Es ist sicherzustellen, dass ein einfaches, getestetes und funktionierendes System eingeführt wird. Die Meldungen an die TVD von Schaf- und Ziegenhaltern sollen auch schriftlich (nicht nur elektronisch) erfolgen können. Allenfalls ist es sinnvoll, die TVD Schafe und Ziegen erst auf den 1. Januar 2020 einzuführen. Der SBV begrüsst ausdrücklich, dass für die TVD Schafe und Ziegen die gleichen Regeln wie bei Tieren der Rindergattung angewendet werden sollen. Insbesondere ist richtig, dass die Entsorgungsbeiträge künftig je zur Hälfte an den Geburts- und den Schlachtbetrieb ausgerichtet werden. Die optionale Einführung von elektronischen Ohrmarken wird begrüsst. Die Schaffung von Grundlagen für elektronische Begleitdokumente ist nötig. Der SBV unterstützt die Anpassung der Gültigkeit der Begleitdokumente bis zur Schlachtung, auch wenn vor Mitternacht verladen wird. Die Anpassung der Kompetenzen der Kantonstierärzte in Bezug auf die Organisation der Milchsammlung bei einem Ausbruch der Maul- und Klauenseuche ist in Zusammenarbeit mit der Branche ausgearbeitet worden und wird unterstützt. Die Anpassung der Regelungen für die Entsorgung von tierischen Nebenprodukten und die Verfütterung von Proteinen tierischer Herkunft an die neuen Entwicklungen bezüglich BSE-Status der Schweiz und der Nutzung von Insektenproteinen werden begrüsst.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 08-17 : Estimation des terres assolées en Suisse pour 2017

11.09.17 | Grâce à l’augmentation des surfaces de maïs d’ensilage, de légumes de plein champ et de prairies artificielles, les terres assolées progressent en 2017 de près de 3000 hectares par rapport à 2016 et dépassent clairement le seuil de 400 000 hectares. Les cinq cultures principales – blé, maïs, orge, colza et betteraves sucrières – couvrent 78 % des terres ouvertes.

Lire la suite
Prises de position Revision der Anleitung zur Schätzung des landwirtschaftlichen Ertragswertes und den damit verbundenen Änderungen der dazugehörenden Verordnungen

25.08.17 | Der landwirtschaftliche Ertragswert ist ein zentrales Element bei Betriebsübergaben innerhalb der Familie. Es handelt sich dabei nicht um ein Privileg des Betriebsnachfolgers / der Betriebsnachfolgerin. Der Ertragswert ist jene ausschlaggebende Bedingung, welche den Fortbestand des landwirtschaftlichen Gewerbes innerhalb der Familie sicherstellt. Damit wird auch das Kulturland nachhaltig erhalten und geschützt. Müssten die Betriebe durch die nachfolgende Generation zum Verkehrswert gekauft werden, so wäre eine landwirtschaftliche Produktion nicht mehr wirtschaftlich. Die Produktionsgrundlage würde den selbstbewirtschaftenden Landwirten entzogen und könnte höchstens noch von Grossgrundbesitzern gepachtet werden. Der landwirtschaftliche Ertragswert verhindert im Zusammenspiel mit den anderen Bestimmungen des BGBB schädliche Spekulationen mit dem für uns so wertvollen Boden.

Lire la suite