Contenu principal

La mise en cause généralisée des éleveurs suisses est injustifiée

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 2 juillet 2019

Le Matin Dimanche a publié un article intitulé « Des centaines d’éleveurs maltraitent leurs bêtes ». L’Union suisse des paysans a saisi le Conseil suisse de la presse d’une plainte contre le groupe Tamedia. Elle s’indigne d’une mise en cause généralisée injustifiée des éleveurs et une présentation déformée de la réalité dans les articles publiés. Il faut savoir que, dans 87 % des exploitations, absolument aucun manquement n’a été constaté et que les conditions d’élevage remplissent les normes sévères de la loi suisse sur la protection des animaux sur tous les points. 

 « Des centaines d’éleveurs maltraitent leurs bêtes » et « Des paysans sont jugés pour avoir brutalisé leur bétail » : toute la Suisse a pu découvrir ces titres dans Le Matin Dimanche. La protection et le bien-être des animaux revêtent de l’importance pour l’Union suisse des paysans (USP). La faîtière agricole exige que les exploitations respectent les lois et ne tolère ni les infractions graves ni les cas de récidive. L’article en question et les articles subséquents du groupe Tamedia ont toutefois donné une présentation déformée de la réalité et ne reflètent que très partiellement les faits (Voici le fiche d'information sur les contrôles et situation dans le domaine de la protection des animaux). En réalité, les fermes de Suisse font l’objet de contrôles sévères et réguliers. Lors des 10 647 contrôles effectués dans des exploitations agricoles en 2018, aucun manquement à la protection des animaux n’a été constaté dans près de 87 % des fermes. Sur l’ensemble des cantons, 35 % de ces contrôles de base portant sur la protection des animaux ont eu lieu de façon inopinée. Dans les cas où les animaux ont souffert et/ou ont subi un dommage, les autorités ont prononcé une ordonnance pénale contre le détenteur d’animaux. Cela s’est produit à 613 reprises en 2018. Le chiffre n’est pas flatteur et, sans conteste, encore trop élevé. Ce ne sont toutefois pas des milliers de fermes qui sont concernées, mais seulement 1,3 % des détenteurs d’animaux. Il n’est pas non plus possible d’en conclure que des conditions scandaleuses règnent dans toutes les fermes de Suisse. Cette mise en cause généralisée injustifiée est un camouflet pour la grande majorité des familles paysannes, qui s’occupent de façon exemplaire de leurs animaux au quotidien. C’est pourquoi l’USP saisit le Conseil suisse de la presse d’une plainte contre le groupe Tamedia pour les articles publiés à ce sujet.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Francis Egger

Vice-directeur Union Suisse des Paysans
Département économie, formation et
relations internationales

Mobile 079 280 69 66
Email francis.egger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 47/2021

26.11.21 | En 2013, 64,8 % des places d’étable pour bétail bovin se trouvaient en stabulation libre. En 2020, cette proportion a augmenté à 73,0 %. Quant aux vaches laitières, la part des places en stabulation libre a augmenté de 42,5 % à 57,5 % dans la même période. Ainsi, plus que la moitié des vaches laitières est actuellement gardée en stabula-tion libre. L’évolution des systèmes de stabulation est lente comme une étable est un investissement à long terme qui est amorti sur une longue période. Cependant, la tendance à la détention en stabulation libre est claire.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 46/2021

19.11.21 | En 1905, la Suisse était essentiellement un pays agricole. Face à un nombre de 243 710 exploitations agricoles et une population de 3,5 millions d’habitants, il résultait un rapport de 15 habitants par exploitation agricole. En 2020, il y avait encore 49 363 exploitations agricoles face à une population de 8,7 millions d’habitants ce qui correspond à 176 habitants par exploitation agricole. Il va de soi que la définition d’une exploitation agricole en 1905 n’est pas tout à fait comparable à celle de 2020. Par contre, il n’est pas contesté que la part de la population agricole diminue constamment. Parallèlement, l’intérêt général pour l’agriculture est grand et plutôt en augmentation dans le monde politique et dans la société. Malgré la diminution du nombre des exploitations agricoles, ces exploitations s’occupent toujours de 35,9 % et ainsi de plus d’un tiers de la surface suisse selon les chiffres de la statistique de la superficie 2004/2009 de l’Office fédérale de la statistique.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 45/2021

12.11.21 | La surface exploitée de manière biologique a constamment augmenté ces dernières années. En 2020, elle a atteint 17 % par rapport à la surface agricole utile totale. Cependant, de grandes différences existent d’un canton à l’autre. Le canton des Grisons occupe de loin la première place avec un pourcentage de 66,2 % (an 2020). La part des surfaces bio est bien plus pas en plaine ou dans les régions de grandes cultures. Le canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures affiche le pourcentage le plus bas avec 6,3 % (an 2020).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - octobre 2021

10.11.21 | Tout comme septembre, octobre a été ensoleillé et pauvre en précipitations. Le total des précipitations d’octobre est même largement inférieur à la moitié de la norme recensée pour ce mois entre 1981 et 2010. Le thermomètre affichait 6,2°C, une valeur légèrement inférieure à la norme 1981-2010. Du 2 au 3 octobre, des orages de foehn dans les vallées alpines ont en partie mené à des nuits tropicales avec des températures minimales de plus de 20 degrés. Le 21 octobre, la première tempête automnale a généré des vents allant jusqu’à 135 km/h sur les crêtes du Jura.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 44/2021

05.11.21 | La vague de renchérissement actuelle provoque surtout une augmentation des prix d’achats des agents de la production agricole (p.ex. prix pour l’énergie, l’engrais ainsi que pour l’achat et l’entretien des machines et des bâtiments). En l’espace d’un an, les prix ont augmenté de 3,5 % selon l’indice des prix d’achats. En même temps, l’agriculture profite de prix à la production favorables. Ces prix ont grimpé de 1,5 % au cours d’une année. Cependant, cette année, les prix élevés ne peuvent pas compenser les pertes de rendement en production végétale. Jusqu’à présent, le renchérissement a peu touché les prix des denrées alimentaires dans le commerce de détail. Selon l’indice des prix à la consommation, les prix des denrées alimentaires ont diminué de 1,8 % au cours d’une année.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 43/2021

29.10.21 | En Suisse, au dernier siècle, l’effectif des vaches a atteint le maximum de 943'372 vaches en 1961, A cette époque, le recensement du bétail n’était pas effectué chaque année. Par ailleurs, jusqu’aux années 80 du siècle passé, chaque vache était une vache laitière. Dans ce temps, quelques exploitations agricoles ont commencé à garder des vaches mère. Depuis, leur effectif a augmenté continuellement. En même temps, l’effectif des vaches laitières a reculé de plus en plus. En 2020, il a atteint le nombre de 546'479 vaches laitières. Ce recul était possible parce que la performance par vache laitière a pu être augmenté de 3000 kilogrammes de lait à environ 7000 kilogrammes de lait par an.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 42/2021

22.10.21 | Le nombre de vaches laitières varie fortement selon le canton. Si on calcule le nombre de vaches laitières par 100 hectares de surface agricole utile (SAU), alors les cantons méridionaux de Genève, du Valais, du Tessin et des Grisons disposent de moins de 30 vaches laitières par hectare SAU. L’Espace Mittelland se situe au milieu du tableau avec un nombre entre 37 et 67 vaches laitières. Dans les cantons de la Suisse centrale et orientale, le nombre de vaches laitières est plus important. Le canton d’Obwald se positionne en tête avec un nombre de 104 vaches laitières par 100 hectares; ceci correspond à environ une vache laitière par hectare SAU. Cependant, les cantons de montagne disposent de surfaces supplémentaires en forme des estivages qui ne sont pas inclus dans la surface agricole utile.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 41/2021

15.10.21 | Les prix de l’énergie à la hausse et des problèmes de logistique ainsi qu’en termes de flux de marchandises sont responsables du renchérissement actuel. Un regard vers le passé peut avoir un effet calmant : Ces dernières années, l’augmentation des prix à la consommation était faible et parfois les prix ont même reculé. Les prix des aliments à la consommation ont encore moins augmenté. Peut-être, c’est la raison pourquoi le problème des déchets alimentaires s’est accentué. – Ce qui n’a que peu de valeur, ne requiert pas d’attention particulière. Pour l’agriculture, les prix des agents de production se sont développés de manière favorable ces dernières années. Le renchérissement actuel est certes ennuyeux, mais il ne faut guère s’attendre à une augmentation extrême des coûts. D’une façon générale, les prix des produits agricoles ont légèrement augmenté les deux dernières années. Par contre, il est peu probable qu’ils vont grimper au niveau de l’année 2008. 2008, c’était l’année de la crise alimentaire mondiale.

Lire la suite