Contenu principal

L'agriculture souffre de la canicule : des mesures immédiates s'imposent

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 7 août 2018

Dans l’agriculture suisse, les problèmes liés à la sécheresse extrême s’accentuent avec chaque jour sans précipitations dignes de ce nom sur l'ensemble du pays. C’est pourquoi l’Union suisse des paysans a adopté aujourd’hui un premier train de mesures. Ses priorités : garantir l’affourragement, de même que la solidarité au sein de la branche et de la chaîne de création de valeur.

Une grave sécheresse sévit dans toute l'Europe. L'agriculture suisse n'est pas épargnée. Ces derniers mois, la pluie tant attendue n’est tombée que sous forme d'orages isolés. Comme ceux-ci n'ont de loin pas éclaté dans tout le pays, la situation est différente suivant les régions. En outre, l’irrigation est limitée, voire impossible, à quelques endroits. Chaque jour qui passe sans apporter suffisamment d'eau fait empirer la situation pour les exploitations agricoles. En ce moment, ce sont notamment l’affourragement dans les régions de plaine et dans les régions d’estivage, la garantie de réserves suffisantes de fourrage pour l’hiver, les mouvements de panique sur le marché du bétail de boucherie, ainsi que les prochaines récoltes de grandes cultures et de cultures spéciales d’importance économique majeure qui posent problème. Aussi l’Union suisse des paysans (USP) estime-t-elle que des premières mesures doivent être prises rapidement afin de contrer les effets de la sécheresse. Certains cantons et la Confédération ont déjà réagi en décidant ou en proposant des premières mesures. L’USP salue le fait que le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche se soit rendu compte de la gravité de la situation. Pour elle, trois axes sont prioritaires :

1. Mesures propres à la branche :

  • Pour améliorer la disponibilité du fourrage grossier, les agriculteurs pouvant vendre suffisamment de fourrage doivent placer leur offre sur le marché et dans les bourses au fourrage mis en place par les chambres cantonales d’agriculture.
  • Les agriculteurs qui peuvent prendre en charge des animaux pour l'automne et l’hiver sont priés de s’annoncer rapidement. Cette mesure peut d’ailleurs être coordonnée au niveau cantonal.
  • Il convient de développer des offres d’assurance de droit privé visant à couvrir les pertes de récolte en raison d’événements météorologiques extrêmes au moyen d’une solution globale dans le cadre la politique agricole 22+.

 

2. Solidarité des partenaires dans la chaîne de création de valeur :

  • Les partenaires de la chaîne de création de valeur doivent faire preuve de solidarité et ne pas exploiter la détresse à leur avantage. Les abattoirs n’ont notamment pas le droit de profiter sans scrupule de la situation et de faire baisser les prix des vaches de boucherie de manière aussi radicale que cette semaine. Les agriculteurs sont priés de renoncer à des ventes précipitées. Les prix des vaches de boucherie vont de nouveau augmenter.
  • L’USP exige que les importations de viande de vache autorisées dernièrement ne soient pas introduites sur le marché pour l’instant.
  • Comme les coûts du fourrage augmentent et que la quantité de lait diminue, l’USP prie les détaillants de verser jusqu’au 30 avril 2019 un montant de solidarité de cinq centimes pour le lait d’industrie. La totalité de ce montant sera reversée aux producteurs de lait. De plus, toutes les déductions encore en cours doivent être interrompues immédiatement.

 

3. Dispositions techniques sur les paiements directs :

  • Les faibles rendements fourragers doivent être pris en compte dans le bilan de fumure des exploitations (Suisse-Bilanz) pour que les agriculteurs concernés puissent se procurer suffisamment de fourrage.
  • Dans le cadre du programme volontaire de sorties régulières en plein air (SRPA), il convient de prendre en compte le fait que les animaux n’ont plus rien à manger sur les pâturages.
  • Les exploitations d’estivage ne doivent pas être désavantagées si la charge minimale de bétail n’est pas atteinte en raison du manque de fourrage. Les alpages où le fourrage est disponible en suffisance devraient pouvoir prolonger la période d’estivage.

 

Ce train de mesures doit aider les familles paysannes concernées à surmonter les conséquences de la sécheresse. Il n'entraîne aucuns frais supplémentaires pour la Confédération. En fonction de l'évolution météorologique et des dommages causés par la sécheresse, l'USP prendra d'autres dispositions au fil des heures et, en fonction des régions, envisagera des mesures et des requêtes supplémentaires.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans
Chef du groupe de travail ad hoc sur le coronavirus  

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 08/2021

26.02.21 | Si l’on calcule les importations de lait, de produits laitiers et de composants du lait dans les aliments transformés en équivalents-lait entier (ELE), la Suisse a augmenté les importations de 113,0 millions ou de 24 % d’ELE en 2020 par rapport à l’année précédente. Ceci correspond à une augmentation des importations de lait de 13 kilo-grammes de lait entier par habitant. Les importations de fromage et de beurre connaissent la plus grande crois-sance. Cependant, les exportations ont diminué de 24,7 millions d’ELE ou de 3 %. Ainsi, l’excédent commercial a baissé de 43 % pour arriver à 182,4 millions d’ELE. La hausse des importations dans l’année 2020 s’explique en partie par la diminution du tourisme d’achat.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - janvier 2021

12.02.21 | En janvier, les températures se sont révélées en moyenne de deux degrés inférieures à la norme 1981-2010 à la montagne, mais elles sont restées dans la norme dans les régions de basse altitude du nord du pays. Entre le 9 et le 11 janvier, une zone de haute pression a apporté les températures nocturnes les plus basses, comprises entre -7 à -9 degrés à basse altitude au nord des Alpes. À partir du 12 janvier, de grandes quantités de neige sont tombées à plusieurs reprises jusqu’en plaine. Les chutes de neige ont perturbé la circulation dans certaines régions et entraîné un danger d’avalanches prononcé à la montagne. Par endroits, les précipitations se sont révélées très importantes, de l’ordre de 200 à 300 % de la norme 1981-2010, ce qui, avec la fonte des neiges, a entraîné des inondations dans plusieurs localités. En production végétale, les nuits de gel et les précipitations abondantes devraient avoir des effets positifs sur la période de végétation à venir, du moins là où les inondations et le poids de la neige n’ont pas causé de dégâts.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 06/2021

12.02.21 | Dans l’année du coronavirus 2020, la valeur des exportations et celle des importations ont diminué au total. Par contre, dans le commerce extérieur agricole des chapitres douaniers 1 à 24, seules les exportations ont diminué de 3,7 %, pendant que les importations ont augmenté de 2,5 %. Quant aux exportations, une nette augmentation par rapport à l’année précédente se manifeste exclusivement dans le chapitre 9 (café et thé : +193 millions de CHF). Cependant, les importations de fruits (+108 millions de CHF), de café et de thé (+67 millions de CHF), de préparations alimentaires diverses (+64 millions CHF), de légumes (+51 millions de CHF) ainsi que de produits laitiers et d’œufs (42 millions de CHF) ont nettement progressé. La forte diminution du tourisme d’achat devrait être une raison importante pour l’augmentation des importations de denrées alimentaires dans les chapitres douaniers énumérés.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 05/2021

05.02.21 | L’effectif de vaches mères continue à grimper. Pour cette raison, plus de jeunes taureaux, bœufs et génisses sont engraissés, la plupart du temps au pâturage. En 2020, un tiers de tous les taureaux, bœufs et génisses abattus étaient à l’âge de 8 à 12 mois. La part à la production de viande est plus petite avec une valeur de 29 %, suite au poids à l’abattage moins élevé de ces animaux. Par contre, les abattages de taureaux et de génisses à l’âge au- dessus de 12 mois sont en stagnation. Suite à la propagation de l’engraissement au pâturage, la part des bœufs augmente. En 2020, 31 % des sujets mâles abattus étaient des bœufs.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - décembre

11.01.21 | L’année 2020 s’est terminée par un doux mois de décembre. Le sud de la Suisse et les Alpes ont reçu d’importantes chutes de neige. L’ensoleillement est parfois resté très faible par endroits, surtout sur le versant nord des Alpes. Dans l’ensemble, l’année 2020 a été aussi chaude que l’année de sécheresse de 2018. Elle a commencé par l’hiver le plus doux depuis le début des mesures. Le printemps a lui aussi été plus chaud qu’à la normale et, par ailleurs, très sec. Les précipitations sont toutefois encore arrivées à temps dans la plupart des régions à partir de la fin avril, empêchant ainsi une nouvelle année de sécheresse. Avec deux vagues de canicule modérée, l’été 2020 est resté dans les normes. Ce sont surtout les intempéries de la fin août et les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le sud du pays qui resteront gravées dans les mémoires. D’importantes précipitations sont aussi survenues en octobre, compliquant ainsi les dernières récoltes de l’année. Dans l’ensemble, l’année 2020 s’est révélée plus chaude et plus ensoleillée qu’à la normale, et plutôt sèche. L’agriculture a bénéficié de conditions favorables dans la plupart des endroits.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - novembre

11.12.20 | Novembre 2020 s’est montré très doux, ensoleillé et sec. Sur le versant sud des Alpes, ce fut l’un des mois de novembre les plus secs depuis un siècle. À l’échelle du pays, il n’est tombé que 20 % de la pluie de la norme 1981-2010. La température moyenne a dépassé de 2,6 degrés la norme 1981-2010. Ces dernières années, seuls les mois de novembre 2014 et 2015 ont été plus chauds. Ce n’est que le 19 novembre qu’un front froid est venu chasser l’anticyclone, entraînant des chutes de neige à moins de 1000 mètres sur le nord du pays. La baisse de température du 19 novembre ressort bien dans le graphique lié au tableau 1.3. Le Plateau suisse s’est souvent retrouvé sous le brouillard en raison des hautes pressions. La pluviométrie n’a atteint que 60 % de la norme pendant tout l’automne, les seules précipitations abondantes étant tombées en octobre.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - octobre

10.11.20 | Octobre 2020 a été frais et pluvieux. La température moyenne était de 1,3 degré inférieure à la norme de 1981-2010. En particulier dans le Sud de la Suisse, des précipitations abondantes sont tombées en très peu de temps. Il a fallu attendre la seconde moitié du mois pour voir les hautes pressions gagner du terrain. Le fœhn a entraîné des températures allant jusqu'à 24 degrés dans les vallées à fœhn. À partir du 26 octobre, un front froid a provoqué des chutes de neige jusqu'à une altitude de 1000 mètres. Dans les vallées alpines, la limite pluie-neige est tombée à 500 mètres par endroits. Jusqu'à présent, la grêle a causé relativement peu de dommages cette année (tableau 1.4).

Lire la suite
Points de vue
Non à l’initiative extrême pour des multinationales responsables

03.11.20 | L’initiative populaire « Entreprises responsables – pour protéger l’être humain et l’environnement » (abrégée initiative pour des multinationales responsables) passera en votation le 29 novembre prochain. Elle veut obliger les entreprises suisses à se livrer à un examen de diligence raisonnable pour prouver à la Confédération qu’elles respectent les normes internationales en matière de droits de l’homme et d’environnement. L’examen porte aussi sur les relations commerciales à l'étranger. En vertu de l’initiative, toute entreprise qui ne remplit pas son devoir de diligence raisonnable répondra des dommages causés en Suisse et à l’étranger par ses activités et sera sanctionnée en conséquence par la Confédération. Il en résulte un renversement du fardeau de la preuve pour le moins controversé : il n’appartient pas, comme d’habitude, à l’État de prouver une violation, mais c’est l’entreprise qui doit prouver à l’État qu’elle est en règle.

Lire la suite