Contenu principal

Que vaut encore le bien-être animal ?

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans, de Suisseporcs et de la Fédération suisse des engraisseurs de veaux du 11 décembre 2018 

Coop annonce qu’elle réduira de manière considérable, voire supprimera son programme Naturafarm à partir de 2019. Cette décision constitue non seulement une régression en matière de bien-être animal dans l’agriculture suisse, mais aussi un problème de grande envergure pour les familles paysannes qui ont investi en conséquence pour participer au programme. Cette mauvaise nouvelle intervient après celle de Migros, qui a annoncé qu’elle ne paierait plus de prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. Les producteurs demandent aux détaillants de revenir sur leurs décisions incompréhensibles et de négocier avec eux. 

 « Naturafarm : notre engagement en faveur des animaux. Les animaux des fermes Naturafarm peuvent se déplacer librement et aller à l’extérieur. Les stabulations sont organisées en aires, où ils peuvent manger, jouer, dormir », écrit Coop sur son site web. Le programme Naturafarm s’inscrit dans les engagements de Coop « Des paroles aux actes ». À présent, l’enseigne prévoit de tailler dans son offre de produits Naturafarm et d’orienter ses actes dans une autre direction. Ainsi, le programme des porcs Naturafarm sera réduit de 30 %, tandis que celui pour la viande de veau Naturafarm sera stoppé net. Pour justifier son action, Coop invoque un recul marqué dans la demande des programmes de viande sous label. Quelques jours auparavant, Migros a annoncé qu’elle arrêterait de payer la prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. 

Pour l’Union suisse des paysans (USP), Suisseporcs et la Fédération suisse des engraisseurs de veaux (FSEV), ces plans sont incompréhensibles. Les programmes en question reposent sur des prescriptions en matière d’élevage inscrites dans la loi suisse sur la protection des animaux, impliquant pour les producteurs des dépenses supplémentaires. Si Coop met fin à son programme Naturafarm, les familles paysannes perdront la plus-value dont elles ont besoin pour amortir leurs investissements. Sans partenaire fiable, il sera difficile d’accroître encore le niveau du bien-être animal et, partant, de créer de la valeur sur le marché. 

Tous les sondages révèlent qu’un niveau élevé de bien-être animal est la première exigence des consommateurs envers l’agriculture suisse. Une récolte de signatures est d’ailleurs en cours pour lutter contre l’élevage intensif soi-disant pratiqué en Suisse. Au vu du chiffre d’affaires insatisfaisant réalisé par la vente de viande sous label, il reste à savoir si ces engagements ne constituent désormais plus que des promesses sans lendemain. Le bien-être animal n’est-il finalement réduit qu’à une simple question d’argent ?

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Meinrad Pfister

Président Suisseporcs

Téléphone 079 916 00 41

Samuel Graber

Président FSEV

Téléphone 079 859 54 39

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 03/2022

21.01.22 | Les animaux de boucherie qui sont commercialisés sous label ont profité de conditions d’élevage qui sont supérieurs aux normes légales. Pour cette raison, la garde d’animaux sous label provoque un effort supplémentaire ce qui augmente les frais et provoque des prix élevés lors de la vente. En 2020, la part des animaux de boucheries de gros et de petit bétail labelisés se situait entre 11 et 40 %. À long terme, une augmentation de la part des animaux labelisés ne peut être décelée que pour les vaches. Cependant, l’offre d’animaux labelisés supplémentaires serait tout à fait disponible dans l’agriculture. Ce qui manque, c’est la demande.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 02/2022

14.01.22 | Suite à la mauvaise récolte 2016, une quantité élevée de 933'983 tonnes de grains de céréales a été importée en 2017. Dans les années suivantes, les importations ont diminué suite à des meilleures récoltes en Suisse. A l’heure actuelle, les importations augmentent de nouveau. La raison est la mauvaise récolte 2021. En 2020, une quantité de 685'131 tonnes a été importée du mois de janvier jusqu’au mois de novembre. Dans la même période 2021, une quantité de 765'369 tonnes a été importée. Ceci correspond à une augmentation de 11,7 %. En 2022, il faut s’attendre à une hausse supplémentaire des importations, comme en 2017.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - décembre 2021

11.01.22 | Le premier tiers de décembre a débuté avec beaucoup de neige, parfois jusqu’en plaine. Le deuxième tiers a surtout connu de grandes étendues de brouillard élevé, le soleil brillant en premier lieu au-dessus des sommets. Le troisième tiers s’est terminé avec des températures douces et les nombreuses précipitations sont tombées avant tout sous forme de pluie. Sur une grande partie du territoire, la température moyenne de décembre a été supérieure de 1 degré à la norme 1981-2010. D’un point de vue météorologique, l’année 2021 restera dans les annales pour les précipitations extrêmes de l’été et les nombreux orages de grêle.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 01/2022

07.01.22 | En 2020 et 2021, les importations de légumes frais ont augmenté nettement. En 2020, 247'992 tonnes de légumes ont été importées ce qui correspond à une quantité de 28 kilogrammes par habitant. C’est une augmentation de 10 % par rapport à l’année précédente. Surtout lors du confinement, les importations ont été plus abondantes. Dans l’année en cours, les intempéries ont provoqué une mauvaise récolte indigène de légumes ce qui est une des raisons pour l’augmentation des importations. Jusqu’à la fin du mois d’octobre, la quantité cumulée des importations a encore augmenté par rapport à la même période de l’année précédente de 9 %.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 50/2021

17.12.21 | En 2020 et 2021, les importations de légumes frais ont augmenté nettement. En 2020, 247'992 tonnes de légumes ont été importées ce qui correspond à une quantité de 28 kilogrammes par habitant. C’est une augmentation de 10 % par rapport à l’année précédente. Surtout lors du confinement, les importations ont été plus abondantes. Dans l’année en cours, les intempéries ont provoqué une mauvaise récolte indigène de légumes ce qui est une des raisons pour l’augmentation des importations. Jusqu’à la fin du mois d’octobre, la quantité cumulée des importations a encore augmenté par rapport à la même période de l’année précédente de 9 %.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - novembre 2021

10.12.21 | Les températures de novembre étaient de 0,5 degré inférieures à la norme 1981-2010 dans les régions de basse altitude du versant nord des Alpes, et à peine supérieures dans les régions de haute altitude. Au sud des Alpes, les températures ont dépassé la norme de 0,5 degré en moyenne. Les bancs de stratus persistants, qui ont donné lieu à un temps brumeux en plaine et plutôt ensoleillé en altitude, pourraient en être à l’origine. De fortes précipitations ont marqué le début du mois de novembre. Les Alpes orientales ont notamment connu d’importantes chutes de neige. À partir du 25 novembre, une zone de basse pression a amené la neige jusqu’en plaine. Il n’empêche que, dans l’ensemble, novembre n’a enregistré que peu de précipitations, celles-ci n’atteignant que 30 à 50 % de la norme par endroits. Aux Grisons et sur le versant sud des Alpes, les précipitations ont été plus importantes que d’habitude. Tout l’automne a lui aussi été très sec de manière générale. Dans le Nord de la Suisse, certaines régions n’ont connu que 30 à 40 % des précipitations habituelles. Seule l’Engadine a vu des précipitations supérieures à la moyenne en automne.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 49/2021

10.12.21 | Selon le bilan alimentaire, la part de denrées alimentaires végétales par rapport à la consommation d’énergie a légèrement augmenté ces dernières années. La tendance estimée postule une augmentation de 69,3 % à 70,3 %. Donc, l’augmentation est encore très modeste avec une différence d’un pourcent. Les conséquences pour la pro-duction agricole et le secteur de l’alimentation peuvent toutefois être importantes, si cette tendance continue dans les années à venir. La tendance correspond au discours contemporain et aux enquêtes relatives aux nombre de végétariens et de végétaliens dans la population suisse.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 48/2021

03.12.21 | En Suisse, aucun animal de rente dispose d’une distribution tellement spéciale comme les poules pondeuses. 11'570 exploitations agricoles détiennent 3'487'972 poules pondeuses, ce sont 23 % de toutes les exploitations (année 2020). Ceci correspond à un effectif moyen de 301 poules par exploitation. Cependant, 83 % des exploitations avec des poules pondeuses gardent un effectif de moins de 50 poules. Ces exploitations ne détiennent que 3,6 % de l’effectif total et produisent une petite partie des œufs, surtout destinés pour la vente en directe et leurs besoins propres. 2 % des exploitations avec des poules disposent d’un effectif de 4000 poules ou plus et gardent 66 % des poules pondeuses. Ce sont les producteurs professionnels et les œufs de leurs poules sont vendus pour la plupart dans le commerce de détail. Conclusion : La plupart des exploitations garde un petit nombre de poules, pendant que la plupart des poules se trouve sur un petit nombre d’exploitations. La moyenne calculé de 301 poules par exploitation est donc plutôt trompeuse. En Suisse, le nombre de poules pondeuses par exploitation est limité à 18'000 poules (ordonnance sur les effectifs maximums dans la production de viande et d'œufs, SR 916.344).

Lire la suite