Contenu principal

Que vaut encore le bien-être animal ?

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans, de Suisseporcs et de la Fédération suisse des engraisseurs de veaux du 11 décembre 2018 

Coop annonce qu’elle réduira de manière considérable, voire supprimera son programme Naturafarm à partir de 2019. Cette décision constitue non seulement une régression en matière de bien-être animal dans l’agriculture suisse, mais aussi un problème de grande envergure pour les familles paysannes qui ont investi en conséquence pour participer au programme. Cette mauvaise nouvelle intervient après celle de Migros, qui a annoncé qu’elle ne paierait plus de prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. Les producteurs demandent aux détaillants de revenir sur leurs décisions incompréhensibles et de négocier avec eux. 

 « Naturafarm : notre engagement en faveur des animaux. Les animaux des fermes Naturafarm peuvent se déplacer librement et aller à l’extérieur. Les stabulations sont organisées en aires, où ils peuvent manger, jouer, dormir », écrit Coop sur son site web. Le programme Naturafarm s’inscrit dans les engagements de Coop « Des paroles aux actes ». À présent, l’enseigne prévoit de tailler dans son offre de produits Naturafarm et d’orienter ses actes dans une autre direction. Ainsi, le programme des porcs Naturafarm sera réduit de 30 %, tandis que celui pour la viande de veau Naturafarm sera stoppé net. Pour justifier son action, Coop invoque un recul marqué dans la demande des programmes de viande sous label. Quelques jours auparavant, Migros a annoncé qu’elle arrêterait de payer la prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. 

Pour l’Union suisse des paysans (USP), Suisseporcs et la Fédération suisse des engraisseurs de veaux (FSEV), ces plans sont incompréhensibles. Les programmes en question reposent sur des prescriptions en matière d’élevage inscrites dans la loi suisse sur la protection des animaux, impliquant pour les producteurs des dépenses supplémentaires. Si Coop met fin à son programme Naturafarm, les familles paysannes perdront la plus-value dont elles ont besoin pour amortir leurs investissements. Sans partenaire fiable, il sera difficile d’accroître encore le niveau du bien-être animal et, partant, de créer de la valeur sur le marché. 

Tous les sondages révèlent qu’un niveau élevé de bien-être animal est la première exigence des consommateurs envers l’agriculture suisse. Une récolte de signatures est d’ailleurs en cours pour lutter contre l’élevage intensif soi-disant pratiqué en Suisse. Au vu du chiffre d’affaires insatisfaisant réalisé par la vente de viande sous label, il reste à savoir si ces engagements ne constituent désormais plus que des promesses sans lendemain. Le bien-être animal n’est-il finalement réduit qu’à une simple question d’argent ?

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Meinrad Pfister

Président Suisseporcs

Téléphone 079 916 00 41

Samuel Graber

Président FSEV

Téléphone 079 859 54 39

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 41/2021

15.10.21 | Les prix de l’énergie à la hausse et des problèmes de logistique ainsi qu’en termes de flux de marchandises sont responsables du renchérissement actuel. Un regard vers le passé peut avoir un effet calmant : Ces dernières années, l’augmentation des prix à la consommation était faible et parfois les prix ont même reculé. Les prix des aliments à la consommation ont encore moins augmenté. Peut-être, c’est la raison pourquoi le problème des déchets alimentaires s’est accentué. – Ce qui n’a que peu de valeur, ne requiert pas d’attention particulière. Pour l’agriculture, les prix des agents de production se sont développés de manière favorable ces dernières années. Le renchérissement actuel est certes ennuyeux, mais il ne faut guère s’attendre à une augmentation extrême des coûts. D’une façon générale, les prix des produits agricoles ont légèrement augmenté les deux dernières années. Par contre, il est peu probable qu’ils vont grimper au niveau de l’année 2008. 2008, c’était l’année de la crise alimentaire mondiale.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - septembre 2021

11.10.21 | La fraîcheur du mois d’août a fait place à un ensoleillement supérieur à la moyenne durant un mois de septembre particulièrement doux. Des températures élevées ont été enregistrées, en particulier pendant la première partie du mois. Tout comme au mois d’août, les précipitations sont restées inférieures à la moyenne. Par endroits, la quantité de pluie n’a même pas atteint un tiers des valeurs normalement observées en septembre. 6927 cas de sinistres engendrés par la grêle ont été signalés au mois de juin et 3577 au mois de juillet (tableaux 1.4 et 1.5). Le nombre de sinistres déclarés pour l’année en cours (août compris) s’est élevé à 11'212. L’assurance Suisse Grêle estime les dommages assurés à 110 millions de francs et parle de la pire année de grêle depuis sa fondation. L’agriculture a aussi été fortement affectée par des dommages causés par des forces naturelles cette année, car la grêle s’est souvent accompagnée de fortes pluies et d’inondations.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 40/2021

08.10.21 | L’année en cours provoque des rendements très bas en production végétale. Toutes les cultures ont été touchées par du gel tardif, des fortes précipitations, des inondations, de l’eau stagnante, du manque de soleil, de la grêle et/ou des tempêtes. L’assurance « Suisse Grêle » parle de la pire année dans ses 141 ans d’existence et estime les dégâts de grêle et élémentaires assurés à plus de 110 millions de francs. Les récoltes des cultures les plus importantes sont estimées de 7 % (céréales fourragères) à 73 % (abricots) plus petites que celles de l’année précédente.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 39/2021

01.10.21 | En Suisse, les moutons sont surtout élevés pour la production de viande. En 2020, la production de viande ovine a livré un pourcent de la production indigène de viande. Sur le marché, surtout la viande d’agneaux est commercialisée, c’est-à-dire la viande de jeunes animaux d’engraissement. Depuis deux ans, les prix à la production se sont développés de manière très positive pour les producteurs. Par contre, il est étonnant que la production diminue depuis plus d’une année. En l’espace d’une année, la production a reculé de trois pour cent. Cependant, l’effectif de moutons est stable et - selon une première estimation - il ne paraît pas diminuer durant l’année en cours.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 38/2021

24.09.21 | Les doses de spermes sexées permettent de choisir le sexe du veau à l’avance. Ainsi, il est possible de produire surtout de veaux femelles lors des inséminations avec des taureaux issus d’une race laitière. Par la suite, les veaux femelles sont élevés pour la production laitière. De cette façon, on peut éviter les veaux mâles issus de races laitières qui se prêtent mal à l’engraissement. Avec l’utilisation accrue de cette méthode, le pourcentage de veaux femelles augmente. Ces 12 derniers mois, sur un total de 675'152 vêlages, un nombre de 359'251 femelles et de 315'091 mâles a été annoncé. Ainsi, le pourcentage de veaux femelles s’élève actuellement à 53,2 %. Si l’évolution présente continue, le pourcentage de veaux femelles peut augmenter jusqu’à environ 60 %.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 37/2021

17.09.21 | En 2020, 1'593'953 tonnes de lait de vache ont été transformées en fromage et en séré. Ceci correspond à 46,8 % de la quantité transformée totale de 3'405'139 tonnes. L’importance du fromage pour le secteur laitier a constamment augmenté ces dernières années. Avec un net écart, le beurre suit avec une part de 14,4 % et le lait de consommation avec une part de 11,3 %. Dans l’année 2020, marquée par le coronavirus, la quantité du lait transformée en lait de consommation a augmenté pour la première fois depuis plusieurs années. Vous trouverez de plus amples informations au sujet de la branche laitière suisse dans la publication « Statistique laitière de la Suisse 2020 ».

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - août 2021

13.09.21 | Le mois de juillet 2021 a été marqué par de nombreuses précipitations. Néanmoins, grâce à un printemps sec, le bilan hydrique cumulé jusqu’au mois de juillet n’a pas atteint le niveau de l’année 2016 (tableau 1.2). Le mois d’août a été frais. Dans la plupart des régions, les températures sont restées sous la norme 1981-2010. Au début du mois, le temps a été marqué par une basse pression. En particulier au sud des Alpes, des orages parfois violents ont éclaté, avec des précipitations quotidiennes supérieures à 100 mm. Entre le 10 et le 14 août, l’ensoleillement a été fort dans toutes les régions, avec des températures supérieures à 30 °C. Le 16 août, un front froid a suivi avec, selon les régions, de fortes précipitations. Le 18 août, un anticyclone a entre autres provoqué des nuages comparables à du brouillard élevé. La pluie est à nouveau tombée sur la Suisse orientale le 26 août. En Suisse romande, en Valais et au Tessin, le temps est resté assez sec et ensoleillé. Globalement, les précipitations en août ont été plus faibles que la norme 1981-2010.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 35/2021

03.09.21 | Les informations disponibles concernant la récolte de blé signalent des rendements qui sont meilleurs que l’on craignait à cause des intempéries. On peut présumer qu’il n’y aura pas de mauvaise récolte comme en 2003 (trop sec) ou 2016 (trop humide). Selon une première estimation, la surface de blé a augmenté de 4,4 % par rapport à l’année précédente. Par conséquent, la récolte totale pourrait même atteindre le niveau de l’année précédente à peu près. Une partie du blé est cultivé depuis le début comme blé fourrager. A cela s’ajoute le blé cultivé pour l’alimentation, mais germé. Il s’agit de grains qui commencent à germer déjà avant la récolte, surtout à cause de conditions humides. Le blé germé ne peut être utilisé que pour l’affouragement. Son prix est nettement plus bas que celui du blé panifiable. Une quantité importante de blé germé a été récoltée en 2007, une année très pluvieuse. Dans l’année en cours, avec des précipitations nombreuses, la quantité de blé germé est également plus élevée. Un bon nombre d’agriculteurs doivent donc s’attendre à des pertes financières à cause de blé germé.

Lire la suite