Contenu principal

Rapport sur le marché du foin, de la paille et des produits secs

Foin

En ouverture de l’assemblée d’été de l’Association suisse des négociants en fourrages (ASNF), le président, Fabian Gut, a déclaré que le printemps humide et frais de cette année avait eu des répercussions sur le marché du foin. Les réserves de foin se sont épuisées en raison des basses températures enregistrées jusqu’en mai. « Les granges se sont vidées, mais il faut aussi en voir le bon côté : nous pouvons à nouveau les remplir à présent », a ajouté Fabian Gut. La qualité du foin est jugée satisfaisante jusqu’ici. Les prix indicatifs du foin sont maintenus au niveau de l’année dernière. 

  • Foin séché, en petites et grandes balles, départ ferme : 29 à 32 CHF les 100 kg
  • Foin non ventilé, en petites balles, départ ferme : 25 CHF les 100 kg
  • Foin non ventilé, en grandes balles, départ ferme : 18 CHF les 100 kg

Une bonne récolte en 2021 permettrait de combler le déficit, mais en cas de récolte moyenne, les pertes subies en avril risqueraient de se faire sentir en automne.

Paille

Les réserves de paille sont, elles aussi, épuisées. La France a eu une mauvaise récolte en 2020, mais elle disposait encore de réserves de 2019, faute de quoi de grandes quantités de paille auraient été retirées du marché européen. Les échanges ont été bons pendant l’hiver et jusqu’en mai, a relevé le président de l’ASNF. Étant donné que les prix de la paille provoquent bien des remous, le comité a convenu d’une fourchette de prix pour le prix indicatif.

  • Grandes balles, départ ferme : 10 à 12 CHF les 100 kg
  • Petites balles, départ ferme : 14 à 16 CHF les 100 kg
  • Récoltée en andains (récolte 2021), 5 CHF les 100 kg

Pour le transport, l’augmentation au 1er juillet de la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) pèsera dans la balance en fonction de l’âge du parc automobile. Cette mesure vise à transférer encore plus de marchandises de la route vers le rail dans le trafic transalpin. Les camions Euro 4 et Euro 5 vont passer de la catégorie moyenne à la catégorie la plus chère de la RPLP. Selon l’Office fédéral des transports, ce changement concernera dix à vingt pour cent des capacités de transport de marchandises par la route.

Produits secs

Alors que d’importantes quantités de bouchons de maïs étaient encore disponibles en avril, les stocks ont quelque peu diminué en mai.  Le président de l’ASNF a précisé que des produits sont encore disponibles à l’heure actuelle. Dans le cas des betteraves sucrières, l’interdiction du traitement au Gaucho en 2020 s’est traduite par une propagation plus importante de la jaunisse virale. Ces infestations ont entraîné une baisse des rendements et, partant, un recul des quantités disponibles de pulpes de betteraves sucrières. 

Bio Suisse : 100 % de fourrage grossier bio suisse dès 2022

À partir de 2022, les exploitations Bourgeon de Suisse ne devront utiliser que des fourrages grossiers bio suisses. Les négociants en fourrages se demandent à quel moment la mise en place de chaînes d’approvisionnement devient rentable et dans quelle mesure les quantités manquantes sont comblées par des autorisations spéciales. « Nous sommes impatients de voir comment les nouvelles directives d’affouragement de Bio Suisse vont modifier le marché », a lancé Fabian Gut. 

Katharina Scheuner

Katharina Scheuner

Belpstrasse 26, 3007 Bern
katharina.scheuner@sbv-usp.ch   
Département Communication et services internes
Division Communication

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Les coûts supplémentaires supportés par les exploitations agricoles ne sont pas couverts

07.07.22 | En magasin, les prix des denrées alimentaires augmentent, mais les familles paysannes indigènes ne touchent pas la différence. Et pourtant, « l’élévation des prix des matières premières » reste un argument utilisé à tort et à travers pour justifier l'augmentation en magasin.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 25-2022

04.07.22 | En ce qui concerne les denrées alimentaires, le renchérissement arrive avec du retard en Suisse. Selon l’Office fédéral de la statistique, les prix à la consommation des denrées alimentaires ont augmenté de 0,9 % seulement au mois de mai 2022 par rapport au mois de mai 2021. Ceci tient à plusieurs raisons : Le cours élevé du franc suisse a un effet modérateur sur les prix. Une partie des produits indigènes en vente provient encore des récoltes de l’année passée. Les importations sont souvent réglées par des contrats à long terme et les produits concernés arrivent avec un certain retard en vente. Les prix à l’importation de produits agricoles non transformés et transformés ont augmenté lentement, mais ils vont influencer les prix à la consommation de plus en plus.

Lire la suite
Communiqués de presse
Dès demain, la Suisse ne mange plus qu’à l’étranger

01.07.22 | La Suisse atteindra son « Food Overshoot Day » ce samedi 2 juillet. En effet, l'agriculture indigène ne produit que 52 % des denrées alimentaires dont a besoin la population du pays. D’un point de vue statistique, nous nous nourrirons donc à compter de demain et ce jusqu’à la fin de l’année exclusivement d’importations, dont la production et le transport impactent davantage la planète.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 24-2022

17.06.22 | La population suisse s’accroît continuellement. En 2000, la Suisse comptait 7,2 millions d’habitants. En 2021, ce chiffre a atteint 8,8 millions. Ainsi, la surface agricole disponible par personne a reculé. En 2000, une surface de 570 mètres carrés de terres arables était disponible par personne. Ce chiffre a reculé à 453 mètres carrés en 2021. Cette surface correspond à un carré de 21,3 fois 21,3 mètres et à une diminution de 20,5 % par rapport à 2000. Si on tient compte de la surface agricole totale, on arrive à une diminution relative presque identique de 20,3 % par habitant.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 05-22 : La guerre en Ukraine et l’agriculture

13.06.22 | La guerre en Ukraine fait grimper en flèche les coûts de production dans l’agriculture. À l’heure actuelle, les coûts supplémentaires pour l’année 2022 sont estimés à 900 millions de francs. Les coûts supplémentaires effectifs dépendront de l’évolution future. Si l’on ne veut pas que le revenu agricole diminue sensiblement, les prix à la production doivent augmenter en conséquence.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mai 2022

13.06.22 | Le mois de mai a connu un nombre record de jours d’été ; il s’agit du deuxième mois de mai le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul mai 1968 a été encore plus chaud. Genève a connu 15 jours d'été avec une température maximale de 25 degrés ou plus, Locarno en a connu 16. En Suisse alémanique, il y a eu moins de dix jours d'été. Sur une grande partie du territoire, les précipitations sont restées inférieures à la norme 1991-2020. En Suisse romande et en Valais, les précipitations n’ont parfois même pas atteint les 30 % de la norme 1991-2020. Dans certaines régions du sud de la Suisse, elles sont restées en dessous des 40 % de la norme alors qu’en Suisse alémanique, elles se situaient entre 40 et 80 % de la norme. Le mois de mai a marqué la fin d'un printemps doux, ensoleillé et pauvre en précipitations. Ce fut l’un des dix printemps les plus secs depuis le début des mesures.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 23-2022

10.06.22 | La surface est répartie de manière inégale entre les exploitations agricoles. 28,4 % des exploitations ont une grandeur entre 10 et 20 hectares, mais n’exploitent au total que 20,0 % de la surface. En somme, 56,5 % des exploitations (plus de la moitié) exploitent moins que 20 hectares par exploitation. Cependant, elles exploitent au total 26,1 % de la surface (environ un quart). Selon la surface, la catégorie des exploitations avec 30 jusqu’à 50 hectares est la plus importante : ces 16,4 % des exploitations disposent au total de 29,4 % de la surface.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 22-2022

03.06.22 | La vague de renchérissement n’a pas encore atteint les prix des denrées alimentaires dans le commerce de détail. Les prix touchés par les exploitations agricoles pour leurs produits n’ont que peu bougé jusqu’à ce jour. Ceci n’a guère été possible comme les récoltes en production végétale sont juste en train de débuter. Par contre, les prix des agents de la production agricole ont nettement augmenté, surtout les prix des engrais, de l’énergie (y compris les carburants) et des fourrages. Au mois d’avril 2022, l’indice des prix d’achat des agents de la produc-tion agricole était à 112,2 points (décembre 2020 = 100) et a ainsi augmenté de 10,4 % par rapport au niveau du mois d’avril 2021. Ceci engendre des frais supplémentaires de 900 millions de francs estimés pour l’agriculture au cours de l’exercice actuelle. Une nette augmentation des prix pour les produits agricoles sera nécessaire, sinon le revenu des agriculteurs et des agricultrices va reculer de manière importante.

Lire la suite