Contenu principal

Vers une formation initiale de trois ou quatre ans à l’avenir

Communiqué de presse de l’OrTra AgriAliForm du 11 janvier 2021

Face à un cadre en évolution constante, la formation agricole initiale fait l’objet d’adaptations régulières. Début 2020, l’OrTra AgriAliForm a posé la première pierre de la prochaine révision en réalisant une enquête auprès de ses organisations membres. Sur cette base, un nouveau modèle de formation, axé sur un apprentissage de trois ans et d’une année supplémentaire, a vu le jour. Ce modèle permet de répondre au mieux à la multitude d’exigences posées à la formation initiale.

L’apprentissage menant au CFC en trois ans demeure au cœur du nouveau modèle prévu, avec une orientation à approfondir en troisième année déjà. À cela s’ajoute une quatrième année d’apprentissage facultative, permettant de choisir une orientation supplémentaire. Tels sont les contours sur lesquels se sont entendus les comités de l’Union suisse des paysans et d’AGORA.

Une quatrième année d’apprentissage facultative

En restant possible en trois ans, la formation professionnelle reste attrayante tant pour les personnes accomplissant une deuxième formation ou une formation de rattrapage que pour les exploitations à temps partiel et celles avec une seule branche de production. L’année supplémentaire facultative permettra de compléter les connaissances de quiconque souhaite diriger une exploitation plus diversifiée ou active dans des secteurs spécialisés. Cette quatrième année permettra d’acquérir les compétences pour remplir les exigences élevées de la profession. Dans ce modèle, les deux premières années d’apprentissage sont les mêmes pour l’ensemble de la profession. Elles couvrent les compétences de base de la profession respective. Vient ensuite le choix d’une orientation pour la troisième année d’apprentissage. Enfin, une quatrième année permet de choisir une orientation supplémentaire. Il s’agit d’une année d’apprentissage comme les autres, pour laquelle il faut disposer d’un contrat d’apprentissage et d’une entreprise formatrice adéquate.

Les autres professions doivent encore se positionner

Les orientations proposées peuvent être choisies tant en troisième et qu’en quatrième année d’apprentissage. Il ne s’agit donc pas d’approfondissement dans le contenu, mais d’élargissement de la formation à d’autres thèmes. Parmi les idées déjà évoquées d’orientations possibles pour la profession d’agriculteur figurent la production fourragère, les grandes cultures, le bétail laitier, l’élevage allaitant et l’engraissement de bétail bovin, les petits ruminants, l’élevage porcin, l’économie alpestre ou l’aviculture. La production biologique est également prévue comme orientation à part entière. La formation doit ainsi permettre une préparation ciblée à la gestion de sa propre exploitation et aux exigences qui en découlent.

Le modèle convient aussi aux cultures spéciales, aux aviculteurs ou à une spécialisation dans l’élevage porcin. Les professions actuelles du champ professionnel peuvent continuer à exister de manière indépendante ou s’intégrer complétement à la profession d’agriculteur. Il appartiendra aux filières respectives de définir les contenus pour chaque orientation. Elles doivent décider elles-mêmes si cela est souhaité et le feront en ce début d’année 2021.

Prochaines étapes

Le comité de l’OrTra AgriAliForm prendra sa décision finale en avril 2021, sur la base des souhaits exprimés par les organisations membres. Le véritable travail de révision, avec le remaniement des plans de formation, ne commencera que par la suite. Si les choses se déroulent au mieux, la formation initiale révisée pourrait prendre effet en août 2024.

 

 

Renseignements

Petra Sieghart

Laurstrasse 10
5201 Brugg

056 462 54 31
petra.sieghart@agriprof.ch

Loïc Bardet

Directeur Agora
Président de l’OrTra AgriAliForm

Mobile 079 718 01 88

Sur le même sujet

Communiqués de presse Vers une formation initiale de trois ou quatre ans à l’avenir

11.01.21 | Face à un cadre en évolution constante, la formation agricole initiale fait l’objet d’adaptations régulières. Début 2020, l’OrTra AgriAliForm a posé la première pierre de la prochaine révision en réalisant une enquête auprès de ses organisations membres. Sur cette base, un nouveau modèle de formation, axé sur un apprentissage de trois ans et d’une année supplémentaire, a vu le jour. Ce modèle permet de répondre au mieux à la multitude d’exigences posées à la formation initiale.

Lire la suite
Prises de position Konsultation BVG-Mindestzinssatz 2021

20.08.20 | Für die Möglichkeit, uns zur Höhe des BVG-Mindestzinssatzes 2021 in der obligatorischen Beruflichen Vorsorge vernehmen zu lassen, danken wir Ihnen. Nach Konsultation der Unterlagen sprechen wir uns für eine Beibehaltung des BVG-Mindestzinses von 1 % für das Jahr 2021 aus. Sowohl die neue, wie auch die alte Formel, welche der BVG-Kommission als Diskussionsgrundlage für ihre Empfehlung dienen, würden gemäss aktuellem Stand eine Senkung des BVG-Mindestzinses rechtfertigen. Wie bereits festgehalten, dienen die beiden Formeln als Diskussionsgrundlage. Deren Ergebnisse können nicht unbesehen für die Festlegung des BVG-Mindestzinses übernommen werden. Zu berücksichtigen ist das gesamte wirtschaftliche, gesellschaftliche und politische Umfeld. Die Herausforderungen der Vorsorgeeinrichtungen im Bereich der Kapitalanlagen sind unbestrittener weise sehr gross. Die Volatilität ist unverändert hoch. Nichtsdestotrotz darf festgestellt werden, dass sich die finanzielle Lage der Pensionskassen im Jahr 2020 sehr solide präsentiert. Unter diesem Aspekt besteht kein akuter Handlungsbedarf.

Lire la suite
Prises de position Änderung des Bundesgesetzes über die obligatorische Arbeitslosenversicherung und die Insolvenzentschädigung (AVIG) – Zusatzfinanzierung der Arbeitslosenversicherung

13.07.20 | Die Corona-Krise hat die Schweizer Wirtschaft unter Einschluss des Arbeitsmarkts stark getroffen. Die Nutzung der Kurzarbeitsentschädigung (KAE) ist in den vergangenen Monaten in die Höhe geschnellt. Gemäss dem erläuternden Bericht wurden im April für rund 36 Prozent aller angestellten Personen in der Schweiz KAE genehmigt. Dies hat natürlich eine grosse finanzielle Belastung der ALV zur Folge. Ohne finanzielle Unterstützung des Bundes im laufenden Jahr würde die ALV-Schuldenbremse aktiviert.

Lire la suite
Prises de position
Révision de la loi sur l’énergie

24.06.20 | En 2017, le peuple suisse a accepté la Stratégie énergétique 2050, décidant ainsi de renforcer le développement des énergies renouvelables. Les mesures d’encouragement mises en place à cet effet arriveront à terme fin 2022 et fin 2030. Le projet a pour objectif de créer davantage d’incitations aux investissements dans les installations indigènes de production d’électricité pour les énergies renouvelables, ainsi que de garantir la sécurité de l’approvisionnement en électricité à long terme. Des instruments d’encouragement existants sont prolongés et ajustés dans ce contexte. Selon une étude d’AgroCleanTech, l’agriculture pourrait produire 2100 GWh/an d’ici en 2030 et contribuer dans une large mesure à l’atteinte des objectifs climatiques. Sur le principe, l’USP adhère à l’orientation de la révision, vers une prolongation des mesures d’encouragement jusqu’en 2035 et, en particulier, une coordination des politiques énergétique et climatique. Nous regrettons toutefois vivement que le présent projet de loi ne contienne pas de solution, ni pour le maintien en service des installations de biogaz agricole existantes, ni pour l’extension absolument nécessaire de nouvelles installations. Nous demandons ainsi des valeurs cibles spécifiques aux technologies, car la sécurité d’approvisionnement et les objectifs climatiques étroitement liés ne peuvent être atteints qu’avec un mix énergétique approprié. Le projet de loi propose une bonne solution pour les installations photovoltaïques en prévoyant des contributions d’investissement importantes pour les installations sans consommation propre. En raison de la relation étroite avec la révision de la loi sur l’approvisionnement en électricité, nous saluons la mise en place annoncée d’électricité de quartier et de communautés énergétiques. Les consommateurs d’électricité dans les régions rurales ne doivent pas subir de discrimination dans ce contexte, l’agriculture étant dépendante d’un approvisionnement sûr à des prix compétitifs. Il faut rejeter une adaptation de la tarification du réseau à la composante de travail accrue. L’agriculture suisse souhaite contribuer à atteindre les objectifs de la Stratégie énergétique 2050 et les objectifs climatiques. Dans ce but, il est important que le cadre politique soit aménagé de manière à permettre une production décentralisée d’énergies renouvelables aussi simple et rentable que possible. L’encouragement est à élaborer de façon dépendante des technologies, afin d’exploiter le potentiel du photovoltaïque à l’avenir et de trouver une solution pour assurer la pérennité des installations de biogaz existantes et pour permettre une extension.

Lire la suite
Prises de position Consultation : Modification de l’ordonnance sur les lignes électriques (OLEI)

13.05.20 | Un écosystème sain est indispensable à une agriculture durable. A cet effet, l’agriculture fournit de nombreux efforts depuis de plusieurs années afin de conserver les milieux naturels nécessaires à une production agricole durable. Ainsi, l’Union suisse des paysans (USP) soutient pleinement la présente modification qui vise à obliger les gestionnaires de réseau à assainir les supports électriques représentant un risque d’électrocution pour les oiseaux. Sachant que les électrocutions aviaires représentent la principale cause de mortalité chez certaines espèces, l’USP se réjouit de ces nouvelles dispositions. En outre, les mesures d’assainissement proposées profitent non seulement à la nature mais aussi à l’économie et à la société, sachant que les accidents avec les oiseaux causent aussi des dégâts aux installations électriques.

Lire la suite
Communiqués de presse
Les paysans suisses disent merci

11.05.20 | Dès aujourd’hui, des paysannes et des paysans investissent les grandes gares de Suisse pour remercier la population de la confiance qu’elle leur a témoignée ces derniers temps et lui rappeler qu’ils continuent de garantir l’approvisionnement en aliments de la région. Ainsi l’Union suisse des paysans boucle-t-elle la campagne d’information prévue pour ce printemps. En revanche, le travail de sensibilisation mené dans le cadre de la campagne « Nous protégeons ce que nous aimons » se poursuit. Toutes les familles paysannes sont appelées à participer.

Lire la suite
Prises de position Pa. Iv. 19.475 "Das Risiko beim Einsatz von Pestiziden reduzieren"

30.04.20 | Am 10.02.2020 wurde die Vernehmlassung über die Parlamentarische Initiative 19.475 eröffnet. Für die uns gegebene Möglichkeit zur Stellungnahme bedanken wir uns. Der Schweizer Bauernverband (SBV) begrüsst die von der Kommission für Wirtschaft und Abgaben des Ständerates vorgeschlagenen Massnahmen zur Reduktion des Risikos beim Einsatz von Pestiziden. Der SBV ist der Ansicht, dass die Reduktion von Risiken, die von Pestiziden ausgehen, ein wichtiges und richtiges Ziel ist. Für eine zeitnahe Zielerreichung braucht es eine Vorgehensweise, die sämtliche Pestizide gleichermassen erfasst. Der SBV verlangt darum für Biozide ein gleiches Vorgehen wie bei den Pflanzenschutzmitteln. Ein Aktionsplan Biozide mit entsprechenden Fristen und verbindlichen Reduktionszielen ist darum unabdingbar. Die Anwendung von Pestiziden muss sowohl in der Landwirtschaft wie auch bei der öffentlichen Hand sowie den Privaten transparent erfasst werden. Der Bund muss dazu (was die Landwirtschaft betrifft), einen einfach zu bedienenden, übersichtlichen elektronischen Feldkalender mit entsprechenden Schnittstellen zur Verfügung stellen. Dieser soll die Anwender von Pflanzenschutzmitteln in ihrer Arbeit unterstützen und wichtige Informationen liefern. Eine Mitarbeit der Branchen begrüsst der SBV. Die Hauptverantwortung soll aber nach wie vor beim Bund liegen. Weitere Einzelheiten sind unserer offiziellen Stellungnahme zu entnehmen (Beilage). Der SBV sieht bezüglich der vorgeschlagenen Massnahmen noch einen gewissen Diskussionsbedarf. Wir würden daher einen direkten Austausch mit dem Bundesamt für Landwirtschaft sehr begrüssen. Gerne erwarten wir eine Rückmeldung um das weiterer Vorgehen zu definieren.

Lire la suite
Prises de position Vernehmlassung zum Agrarpaket 2020

07.04.20 | Der Schweizer Bauernverband (SBV) dankt dem Bundesrat für die Möglichkeit zur Stellungnahme im Rahmen dieser Anhörung des landwirtschaftlichen Verordnungspakets 2020. Der SBV hat ebenfalls eine interne Vernehmlassung bei seinen Mitgliedorganisationen durchgeführt und hat diese Stellungnahme am 7. April 2020 durch seinen Vorstand verabschiedet. Einmal mehr stellt der SBV fest, dass die Regulierungsdichte enorm bleibt. Er begrüsst v.a. die Änderungen, die zu einer Harmonisierung und einer administrativen Vereinfachung führen. Die Bauernfamilien profitieren aber zu wenig von diesen Änderungen. Die administrativen Vereinfachungen werden höchstens auf Stufe Bund und Kantone umgesetzt, nicht aber bei den bäuerlichen Familienbetrieben. Mit der Problematik mit dem Coronavirus sollen nur die Anpassungen gemacht werden, die nötig sind. Je nach Situation muss die Coronakrise mit in die Betrachtung einbezogen werden.

Lire la suite