Contenu principal

Des exploitations agricoles moins nombreuses mais plus grandes

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 11 mai 2020

En Suisse, les exploitations agricoles s’adaptent aux changements de situation. Or, les évolutions actuelles creusent le fossé entre les attentes de la société et les exigences économiques posées à ces exploitations.

L’Office fédéral de la statistique vient de publier les données structurelles de l’agriculture suisse pour 2019. Le nombre d’exploitations a diminué de 814 (-1,6 %), passant à 50 038. L’évolution des structures de ces dernières années ne faiblit donc pas. Le nombre d’exploitations disposant de plus de 30 hectares a augmenté. Suite à la réduction du nombre d’exploitations et à l’importance grandissante de l’automatisation, le nombre de personnes actives dans l’agriculture a lui aussi baissé. Les agriculteurs travaillant à plein temps accusent le plus fort recul, signe que davantage d’exploitations sont gérées à titre accessoire et que les revenus réalisés en dehors de l’agriculture sont de plus en plus importants. Aujourd’hui, vivre de l’agriculture seulement nécessite des surfaces toujours plus grandes.

Le secteur agricole ne cesse de s’adapter aux nouvelles situations. Le nombre d’exploitation bio a augmenté de 252, s’établissant à 7284 (+3,5 %). Cette évolution ne se révèle positive sur le long terme que si la demande évolue de manière analogue. Or, en 2019, tous les produits bio n’ont pas eu la chance de connaître pareille évolution. Malgré des coûts de production plus élevés, un nombre croissant de produits bio se sont retrouvés en vente comme des produits conventionnels. Le lait ou les produits laitiers comptent parmi les produits bio qui ont eu le plus de peine à s’écouler. 

L’effectif des vaches laitières s’est à nouveau inscrit en baisse, passant à 554 588 têtes (-1,2 %), tandis que celui des vaches allaitantes a augmenté de 2816 bêtes (+2,2 %). L’effectif des porcs continue lui aussi de baisser (-4,1 %), alors que celui des volailles augmente (+2,5 %). Dans les grandes cultures, c’est la poursuite de la tendance baissière des betteraves sucrières (-5,5 %) qui frappe le plus. Cette baisse est due d’une part au bas prix de production, et d’autre part à la complexification de la lutte contre les maladies et les ravageurs. La croissance qu’a connue jusqu’à présent la surface cultivée en colza s’est vue freinée par un léger recul (-0,5 %), bien que la demande élevée ne diminue pas et paraît même augmenter. Ici aussi, la complexification de la lutte contre les différents ravageurs est la cause principale de ce recul. La croissance constante que connaissait la surface cultivée en légumes de plein champ depuis des années semble s’être inversée depuis 2017. Si elle est restée stable en 2018, elle a commencé à diminuer à partir de 2019 (-251 ha, -2,07 %). 

Aux yeux de l’Union suisse des paysans (USP), les évolutions actuelles creusent le fossé entre les attentes de la société et les exigences en matière de gestion d’entreprise posées à chaque exploitation. La tendance ne se renversera que lorsque les prix à la production amorceront eux aussi un virage à 180 degrés et que le secteur primaire recevra une part équitable de la valeur créée dans l’ensemble du secteur agroalimentaire.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans
Chef du groupe de travail ad hoc sur le coronavirus et responsable departement production, marché & écologie

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

Francis Egger

Vice-directeur Union Suisse des Paysans
Département économie, formation et
relations internationales

Mobile 079 280 69 66
Email francis.egger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

En direct de l'USP En direct de l‘USP n°21 (18 – 22.05.2020)

25.05.20 | Afin de pouvoir payer leurs primes d’assurance maladie, les ménages à faibles ou moyens revenus bénéficient de subsides. Les conséquences économiques de la pandémie actuelle, notamment les fermetures forcées d’entre-prises et l’augmentation massive du recours au chômage partiel, font que plus de personnes en ont besoin. Selon la situation financière, il est également possible de demander une diminution de prime. Des informations à ce sujet sont disponibles sur le site de l’AVS-AI.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l‘USP n°20 (11 – 15.05.2020)

18.05.20 | La communication de la Confédération concernant le chlorothalonil est fâcheuse. Ainsi, l’Office fédéral de l’envi-ronnement a publié la semaine dernière les résultats des analyses des eaux souterraines au niveau national et a notamment évoqué les taux problématiques des métabolites R471811, R417888 et R419492. A l’inverse, en dé-cembre dernier, l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires avait publié un rapport con-sidérant que ces trois métabolites n’étaient pas pertinents.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 04-20 :Bilan fourrager 2018

11.05.20 | En 2018, les aliments fourragers disponibles ont diminué de 1,4 % par rapport à l’année précédente, se plaçant à 7 853 000 tonnes de matière sèche. Les 1 864 000 tonnes d’aliments concentrés disponibles lors de l’année sous revue représentent la majeure partie des fourrages commercialisables. Les produits non marchands sont surtout constitués de fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. En 2018, pas moins de 5 989 000 tonnes d’aliments pour animaux, soit 76,3 % de la consommation totale, appartenaient à cette catégorie de fourrages. Cette même année, la part de la production intérieure a quelque peu diminué, fournissant 83,7 % du fourrage disponible total. L’approvisionnement en sous-produits issus de la culture des champs s’est révélé plus faible que l’année d’avant. Qui plus est, la longueur de l’hiver et la sécheresse de l’été ont conduit à une hausse des importations de fourrages grossiers.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2020

11.05.20 | En raison de plusieurs zones de haute pression, le début du mois d’avril a affiché des températures de début d’été. Ce temps ensoleillé et sec a perduré dans la majeure partie de la Suisse. Les heures d’ensoleillement et les températures ont été d’autant plus importantes qu’elles ont rejoint leurs maxima. Durant la première décade d’avril, aucune station de mesure n’a enregistré de précipitation (tableau 1.1). À la mi-avril, l’ensoleillement a faibli quelque peu à cause d’un front froid en provenance du nord, mais la pluie n’est tombée que de manière éparse. À partir du 22 avril, le temps s’est alourdi. Les averses nocturnes ont fait baisser la limite des chutes de neige à quelque 1500 mètres. Le dicton « En avril, ne te découvre pas d’un fil » s’est donc avéré. Au 28 avril, la somme des précipitations s’est établie à 33 % de la norme 1981-2010 en moyenne nationale. Les dernières averses du mois ont permis de diminuer le déficit important en précipitations. En moyenne nationale, il s’agissait là du troisième mois d’avril le plus chaud depuis le début des mesures en 1864, le thermomètre affichant 7,7 degrés en moyenne. Ces températures élevées ont entre autres avancé la floraison des arbres fruitiers de 14 à 17 jours par rapport à la moyenne 1981-2010.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l’USP n°19 (4 – 8.05.2020)

11.05.20 | Comme toutes les branches économiques, l’agriculture a été appelée par les autorités à développer un concept de protection contre le coronavirus pour la main-d’oeuvre extra-familiale, y compris les apprentis. Alors que l’UMS et la FUS ont développé un tel concept pour les cultures spéciales, l’USP a fait de même pour le reste de l’agricul-ture. Les deux documents sont disponibles sur internet. Les exploitations concernées doivent imprimer l’un des deux plans, le signer et évidemment contrôler sa mise en oeuvre sur le domaine.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l’USP n°18 (27.4 – 3.5.2020)

05.05.20 | Questions et réponses autour du Covid-19 Le groupe de travail en charge de la crise liée au Covid-19 fait, encore et toujours, quotidiennement une conférence téléphonique et traite les thèmes d’actualités ainsi que les questions provenant de l’agriculture et des autres secteurs. Le groupe de travail salue la décision du Conseil fédéral d’assouplir les restrictions en vigueur. Les dommages économiques ont des effets négatifs sur la situation financière de la Confédération ce qui peut, de manière directe ou indirecte, également avoir des effets négatifs sur le budget agricole et donc sur l’agriculture.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l’USP n°17 (20 – 24.04.2020)

27.04.20 | A cause des mesures de lutte contre le coronavirus et notamment la fermeture de nombreux sites, beaucoup de personnes se promènent dorénavant dans la campagne. Certains parmi eux ont tendance à oublier que les pâtu-rages et les champs ne sont pas des chemins ou des places de piquenique. L’USP met gratuitement à disposition des panneaux et des flyers explicatifs permettant de sensibiliser les promeneurs. Ceux-ci sont disponibles grâce au lien suivant : https://shop.agriculture.ch/.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l’USP n°16 (14 – 17.04.2020)

20.04.20 | Depuis 2019, les semences de betteraves sucrières sont elles aussi dépourvues de neonicotinoïdes, utilisés jusqu’alors comme protection contre la pullulation d’insectes, avec pour conséquence une infestation massive de l’altise de la betterave. Les conditions chaudes et sèches de ce printemps leurs profitent tout particulièrement. Elles causent des dommages aux premières feuilles des betteraves, qui se dessèchent, conduisant jusqu’au flétrissement de la plante dans le pire des cas. Il s’ensuit une augmentation des traitements insecticides au niveau des feuilles, ce qui n’est pas non plus sans problème.

Lire la suite