Contenu - Finances et agriculture

De quoi s'agit il ?

Les paiements directs indemnisent des prestations que l’agriculture fournit à l’ensemble de la société, par exemple en soutenant la biodiversité et en entretenant le paysage rural. Ces prestations sont inscrites dans l’art. 104 de la Constitution fédérale.

 

 

Les arguments les plus importants

  • Contrairement aux autres poste, le budget de l’agriculture est resté stable. Si l’on considère la part de l’agriculture dans les dépenses totales, elle a même beaucoup diminué.
  • Dans le cadre de la PA 2014-17, l’agriculture fournit encore plus de prestations (p. ex. avec des projets de qualité du paysage), sans recevoir des moyens financiers supplémentaires pour ce faire. Les agriculteurs s’engagent en outre dans des projets de mise en réseau et de qualité du paysage avec des contrats de plus de huit ans. Il s’agit aussi de garantir des moyens pour cette période.
  • L’agriculture est particulièrement concernée par les répercussions de l’envol du franc. Difficile alors de comprendre pourquoi la Confédération souhaite faire des économies auprès d’un groupe dont les revenus sont déjà très bas et qui travaille un grand nombre d’heures.

Finances et agriculture

Qu’en est-il des aides fédérales pour l’agriculture : est-ce que les familles paysannes en reçoivent toujours plus, comme cela a été écrit à plusieurs reprises ces derniers mois ? Bénéficient-elles d’un traitement de faveur ? Sont-elles responsables du prix élevé des denrées alimentaires en Suisse ? Non. Les faits reflètent une autre réalité.

Au cours des dernières années, les dépenses de la Confédération en faveur de l’agriculture sont restées stables en chiffres absolus, avec environ 3.6 milliards par an, et ont diminué en chiffres relatifs. La part des dépenses de la Confédération en faveur de l’agriculture a reculé de presque 40 % si l’on considère l’ensemble des finances fédérales. En additionnant les dépenses jusqu’au niveau des communes, la part de l’agriculture représente moins de 2,9 % du total des dépenses publiques.

Les revenus dans l’agriculture sont bien plus faibles que les salaires comparables payés dans les autres branches. Et cela alors qu’il est inscrit dans la Constitution que la Confédération complète le revenu paysan par des paiements directs aux fins de rémunérer équitablement les prestations fournies.

En Suisse, les prix sont plus élevés pour la plupart des produits. Le logement, la santé, l'éducation et la formation coû-tent particulièrement cher, mais pas l’alimentation. De plus, la part que l’agriculture touche sur le prix à la con-sommation est en constante baisse.

Tous ces points et d’autres encore sont développés dans une note de synthèse illustrée de chiffres et de graphiques. Elle vise à améliorer la transparence et à permettre une discussion pragmatique.

Bon à savoir

L’évaluation centrale des données comptables agricoles de l’institut de recherche Agroscope indique que le revenu agricole est très bas par rapport aux salaires comparables dans les régions. Par rapport à la moyenne des années précédentes, l’agriculture atteint à peine la moitié du salaire comparable dans les régions de montagne et environ les deux tiers dans les régions de plaine.