Contenu principal

Notre travail en 2019

Voici une sélection des thèmes qui nous ont occupés en 2019 :

Combat des initiatives anti-phytos

Fin 2018 déjà, l’USP a institué un groupe national d’accompagnement et fondé une alliance pour combattre les deux initiatives « Pour une eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». L’alliance a prévu de mettre à profit le temps jusqu’à la votation proprement dite pour informer la population des sujets visés par les initiatives, comme la protection des végétaux, l’affouragement, l’usage d’antibiotiques ou la biodiversité. Le slogan « Nous protégeons ce que nous aimons », le site web agriculture-durable.ch et la page Facebook éponyme représentent le dénominateur commun de toutes les activités d’information.

Mesures de la précampagne

Dans le cadre de la précampagne, l’USP a réalisé un stand de foire et un module d’extérieur dédiés à la protection des végétaux. En 2019, le grand stand a accueilli des visiteurs à quinze occasions. Par ailleurs, nous avons produit des panneaux résistants aux intempéries et des prospectus sur la protection des végétaux, l’affouragement et l’élevage, et nous les avons mis gratuitement à la disposition des organisations membres. Rien qu’en Suisse alémanique, nous avons distribué 12 000 panneaux et plus de 100 000 prospectus. Pour informer le public, un accent a été mis sur la communication en ligne avec le nouveau site web agriculture-durable.ch et la page Facebook éponyme. Les quelque 150 publications ciblant les régions urbaines ont atteint 1,57 million de personnes, générant 166 000 interactions et 241 000 visionnements des vidéos. Nos vidéos explicatives en style de dessin animé sur la protection des végétaux, l’affouragement et la biodiversité, ainsi que d’autres films courts sur la protection phytosanitaire dans la pratique, tournés avec des agriculteurs, ont connu un vif succès. Enfin, l’USP a diffusé dix communiqués de presse sur les sujets des initiatives et a participé aux débats sur Twitter.

Étude de la HAFL : les conséquences de l’initiative pour l’eau potable

L’USP a chargé la Haute école spécialisée HAFL de réaliser une étude sur les conséquences de l’initiative pour une eau potable propre, en se basant sur onze exploitations dans toute la Suisse. L’une des exploitations étudiées, celle d’Urs Bürgi à Limpach, a accueilli la conférence de presse pour présenter les résultats : en cas d’acceptation de l’initiative, en particulier les exploitations maraîchères, viticoles et arboricoles, celles pratiquant certaines cultures des champs, et les élevages avicoles et porcins se verraient contraints soit de renoncer aux paiements directs et de ne plus produire selon le cahier des charges des prestations écologiques requises, soit d’abandonner la production.

Conférence de presse de début d’année et magazine ZOOM

Nous avons entamé 2019 par notre traditionnelle conférence de presse de début d’année (image) et la présentation du magazine ZOOM dédié à l’importance économique de l’agriculture. La conférence a eu lieu dans la campagne lucernoise, à Hergiswil bei Willisau, dans l’exploitation de Renate et Bruno Ambühl et en présence d’Urs Kiener, syndic de la commune et lui aussi agriculteur. Malgré l’endroit reculé, la conférence a attiré beaucoup de médias et aussi trouvé un large écho dans les autres médias grâce une dépêche ATS. La commune dans la région du Napf se prêtait parfaitement pour illustrer l’importance économique de l’agriculture.

Marchés et valeur ajoutée

L’agriculture gagne près de quatre francs sur cinq de ses recettes totales en vendant ses produits. La situation sur les marchés continue de faire la pluie et le beau temps dans la conjoncture de l’agriculture. L’USP s’est engagée pour des conditions cadres idéales en 2019. Avec les organisations sectorielles, elle s’est mobilisée pour des prix indicatifs et des usages commerciaux adéquats, ainsi que pour des importations conformes au marché. La valeur de la production agricole totale de l’agriculture suisse s’est élevée à 11,0 milliards de francs en 2019, ce qui correspond à une hausse de 300 millions de francs en glissement annuel.

Politique agricole 22+

Après avoir consulté ses organisations membres, l’USP a adressé aux Après avoir consulté ses organisations membres, l’USP a adressé aux autorités sa prise de position sur le développement futur de la politique agricole. La faîtière agricole soutient les mesures visant à accroître la durabilité de la production suisse, mais mise aussi sur la stabilité des conditions cadres. En été, le Conseil fédéral a présenté les résultats de la consultation et les principales décisions prises sur la base de ce processus. L’USP attend le message du Conseil fédéral pour fin février 2020. Elle a participé à tout le processus dans plusieurs groupes de travail de l’OFAG et représenté les intérêts des familles paysannes dans ce contexte. de position sur le développement futur de la politique agricole. La faîtière agricole soutient les mesures visant à accroître la durabilité de la production suisse, mais mise aussi sur la stabilité des conditions cadres. En été, le Conseil fédéral a présenté les résultats de la consultation et les principales décisions prises sur la base de ce processus. L’USP attend le message du Conseil fédéral pour fin février 2020. Elle a participé à tout le processus dans plusieurs groupes de travail de l’OFAG et représenté les intérêts des familles paysannes dans ce contexte.

Accords de libre-échange

L’accord de libre-échange avec les pays du Mercosur s’est trouvé au cœur des débats de politique commerciale. Ces pays forment l’un des plus grands marchés d’exportation du secteur agricole au niveau mondial. Face au risque de voir le marché suisse inondé de produits bon marché en provenance d’Amérique du Sud, l’USP a défini des lignes rouges à ne pas franchir pour la délégation aux négociations. La bonne collaboration au sein de la coalition sur le Mercosur avec des organisations de la protection des animaux, du développement et des consommateurs a permis une large sensibilisation du public à cet enjeu. Par ailleurs, toutes les fédérations paysannes des pays de l’AELE ont adressé une lettre commune à leurs ministres respectifs de l’économie.

Magazine ZOOM sur l’agriculture à l’ère du changement climatique

Au plus tard depuis l’été caniculaire de 2018, le changement climatique est aussi devenu une réalité en Suisse.  L’USP a publié un magazine ZOOM consacré à l’agriculture à l’ère du changement climatique pour clarifier la situation s’agissant des répercussions prévisibles dans l’agriculture et des possibilités dont celle-ci dispose pour réduire ses propres émissions de gaz à effet de serre. Elle a présenté cette publication lors d’une conférence de presse organisée durant l’été 2019. Depuis lors, l’USP est amenée à répondre à de nombreuses autres demandes de la population à ce sujet.

Top départ pour le recyclage du phosphore

Le recyclage des éléments nutritifs présente une lacune depuis l’interdiction d’utiliser les boues d’épuration comme fertilisant. Il est prévu de combler cette lacune dans le cas du phosphore. À cet effet, il a été décidé de modifier une ordonnance au niveau fédéral. D’ici à la fin de la période de transition en 2026, il faudra recycler 50 % du phosphore, et même 75 % à partir de 2036. Il s’agit de remédier à la dépendance des importations, de réduire l’accumulation de polluants (métaux lourds) générée par les engrais phosphorés importés à l’heure actuelle, ainsi que de boucler le cycle du phosphore. L’USP fait partie du groupe-pilote accompagnant ce projet. Elle s’engage pour que les agriculteurs disposent bientôt d’un engrais économique et de grande qualité.

Journée consacrée à la biodiversité

Avec les Amis de la Nature Suisse, apisuisse, Dark-Sky Switerzland, l’Union suisse des paysans ont invité les médias, la population et les familles paysannes à une journée consacrée à la biodiversité, qui a eu lieu sur l’exploitation de la famille Stettler à Münchenbuchsee (BE). Plusieurs postes et des visites guidées ont permis de présenter l’engagement de l’agriculture en faveur de la biodiversité. Le public a aussi découvert diverses mesures permettant d’accroître l'encouragement de la biodiversité à la campagne, dans les jardins et sur les balcons. Malgré la pluie et le vent, 80 personnes ont participé à cette journée.

Aménagement du territoire

L’USP s’est engagée avec succès pour que le Parlement n’entre pas en matière sur la proposition du Conseil fédéral portant sur les constructions hors des zones à bâtir. Le projet est tellement lacunaire et non abouti que seule une nouvelle version pourrait déboucher sur un meilleur résultat. Pour nous, ce sont en particulier les dispositions pénales, les zones agricoles spéciales pour la détention d’animaux, l’obligation de démolir en vertu d’un gage immobilier ainsi que la méthode de planification et de compensation qui se révèlent inacceptables.

Révision de la formation professionnelle initiale

L’OrTra AgriAliForm, dont le secrétariat est tenu par l’USP, a lancé le processus de révision de la formation professionnelle initiale. À cet effet, elle a institué des groupes de travail pour définir les besoins en formation jusqu’en 2030. En outre, les membres de l’OrTra et des acteurs de la formation agricole ont participé à une enquête en automne 2019.

Impôts en cas de transmission et de cessation de l’exploitation

La transmission de l’exploitation et, en particulier, la cessation d’activité peuvent donner lieu au paiement d’impôts et de cotisations sociales considérables. Agriexpert a donné des informations sur les facteurs importants lors des cours destinés aux agriculteurs et dans des articles parus dans la presse spécialisée. Diverses mesures pour atténuer les effets (planification précoce des répercussions fiscales, rachat dans la caisse de pension, etc.) ont aussi été présentées.

Accueil social à la ferme

La ferme peut aussi convenir comme lieu de vie et de travail pour des personnes aux besoins particuliers. L’USP a publié un nouveau guide pour soutenir les familles paysannes intéressées à offrir de telles prestations.

« Paysans suisses » sur Instagram

En avril, l’USP s’est lancée sur Instagram sous le nom « Schweizer Bauern », dans le but de s’adresser également à une population plus jeune outre-Sarine. À la fin de l’année, son profil comptait déjà 5400 abonnés. Deux jours par semaine, la publication est confiée à une vingtaine d’agriculteurs, d'agricultrices et de paysannes, qui diffusent des photos de leur vie quotidienne. Des faits et des courtes vidéos concernant l’agriculture ainsi que les « tendances agri » agrémentent ces publications. Une présence en français suivra en 2020.

1ère Journée nationale Portes ouvertes à la ferme

Le 2 juin, quelque 150 familles paysannes ont ouvert grand les portes de leur exploitation et invité la population à venir découvrir les différentes facettes de l’agriculture indigène lors de la première Journée nationale Portes ouvertes à la ferme. Cette journée a attiré pas moins de 60 000 visiteurs. Les échos reçus, le nombre de visiteurs et l’intérêt des médias ont montré que l’USP répond à un besoin avec cette manifestation. La prochaine édition aura lieu le 7 juin 2020.

Plus de 1700 fermes sur a-la-ferme.ch

Le projet « À la ferme » a connu un grand succès en 2019. Le nombre de producteurs en vente directe est passé de 900 à 1700 fermes. Il reste toutefois encore un gros potentiel à exploiter : nous prévoyons un nouvel effort en 2020 et allons rallier d’autres partenaires comme TWINT, GastroSuisse et HotellerieSuisse, Bio Suisse, l’UMS et la FUS.

Deuxième vague d'affiches « Paysans suisses »

Depuis l’été 2018, des paysannes et paysans expliquent en ligne et sur des affiches quelles prestations ils fournissent à la population, pourquoi ils le font et quelles valeurs ils défendent. Début 2019 a eu lieu une deuxième vague d’affiches dans les grandes villes de Suisse, avec un concours de selfies. Quinze nouvelles personnes ont prêté leur visage à la campagne en 2019. Outre sur des affiches classiques, elles sont aussi apparues sur des écrans et des panneaux lumineux dans les gares, les transports publics et dans divers canaux en ligne.

Bovins et sentiers pédestres

Suite à de nombreux incidents, le groupe de travail «Bovins et sentiers pédestres» du Service de prévention dans l’agriculture et de Vache Mère Suisse s’est consacré aux aspects juridiques pour les détenteurs de bétail bovin en 2019. Agrisano et Agriexpert ont soutenu le groupe de travail en lui apportant leurs compétences.

 

Agristat

Agristat a conclu un contrat avec l’Office fédéral de la statistique portant sur la collaboration pendant les années 2020 à 2023. Sur cette base, Agristat continuera de mettre à disposition du grand public et des institutions internationales des données statistiques sur l’agriculture dans les domaines de la production, des prix, ainsi que des bilans alimentaire et fourrager.

 

Agrisano en nette croissance

Les entreprises Agrisano (Fondation Agrisano, Caisse-maladie Agrisano SA, Assurances Agrisano SA, Agrisano Prevos et Agrisano Pencas) ont connu une nette croissance en 2019, en particulier dans l’assurance obligatoire des soins. La croissance de l’effectif d’assurés s’élevait à 6 % début 2020. La caisse paysanne compte ainsi déjà plus de 150 000 clients dans l’assurance de base. Le produit AGRI-contact, en particulier, répond a une forte demande. Lancé il y a un an, ce modèle d’assurance alternatif (télémédecine) a déjà séduit 4500 clients.

 

Autonomisation des activités LAA

Depuis 2019, Assurances Agrisano SA gère toutes les activités LAA et s’occupe désormais elle-même des opérations tant à court qu’à long terme. Si Agrisano gérait de son propre chef les prestations LAA à court terme (frais de guérison, indemnités journalières) depuis 2008 déjà, elle a collaboré avec un partenaire externe pour les prestations à long terme (rentes) jusqu’à fin 2018.

 

Élection de nouveaux membres au Conseil de fondation

En 2019 a eu lieu l’élection de renouvellement des membres du Conseil de la Fondation Agrisano pour la période 2020-2023. Pas moins de huit personnes ont accédé au Conseil de fondation : Marco Käppeli (Bauernverband Aargau), Pius Neff (Bauernverband Appenzell Innerrhoden), Roger Kauer (Bauernverband beider Basel), Florian Kaspar (Bündner Bauernverband), Stéphane Rosselet (Chambre neuchâteloise d’agriculture et de viticulture), Anne Challandes (présidente de l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales), Andrea Zanini (Unione Contadini Ticinesi) et Christoph Brunner (Luzerner Bäuerinnen- und Bauernverband). Christoph Brunner a en même temps été élu au conseil d’administration de la Caisse-maladie Agrisano SA et de l’Assurances Agrisano SA.

 

Une nouvelle présence numérique

Les entreprises Agrisano ont fait peau neuve sur la Toile en 2019 : le nouveau site Internet est épuré, convivial et adapté à tous les terminaux mobiles. «Mobile first» : le mobile d’abord, telle est la tendance dans le monde numérique. Le groupe Agrisano, une institution d’assurance et de prévoyance de l’Union suisse des paysans, s’est engagé dans cette voie et s’est doté, en mai 2019, d’un nouveau site Internet, compatible avec tous les terminaux mobiles comme les smartphones ou les tablettes. La présentation des contenus est restée sobre pour offrir aux visiteurs un accès rapide et simple aux informations nécessaires. Tous les clients en profitent, quel que soit l’appareil utilisé. Agrisano est restée fidèle à son image de marque. Sa mission demeure elle aussi inchangée : mettre toutes les assurances à portée de main de l’agriculture.

 

Récompensées du Prix Agrisano

Décerné pour la troisième fois et, pour l’occasion, lors de l’Assemblée des déléguées de l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales, en avril 2019 à Berne, le Prix Agrisano a recompensé l’association Netzwerk Sense d’Alterswil (FR) et une paysanne. Netzwerk Sense met en place de l’aide à domicile de façon rapide et sans formalités, répondant ainsi à un réel besoin dans la région. La paysanne, qui souhaite rester anonyme, a fourni une aide extraordinaire dans son voisinage. Tous les deux ans, le Prix Agrisano distingue une personne physique (particulier, famille ou groupe) et une personne morale (organisation ou institution) qui s’engagent pour des personnes accidentées, malades, âgées ou en difficulté sous quelque forme que ce soit. Le prix récompense une action altruiste hors du commun en faveur de la population paysanne et rurale.